Jeu de Rôles Libre
Bonjour !
Tu viens d'atterrir sur le forum du Jeu de Rôles Libre.
Ici, tu trouveras un jeu par écrit fonctionnant un système libre, intuitif et réellement amusant.
Viens vite découvrir tout ce que nous proposons sur ce lien !

Luxianne d'Azcrynôtt, la violoniste des émotions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Luxianne d'Azcrynôtt, la violoniste des émotions

Message par Tinùviel le Mer 21 Aoû - 23:28

 Identité :


Nom, prénom et/ou surnom : Luxianne d’Azcrynôtt.
 
Âge : 20 ans.

Race : Humaine.

Rang : Officiellement, Marquise d’Azcrynôtt, mais elle a renoncé à ce titre le jour de ses quatorze ans et n’est désormais plus qu’une simple vagabonde.

Métier : Musicienne ; violoniste.

Equipement : Luxianne possède un violon, une bourse de 500 pièces d’or et autant de pièces d’argent ainsi que deux petites dagues – l’une en argent enduite de poison, l’autre en métal grossier – et deux robes de paysanne de rechange en plus de celle qu’elle porte déjà, contenus dans une besace toute simple de cuir brun, pour tout bagage.

Caractère : Autrefois douce et innocente, Luxianne nourrie désormais une certaine hostilité envers les hommes de par son passé et reste le plus souvent seule, bien qu’elle refuse de s’avouer qu’elle souffre de cette solitude auto-imposée.

Particularité : Luxianne, bien qu’humaine et sans aucune ascendance magique ou démoniaque, détient un pouvoir qui ne cesse de lui peser au fil des années et qu’elle possède depuis ses quatorze ans: tout être surnaturel ou humain de sexe mâle est irrémédiablement attiré physiquement par la jeune femme et se met à la désirer dès qu’il pose les yeux sur son visage. Elle n’a aucun contrôle sur ce pouvoir et cela la trouble énormément. En parallèle elle a développé un autre pouvoir avec son violon : les mélodies qu’elle en tire, reflets de ses émotions et humeurs, influent sur les personnes qui les entendent ; une mélodie sombre et accablée fera revivre ces mêmes moments à l’auditoire par des visions, selon le passé de chacun. De même pour une mélodie joyeuse et fêtarde, une mélodie colérique et haineuse et une mélodie tendre et passionnée. D’autre part, la jeune femme peut créer des flammes avec son violon, pour se défendre de « prétendants » trop audacieux, mais elle ne les blesse que lorsqu’ils s’acharnent à vouloir conquérir ses faveurs.


Histoire :

Luxianne avait autrefois deux sœurs, lui ressemblant en tous points du fait qu’elles étaient triplées, si ce n’était que leurs chevelures n’avaient pas la même longueur pour pouvoir les différencier. L’une s’appelait Mékélia et l’autre Nirva. Elles avaient toutes trois vécu une enfance heureuse avec leurs parents, le Marquis et la Marquise d’Azcrynôtt, mais ce bonheur ne devait pas durer.

 Le matin de leur quatorzième anniversaire, lors d’une promenade en forêt sur le domaine de leur père, Luxianne s’éloigna pour confectionner un bouquet de fleurs sauvages pour sa mère. Elle était non loin de la route et soudain, elle entendit  des cris de douleur et des bruits de métaux entrechoqués. Elle revint en courant près du chemin, se cacha derrière un arbre et aperçu des brigands. Sa mère et sa sœur Nirva étaient étendues sur la route, dans une mare de sang. Les bandits étaient trop nombreux pour que son père les combatte seul et le Marquis avait déjà encaissé plusieurs blessures pour protéger Mékélia. Mais, malgré les efforts acharnés de son père, la jeune fille connue bientôt le même sort que sa mère et sa sœur Nirva. Le Marquis tourna la tête vers les arbres, cherchant son unique fille encore en vie et aperçu Luxianne. Heureusement pour elle, son père fût seul à la voir. Et, alors que l’un des brigands le poignardait en traitre près du cœur, il murmura silencieusement a sa fille : « Courre… sauves-toi… » avant de s’effondrer sur le sol, dans un dernier soupir.

