Jeu de Rôles Libre
Bonjour !
Tu viens d'atterrir sur le forum du Jeu de Rôles Libre.
Ici, tu trouveras un jeu par écrit fonctionnant un système libre, intuitif et réellement amusant.
Viens vite découvrir tout ce que nous proposons sur ce lien !

Amok Thade Semos Attar Nado Zaïus Pravian III

Aller en bas

Amok Thade Semos Attar Nado Zaïus Pravian III

Message par Zodiac le Mer 1 Aoû - 23:44

Bon, que les choses soient claires, je m'emmerdais, je regardais des images, je suis tombé sur une vraiment très cool et j'ai décidé d'en faire un perso.. Je ne le jouerais peut-être pas, qui sait.. (Pour les éléphants aguerris, ils auront remarqués que les prénoms entre le principal et le nom sont tirés de La Planète des Singes de Tim Burton..)



J'ai vu le monde se couvrir de cendre et les hommes devenir fous.. C'est à ce moment que j'ai prié les dieux pour que le monde soit sauvé.. Rien n'y fit, pourquoi les dieux permettaient-ils ceci ?  Ainsi j'ai abandonné mon ancien dieu, jusqu'à en renier son nom.. Pourtant, au milieu de ce carnage, voici qu'Il est venu et nous a sauvé.. Croyez-vous que perdre la vie est horrible dans un univers aussi malade ? Cancereux ? Non, c'était une délivrance, de ses mains il a balayé l'horreur, comme le vent souffle pour chasser les cafards des roses et en disperser le polen pour créer de nouvelles fleurs ! Ceux qui n'ont pas étés punis ont étés sauvés par Son pouvoir, nous, les élus, sommes ceux qui avont luttés pour la survie de l'humanité, pour la cohalition de tout les êtres humains..  Nous avons étés dans une sorte de paradis rouge où nous n'étions que fantômes dans le néant.. Tout les jours, Il nous parlait, de Lui, de Son combat contre les dieux, de Sa conviction.. Ainsi, comme les premiers élus, j'ai été envoyé sur le monde encore renaissant, nous avons été choisis pour rebâtir Zaerod.. Les premiers élus sont morts désormais, et ils n'ont pas parlé de lui à leurs enfants.. Blessé, trahi, je suis retourné là où mes premiers souvenirs de ma nouvelle vie partaient.. Je suis simplement retourné le voir.. La peur au ventre, je me suis prosterné devant lui.. Si petit que je suis, lui m'a offert Sa bénédiction.. Dans mon esprit, Sa voix raisonna..

"Ne soit pas aveuglé par ton adoration, je suis capable de me tromper.. Il se peut que j'ai sauvé de mauvaises personnes.. Je te charge de faire le tri.. Va, Amok.. "

Mon corps se déchira, et un nouveau membre apparu , me permettant d'appliquer Sa justice.. Je quittait alors Son palais dans la montagne, mes nouveaux pouvoirs me permirent de ressentir les choses comme je n'aurais jamais pu, dont une présence qui me semblait.. Familière.. Il me fit entendre raison en me rappelant à l'ordre, j'avais une mission..

Quoi d'autre ? Dans mon ancienne vie, on avait pour coutume de dire que j'étais fou de devenir prêtre avec un si beau minois ! Et comment ! J'avais les cheveux bruns foncés bouclés, un regard de braise sous des yeux bleus, un sourire ravageur, la peau blanche légérement halée, des mains fines, un corps élancé et des muscles offerts par la grâce divine ! Mais à quoi sert la beauté dans un monde aussi superficiel ? Sa bénédiction m'a permise de Lui ressembler.. Si dieu a fait les hommes à son image, je Lui ressemble désormais.. Mes cheveux sont tombés, mes yeux se sont jaunis, mes dents sont devenues crocs, mes mains sont désormais des griffes, mon corps s'est allongé et amaigri, cependant je possède quelque chose que les autres n'auront jamais.. Je possède sa fureur.. Mon apparence certes n'est pas des plus agréable, c'est pourquoi je suis obligé de me faire passer pour un vieux mage sous capuche, obligé de porter un bâton pour avoir l'air vouté et innoffensif.. Imbéciles..