Luxianne lâcha les fleurs et se mis à courir, à courir aussi vite qu’elle le pouvait, sans s’arrêter, déchirant sa robe émeraude et lacérant ses joues aux branches basses des arbres et aux buissons. Elle n’arriva près d’un village qu’à la nuit tombée et se réfugia dans une auberge, étrangement vide pour un début de soirée. Ses joues étaient couvertes de sang et baignées de larmes et sa robe n’était plus que lambeaux verts boueux. Elle demanda maladroitement si elle pouvait trouver refuge en ce lieu, car elle avait été agressée dans la forêt. L’aubergiste, un homme assez grand et plutôt de forte musculature, la regarda les yeux remplis une lueur que son jeune esprit, encore sous le choc, ne sut interpréter. Il regarda rapidement s’il restait des chambres libres dans son registre, puis lui donna une clé et lui indiqua l’escalier et la troisième chambre à droite du couloir. La jeune fille demanda si elle pouvait également manger un peu et l’aubergiste l’accompagna à une table vide, puis il lui apporta après quelques instants un grand verre d’eau et une assiette de légumes et de viande fumante que Luxianne ne vida qu’à un quart, tant son estomac était noué par la vision, encore très nette dans son esprit, des corps ensanglantés de ses parents et ses sœurs.

Luxianne, remerciant l’aubergiste, monta finalement à l’étage et se lava rapidement le visage dans la minuscule salle d’eau que la chambrée comprenait. Puis elle se pelotonna dans le lit et fini, épuisée, par s’endormir d’un sommeil de plomb.

Au matin, elle se réveilla totalement nue dans le lit, l’aubergiste à ses côtés, une main posée sur sa poitrine. Terrifiée, mais ne comprenant pas vraiment ce qui s’était passé, Luxianne voulu se lever pour quitter l’auberge, mais l’homme se réveilla et la serra de force contre lui. S’ensuivit pour elle un moment horrible, car elle ne parvenait pas à se défendre malgré tous ses efforts. Après ce monstrueux acte, l’aubergiste, s’étant rhabillé, sortit de la chambre comme si de rien n’était, laissant là une jeune fille meurtrie à l’esprit brisé.

Luxianne resta un long moment recroquevillée sur la couchette, sans bouger, pleurant en silence – tant sa douleur que la mort de sa famille –, craignant que son tortionnaire ne revienne. Après ce qui lui parut une éternité, elle se leva, retenant un cri de douleur tant son corps la faisait souffrir. Elle trouva dans l’armoire de la chambre une robe de paysanne et une petite dague sous le lit, sans doute tombée lorsque le tavernier s’était rhabillé. A l’aide de la lame, elle découpa la robe de façon à ce qu’elle soit à sa taille et utilisa un long morceau déchiré de sa toilette émeraude pour se constituer une ceinture de fortune. Puis elle sortit prudemment de la chambre, en serrant la dague dans sa main. Le tavernier n’était nulle part en vue, mais la jeune fille sortit de l’auberge en pressant tout de même le pas, de peur de se faire rattraper, la lame cachée dans sa ceinture.

Elle partit vers l’orée du village, dans l’aube fraiche, puis essaya de retrouver le chemin du manoir de sa défunte famille, sans avoir à repasser par la forêt, appréhendant que les bandits n’y demeurent encore.

Elle n’y parvint que le lendemain en milieu de journée. Sur le chemin, elle mangea un peu de baies sauvages comestibles, que sa défunte mère – malgré sont statut de Marquise – lui avait apprit à  reconnaitre grâce à ses connaissances des plantes médicinales et alimentaires.