Il m'a donné un ordre, je me dois de l'obéir! Je dois les juger, les traquer, et les Lui retourner afin qu'Il leur fasse entendre raison.. Pour ça j'ai beaucoup appris de mes expériences.. Je sais maintenant que la meilleure méthode pour traquer ces esprits renégats est de semer la peur.. C'est dans la peur que l'on voit la véritable nature des gens.. Je serais un cauchemar à leurs yeux.. Mais Il fera de moi un saint !




Dernière édition par Zodiac le Mar 30 Juin - 3:24, édité 2 fois
avatar
Zodiac
Légende


Fiche de personnage
Nom: Karl
Race et classe: Humain Lansquenet
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amok Thade Semos Attar Nado Zaïus Pravian III

Message par Zodiac le Lun 1 Oct - 21:58

Amok V2 (V1 d'après l'artiste)




Etrange.. Il m'arrive des fois de douter de ma mission.. Dois-je détruire les cellules cancéreuses de ce système ou ne pas faire de distinction ? Je me demande bien où irais le monde sans ses cellules, n'en suis-je pas une ? Celui qui cause chagrin et ruine des vies honorables pour la plupart ? Que restera-t-il de moi après ? Resterais-je dans les consciences ou disparaîtrais-je comme tout ceux qui n'ont pas mérité cette vie et qui m'ont rencontré ? Je l'ignore..

Le doute ne dois pas me détourner de ma quête.. Pourtant j'ai rencontré quelqu'un qui a compris la leçon que je voulais lui donner.. Il ne sont donc pas tous idiots, serait-ce possible ? Nous verrons..
avatar
Zodiac
Légende


Fiche de personnage
Nom: Karl
Race et classe: Humain Lansquenet
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

1ère Partie.

Message par Zodiac le Dim 16 Nov - 2:03

HRP : Voilà voilà, Amok ayant été mon plus grand projet, je me suis rendu compte que je n'avais jamais indiqué avec précision certains éléments de sa vie, ce qui l'a motivé a faire ce qu'il a fait.






Le vieillard frissonna, bien que le feu dans la cheminée crépitait comme nul autre dans cette chaumine abandonnée, le froid s'engouffrait dans les trous du toit. Il se rapprocha du feu, plume en main. Par où commencer ? Il s'était préparé à ça depuis des mois, mais maintenant qu'il y était, l'entreprise lui semblait colossale, comme si ça avait été sa plus grande épreuve. Et pourtant, il en avait vu d'autres. Dans les flammes, sa vie sembla défiler devant ses yeux engourdis par la fatigue. Soudain, il sut quoi faire. Le vieillard reprit place en faisant craquer son dos. La plume plongea dans l'océan noir de l'encrier et se mit à faire subir à un bout de parchemin le poids des mots d'un homme qui avait trop vécu.
 
 
 
 ____

Dernières confessions d'Amok, pâtissier, marin, moine, inquisiteur, bibliothécaire, voyageur, écrivain, prêtre, prophète, fantôme.


D'ordinaire, j'ai toujours été du genre à me moquer de ceux qui pensent que leur vie mérite d'être posée par écrit. Cependant, je pense que certains pourraient apprendre de mes propres erreurs, ces pages n'ont pas pour but de me glorifier, elles existent pour mettre en garde ceux qui seront assez curieux pour les lire. Mettre en garde ? Mais de quoi ? Moi-même je ne pourrais pas donner un nom à ce qui a fait de moi ce que je suis.


Mon nom est Amok Thade Semos Attar Nado Zaïus Pravian, troisième du premier prénom. Il m'a été donné en mémoire de mon père, mort sur le champ d'honneur pendant la bataille des Terres-Cendrées où il a du se battre avec cent de ses soldats pour ralentir l'avancée de l'armée ennemie. Bien que le combat était perdu d'avance, il a fait face jusqu'au bout. Lorsque le messager est arrivé pour prévenir ma mère de son décès, celle-ci était encore enceinte de moi et de ma jumelle Justine. En sa mémoire, elle m'a donné ce patronyme. Un amok, c'est un acte où une personne décide de mourir en emportant un maximum de gens avec lui avant la fin. Ma mère, Lovarinne Khaen'Mea, était ambassadrice pour le royaume des Six-Duchés. Bien que je sois issu d'une famille très riche et très influente, elle était toujours en mission, pour maintenir la paix "afin que moi et ma sœur ne soyons jamais amenés à connaître les horreurs de la guerre". Pourtant, je ne pouvais la voir qu'un jour par mois, pour ainsi dire, je n'ai jamais connu mes parents. C'est ma nourrice qui a éveillé en moi le goût de l'écriture et de la cuisine. Etant enfant, j'ai toujours été un clown indiscipliné, toujours à manquer l'école pour aller lire sous un arbre près d'un lac ou encore pêcher tranquillement, et dès que l'on m'attrapait pour me remettre sur les bancs, je faisais tout pour faire rire mes camarades, quitte à aller au coin où à recopier des centaines de fois des phrases idiotes, bien que celles-ci m'aient permis de renforcer mon poignet pour la suite de mes études. A mes seize ans, j'avais obtenu un diplôme d'historien avec spécialisation pour les langues, vivantes ou mortes. Mais ceci, je l'ai fait à contrecœur, mon unique but était de faire en sorte que ma mère soit fière de moi. Malheureusement, elle est tombée gravement malade et avais perdu l'usage de sa voix, ainsi que toute capacité de mouvement. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle ma sœur s'est consacrée à la médecine, pour trouver un remède à son mal. Mais tous nos soins et toutes nos attentions n'ont pu la sauver... L'héritage qui nous restait fut une bien maigre consolation. Même si j'avais beau ne pas la connaitre, elle reste pour moi le plus grand martyr de l'histoire, elle a consacré sa vie pour que ma sœur et moi ne connaissions jamais le besoin. Sa mort fut le premier grand tournant de ma vie.

En guise de testament, elle avait écrit une lettre. Ces mots raisonnent encore dans ma tête, même si leur sens semble s'être peu à peu perdu à mesure que les années ont défilées. Sa dernière volonté était que nous soyons tout deux heureux, de faire ce qui nous semblera être juste. C'est à ce moment-là que j'ai décidé de devenir boulanger-pâtissier, car c'était mon rêve depuis ma tendre enfance, où ma nourrice me régalait de délicieux croissants fourrés à la meringue et aux amandes au miel. Quand je revenais de l'école après m'être battu avec des petites brutes écervelées, ses croissants pouvaient changer mon amertume en pur bonheur, d'une simple bouchée. Je me suis alors présenté chez Pith, un boulanger de bonne réputation qui me prit sous son aile. Mes deux années en tant qu'apprenti furent pour moi la promesse d'un nouveau départ, je me découvris alors une nouvelle passion pour les gâteaux et le chocolat. J'expérimentais bon nombre de nouvelles recettes toutes plus farfelues les unes que les autres que je notais dans un grand livre que ma mère m'avait offert de son vivant. Ce livre a tout une histoire, mais elle ne viendra que par la suite. Peu après mes dix-huit ans, arriva celle qui allait changer ma vie, tel l'oiseau de papier volant au plus haut vers l'astre du jour, avant que ses ailes ne prennent feu... Pith, mon maître, avait une fille de mon âge, aux cheveux noir et au teint pâle, un physique presque maladif, mais dont les yeux et le sourire compensait l'apparent manque de vitalité. Elle s'appelait Islava. Au début, nous ne parlions presque pas, sinon pour nous saluer mutuellement. Mais le destin a fait que mon maître, en manque d'idée, est venu me demander de préparer un gâteau pour l'anniversaire de sa fille. Prenant ceci pour un défi, je me suis mis à travailler nuit et jour pour trouver la recette parfaite. La veille même, alors que tout espoir semblait perdu devant ma feuille, je fus pris d'une petite faim. Ne trouvant pour seule nourriture que du chocolat noir, des oranges et de la brioche. Voulant éviter que le jus des oranges ne tâche mes travaux, je les épluchais et fourrais les quartiers avec le chocolat noir dans la petite brioche. C'est alors que je compris quoi faire. Un gâteau dont l'extérieur n'était que noirceur, mais qui recouvrait quelque chose de doux et sucré, moelleux et doré. Je me mis sans tarder à l'œuvre. Mon succès fut complet lorsque l'anniversaire battît son plein. Islava fut la première a le gouter, jamais je n'eus vus d'yeux aussi illuminés. Tous les convives félicitèrent le maître d'avoir un élève si prometteur. De mon côté, je m'étais rapidement éclipsé sitôt le gâteau apporté et découpé, ne faisant pas partie de la famille de Pith. Alors que je sortais pour profiter de la beauté des étoiles, je fus rejoint par Islava en personne qui déclara qu'elle n'avait jamais rien mangé d'aussi délicieux et qu'elle tenait à me remercier. Je n'ai jamais trop fréquenté les filles, ayant toujours été un grand timide, mais son baiser changea tout en moins, dès l'instant où nos lèvres se touchèrent, j'eus l'impression de pouvoir rivaliser avec les dragons. C'est alors que mon seul et unique amour s'installa dans ma vie. Mais... Malgré les nombreux souvenirs qu'ils me restent d'elle, que ce soit une simple promenade à deux, les discussions autour d'un café où les nuits passées ensembles, elle laisse en moi un goût plus amer encore que le chocolat noir ou les écorces d'orange. Car le destin a ça de particulier qu'il aime briser nos rêves, aussi rapidement qu'Islava a fait partie de ma vie. Ma sœur avait découvert que cette fille jouait un double jeu, ne m'aimant que pour mes recettes, dont elle faisait part à son père pour lui assurer une renommée sans précédent. Comment décrire l'effet d'une trahison ? L'image d'un coup de poignard dans le dos est sans conteste la plus appropriée... Le plus douloureux, c'est quand elle survient de la personne en qui vous aviez le plus confiance au monde, celle dont vous n'auriez jamais imaginé toute la cruauté. C'est alors que je me suis enfui de chez moi, l'infecte sillage de son souvenir défilant devant mes yeux à chaque endroit, chaque rue, chaque pièces de mon manoir. Je n'avais rien dit à ma sœur, ce qui me valut une bonne gifle à mon retour. Pendant un an je fus en compagnie de trappeurs qui m'enseignèrent tout un tas de choses sur la faune et la flore, ainsi que de nombreuses techniques de survie. Pourtant, à mon retour, le souvenir d'Islava me hantait toujours. Même ma sœur ne put rien pour m'aider, elle me présenta de nombreuses filles, mais aucune ne Lui ressemblaient... C'est à ce moment que j'ai décidé de devenir marin. Selon le dicton "l'Océan pardonne tout, l'Océan guérit tout". Je n'ai pas grand-chose à dire sur mon départ, sinon que je fus à la fois heureux et attristé, laissant ma sœur pendant plusieurs mois. Je me souviens encore la serrer contre moi, sentir ses larmes mouiller mon gilet. Au fond, elle avait peur que je ne revienne jamais. Et elle eut raison, comme toujours.