Luxianne entreprit de fouiller prudemment la demeure de sa famille trépassée pour trouver quelques objets qui pourraient lui être utiles. Les brigands n’étaient nulle part ; le manoir était tout simplement abandonné.

Dans l’ancien bureau de feu son père le Marquis, la jeune fille trouva une besace de cuir brun, sobre mais résistante, une bourse contenant environ cinq cent pièces d’or et autant de pièces d’argent, ainsi qu’un violon et son archet. Le violon de son père. Il lui avait apprit dès ses sept ans à en jouer, car elle en avait exprimé le souhait, et était très fier des prouesses de sa fille, du fait de son jeune âge.

Elle alla ensuite dans les appartements de ses parents et trouva une petite dague à la lame d’argent enduite de poison, qu’elle savait que sa mère gardait dans une trappe secrète près de son côté du lit.

Enfin, Luxianne se rendit dans la chambre d’une domestique. Comme elle s’y était attendue, la chambrée était inoccupée, comme le reste de son ancien foyer. Elle se dirigea aussitôt vers un petit placard et y prit trois robes de paysanne aillant appartenues à la domestique, qu’elle plia et rangea dans la besace, à côté du violon, de la bouse de pièces et de la dague d’argent de sa mère – la dague du tavernier étant cachée dans la ceinture de fortune de la robe qu’elle portait.

Elle sortit du manoir, adressa une prière à sa famille anéantie, en versant d’abondantes larmes – de  rage de ne pas avoir été en mesure de pouvoir les aider et les sauver, tout autant  que de chagrin – leur demandant humblement de la protéger jusqu’à ce qu’elle soit en âge de mieux se défendre seule, puis partit, non sans jeter de nombreux regards en arrière vers le manoir.



Pendant six longues années, Luxianne vagabonda par les chemins, s’arrêtant de temps à autres dans un village ou une ville pour jouer du violon, mais ne dépensant que très peu son argent. 

Ce fût pendant la première année de son errance que la jeune fille qu’elle était encore découvrit la malédiction qui était devenue la sienne et le pouvoir qu’elle possédait sur les mélodies qu’elle jouait au violon – elle montrait des visions du passé personnel de chaque membre de son auditoire selon les sentiments des mélodies qu’elle interprétait (parfois joyeuses, mais le plus souvent affligées ou haineuses, reflets de son propre passé et de son enfance détruite). Elle fût tout d’abord étonnée de ce pouvoir, puis fini par s’y habituer. Malheureusement, elle comprit vite ce qui s’était passé avec le tavernier, le lendemain de ses quatorze ans. L’origine de ses souffrances était la malédiction : aucun être humain ni aucun être surnaturel mâle – les espèces surnaturelles à demi animales n’étaient, heureusement pour Luxianne, pas concernées –  ne  pouvait voir son visage sans qu’il ne désire aussitôt avidement le corps de la jeune fille. Elle pensa qu’elle avait eu, alors, une certaine chance, du fait que la taverne ait été vide, n’osant imaginer ce qu’aurait été son calvaire dans le cas contraire. Elle avait donc apprit à garder au maximum son visage rivé au sol, tant quand elle jouait du violon, que lorsqu’elle se déplaçait dans les rues.

Un soir, alors qu’elle jouait un air d’une mélancolie déchirante, un homme – le seul, dans la rue presque déserte, qui s’était arrêté pour l’écouter – s’avança vers Luxianne à la fin de sa mélodie et, posant les doigts sous le menton de la jeune fille de dix-sept ans qu’elle était désormais, lui releva la tête de façon qu’il pu voir son visage. Luxianne ne parvint pas à garder la tête baissée. Elle remarqua qu’il ne devait pas avoir beaucoup plus de vingt-trois ans, environ, et qu’il était un vampire, du fait de la pâleur diaphane de sa peau et de la vue de ses canines, bien plus longues que celles d’un humain, lorsqu’il lui sourit de toutes ses dents. Mais dans ses yeux brillait la lueur que la jeune fille redoutait tant.