J'embarquais sur le Typhon, un fameux trois-mâts d'exploration, notre mission était de découvrir de nouvelles terres et de les coloniser. Il n'y eut rien de particulier, sinon que je fus rapidement mis en cuisine, à vider des poissons toute la journée et à mitonner la tambouille dans un poêle de fer cloué aux planches. Ce travail faillit me rendre fou, je me sentais peu à peu devenir poisson ! D'autant que l'équipage était constitué de vieux loups de mers qui n'était pas très bavards, sinon après trois verres de rhum. Je n'ai jamais aimé l'alcool. Et d'ailleurs, on dit que l'alcool peut être mortel. Je ne pense pas que ce soit l'alcool en lui-même qui soit mauvais, mais plutôt nos actes qu'il interfère. Après plusieurs mois en mer, alors que l'équipage se saoulait sur le pont pendant que je faisais tremper des poissons vidés dans un tonneau de saumure, nous foncèrent droit vers une tempête comme jamais il m'eut été donné de voir. Des vagues de la taille d'un château tentaient de nous avaler sous la surface pendant que des nuages couleur jais crachaient des éclairs et des grêlons. Le capitaine, bien qu'imbibé de plusieurs bouteilles de rhum, se mit à crier des ordres à l'équipage qui ne fit que glisser sur les planches humides. C'est alors que mes yeux virent mes camarades quitter ce monde comme si l'océan les aspirait pour les dévorer. Je me précipitais dans la cale et retrouvait mon tonneau de saumure, j'y répandais le contenu sur le sol en manquant de tomber avant de me glisser dedans en refermant le haut. La tempête sembla durer des jours. Lorsque je me risqua enfin à quitter ma cachette, je me rendis compte que le bateau avait été retourné, tout autour de moi plusieurs de mes camarades gisaient, le cou brisé à cause du choc. Je ne devais mon salut qu'à un tonneau qui sentait la mort. Marcher au plafond me sembla très étrange, mais pas autant que le paysage qui s'offrit à moi lorsque je fus sorti. Ma fatigue fut telle que je m'évanouis sur la plage de cette terre sans nom, le peu de force m'ayant servi à sortir de ma cachette. Tout semblait fini, lorsqu'un homme encapuchonné me réveilla et m'aida à boire l'eau de sa gourde. J'appris plus tard que j'étais le seul survivant au naufrage. Mon sauveur s'appelait Kazog, il était moine dans le monastère de Barsaryne, une ville situé sur la côte de Zaerod, où l'on louait Tyr, le dieu de la justice. Tout ceci me sembla être une opportunité parfaite pour oublier Islava, dont le souvenir était toujours insupportable.


C'est alors que Kazog me raccompagna au monastère où je devins moine. La bibliothèque de ce lieu était telle que je pus me consacrer à l'étude plusieurs heures par jours, bien que je sois parfois obligé d'aller travailler aux champs ou à la brasserie pour que le monastère puisse continuer de subsister. Parfois, nous recevions la visite de Lektean, un des évêques de l'ordre, il n'était pas habillé d'une simple bure, mais d'une armure richement décorée, une épée longue pendant à son coté. Il était inquisiteur, un des agents de Tyr. Très vite, il remarqua ma ferveur et mon zèle, pensant que je priais Tyr comme nul autre, alors que mon objectif était d'oublier Islava. Le jour où il me proposa de le rejoindre me fit l'effet d'un coup de sabot dans le ventre. Moi ? Devenir inquisiteur ? Tuer, purifier, brûler des impies ? Peut-être qu'inconsciemment, j’acceptai, dans l'attente de pouvoir un jour juger et exécuter Islava. C'est alors que l'entrainement commença dans un camp secret de l'ordre, où l'on m’apprit à me battre et à utiliser la magie. Des années durant je fus mis à rude épreuve par mes professeurs, qui firent de nous des machines à tuer. Au terme de leur enseignement, ils nous donnèrent notre médaille d'inquisiteur et notre première mission. Tout se passa très bien, nous brulâmes une sorcière qui avait pactisé avec le démon, c'est à ce moment que je compris que je trouverais l'oubli dans ce métier. Après plusieurs années de purification où nous tuions des sorcières et autres créatures démoniaques, je fus confronté à quelque chose qui changea à nouveau ma vie. Nous avions pour mission de purifier tout un village dont on nous avait dit que le démon habitait leur cœurs. Nous les avions tous attachés autour de buchers, mais je pouvais lire dans leurs yeux qu'ils n'étaient pas en lien avec l'Infâme. Je n'avais jamais discuté les ordres jusqu'à ce jour, mais mon commandant me menaça de mort si je désobéissais... Aujourd'hui encore, leurs visages déformés par la douleur des flammes me pourchasse. C'est après cet incident que j'ai décidé de quitter les inquisiteurs. Emportant pour seuls souvenirs matériels ma médaille et mon épée. Que faire dès lors ? Je ne voulais pas rentrer chez moi ou retourner au monastère, où l'on me verrait comme un lâche... Je cherchais du travail à Clantor, c'est alors qu'on me proposa de devenir bibliothécaire.


Bibliothécaire était tout à fait le genre de travail qui me plaisait, au milieu des livres, à les respecter comme des objets sacrés. C'est à ce moment que j'ai commencé à m'essayer à l'écriture d'ailleurs, nourri de grands auteurs intemporels et d'autres plus récents. Je me passionnais pour les récits de voyage. Chaque soir, je rentrais chez moi en emportant un livre et je le dévorais en jetant de petits coups d’œil à mon épée accrochée au mur. C'est en lisant un rapport sur une disparition en mer que je fus interpellé, il était question d'un homme qui avait survécu à un naufrage, qui disait avoir découvert une île où les habitants vénéraient un volcan. Une flamme d'aventurier brûlait en moi. Je mis tout en œuvre afin de trouver cette île, seul. C'est ainsi que je découvris les Phissiens. Pour ceux qui ont lu le livre d'Armed Meran Ost Kiram, je leur réponds que nous sommes la même personne, j'ai simplement dû changer mon nom et mon âge afin que mon livre soit publié, car les inquisiteurs de Tyr n'aiment pas que les anciens membres publient des choses... Allez savoir ! Toujours est-il que c’est chez ce peuple que je découvris mes racines, j’en savais très peu sur mon père, c’est par hasard, lorsque le roi Zolerow IIème me décrivit une des fresques du palais Phissien que j’entendis son nom… Roggvir Pravian, que l’on pourrait traduire par Roggvir le Banni. Je portais donc le nom d’un traître, qui avait assassiné sa propre sœur après que cette dernière l’ai surpris avec femme autre que son épouse. Néanmoins, mon rôle était de faire connaître ce peuple en Zaerod, je devais partir, de plus, je n’allais pas risquer de dévoiler mon lien de parenté avec le Traître. Après la parution de mon livre, je me sentais vide à nouveau, je cherchais alors dans les archives des traces de civilisations méconnues ou disparues. Ainsi, j’ai écrit de nombreux livres, sur les Imakandis, les Kouiwanévas, les Torsehns. J’ai découvert les ruines de cités antiques telles que celle de Vivec, Norskilton, Lateubhamatieuh. L’argent que je touchais me servit à créer une nouvelle église non loin de la capitale, où toutes les bonnes philosophies des différents peuples avec qui j’avais vécu me permirent d’établir celle qui me paraissait la meilleure. Chaque jour, je prêchais en faveur d’ un monde où tous nous pourrions vivre ensemble, sans aucune discrimination, où la paix et la fraternité seraient les maîtres mots.
avatar
Zodiac
Légende