Elle ne su si ce fût l’effet de la terreur ou une autre raison, mais lorsqu’il la plaqua au mur de l’habitation devant laquelle elle s’était installée pour jouer, une petite voix dans sa tête lui cria : « Joue ! Joue de ton violon de toute ta volonté ! Ne penses à aucune émotion, mais persuades-toi que tu le ferras fuir ainsi ! Joue, ta vie en dépend ! ». Alors elle ferma les yeux et joua, se faisant violence pour demeurer aussi insensible qu’une statue de marbre à la ferveur toujours plus pressante du vampire. Et soudain, elle sentit une vive chaleur près de son visage. Elle rouvrit les yeux et s’aperçue que des flammes orangées et rouges jaillissaient des cordes de son instrument et de l’archet qu’elle tenait, mais qui, curieusement ne la brûlaient pas, malgré les petites étincelles volant sur sa peau. Le vampire avait reculé devant l’inopiné brasier, mais dès que Luxianne joua moins résolument et qu’il vit les flammes décliner, il se rapprocha vivement. La jeune fille rassembla alors tout son courage et sa volonté et reprit de plus belle. Emporté par son ardeur et son empressement, le vampire vit l’une de ses mains, ainsi que ses cheveux prendre feu ; il recula prestement et se roula désespérément dans la poussière pour éteindre les flammes qui le consumaient.

Aussitôt, la jeune violoniste cessa de jouer et baissa rapidement le visage vers le sol de terre pour dissimuler ses traits grâce à ses longs cheveux. Les flammes sur son instrument s’éteignirent totalement, de façon instantanée. A la clarté lunaire, Luxianne remarqua cependant que son violon était intact, tout comme l’archet. Elle ramassa sa besace, y replaça son instrument, puis parti d’un pas rapide vers la sortie de la ville, les yeux fixés sur le sol.

Dorénavant, elle savait qu’elle pourrait se défendre si pareil cas que celui-là se représentait. Mais elle avait été plus secouée par cette attaque qu’elle ne voulait se l’avouer. Elle resta dans la forêt durant des semaines, évitant au maximum de croiser des gens, qu’ils aient été hommes ou femmes, êtres humains ou surnaturels. Pendant cette période, elle devint végétarienne, se refusant à tuer des animaux pour survivre et ne se nourrissant que de baies, de légumes sauvages et de racines dont elle faisait des potages, ainsi que de fruits et médita beaucoup pour trouver en elle la force de vivre avec sa malédiction sans garder constamment le visage tourner vers la terre. Luxianne en vint même à s’infliger une fine cicatrice à l’œil droit avec la dague en métal du tavernier, sans pour autant endommager sa vue, dans l’espoir d’enrailler la malédiction qui pesait sur elle. Parallèlement à sa méditation, elle développa en son cœur une haine sauvage envers les êtres humains ou surnaturels mâles, ces êtres qui voudraient son corps dès l’instant où ils poseraient les yeux sur son visage.

Ayant perdue sa famille, elle ne s’attacha plus à personne – même aux créatures féminines, qui ne lui feraient pourtant jamais aucun mal de la manière qu’elle haïssait le plus – ni à rien, si ce n’était ses maigres effets personnels.

Elle continua à errer par les chemins durant trois ans. Elle n’était encore jamais aller dans les grandes villes, se contentant des plus petites et des villages, car elle redoutait la trop grande foule. Pourtant, elle se résolue, à l’approche de son vingtième anniversaire, à essayer de trouver de l’aide pour annuler ou du moins atténuer sa malédiction ; et le meilleur moyen était de se rendre dans une grande ville, où les guérisseurs et mages étaient plus nombreux. Alors, pourquoi pas Clantor, la capitale ?

À l’heure qu’il est, elle ne doit pas être loin d’être arrivée.

 
Objectif : Atténuer et au