Fiche de personnage
Nom: Karl
Race et classe: Humain Lansquenet
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amok Thade Semos Attar Nado Zaïus Pravian III

Message par Tinùviel le Dim 16 Nov - 3:03

J'adore, Zo ! C'est vraiment dommage que tu ne joue plus Amok...

Au fait, ce n'est pas fini, si ? Il y'a une suite ? Si oui, j'ai hâte de la lire, j'ai dévoré ton pavé d'un seul coup !
avatar
Tinùviel
Princesse du Nord


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amok Thade Semos Attar Nado Zaïus Pravian III

Message par yellowhub le Dim 7 Déc - 22:45

coucou zoz j'adore ce que tu écris comme d'hab, par contre j'ai qq question 
on est d'accord qu'il n'y a aucun rapport entre le premier post et le post sur Amok ? si oui pk tu créer pas 2 posts, ça serai plus simple non ? Smile

a la fin du passage , je comprend pas la référence au physsiens, tu veux dire que le village où il était c'était la terre des physsiens ? Smile 
sinon sérieux j'ai adoré tt lire , très sympas <3

tu veux que je valide ça ?
avatar
yellowhub
Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Amok Thade Semos Attar Nado Zaïus Pravian III

Message par Zodiac le Mar 9 Déc - 22:14

Hahaha, merci beaucoup, mais Amok n'est en rien un perso qui a besoin d'être validé car il est déjà "mort", il a beaucoup accompli, certains s'en souviennent encore (Melk' et Zorgune pour ne citer qu'eux).

En fait, Amok est le fils d'un prince Phissien qui a été banni sur un continent autre que Zaerod. Les Phissiens pour leur part vivent sur une île, pour plus d'information, consulte L'Île Phissienne.

Et puis, Amok était un être a deux facettes, celle du premier post était une simple ébauche pour en faire une véritable machine à tuer (comme l'indique son prénom). Mais au fur et à mesure j'ai fait de lui un être tourmenté que je révèle peu à peu dans ses Dernières Confessions.
avatar
Zodiac
Légende


Fiche de personnage
Nom: Karl
Race et classe: Humain Lansquenet
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amok Thade Semos Attar Nado Zaïus Pravian III

Message par Seigneur Jakub le Ven 30 Oct - 20:56

Hum, c'est un petit peu une légende... Non?
Une sorte de prophète ou de grand homme?
avatar
Seigneur Jakub
En apprentissage


Fiche de personnage
Nom: Emilika
Race et classe: Cendreuse
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Amok Thade Semos Attar Nado Zaïus Pravian III

Message par yellowhub le Dim 1 Nov - 0:09

Voilà c'est ça ^^ 
Zodiac  n'utilise pas ce personnage dans les RP  il a surtout créé une lignée (génération d'aventuriers )qui sont je trouve géniaux Wink
Dans les RP  où il la utilisé c'était avec de manière modérée donc jamais de cheat  , ensuite le côté légende vient aussi du fait que Zodiac est un vieux membre Wink
avatar
yellowhub
Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Amok Thade Semos Attar Nado Zaïus Pravian III

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum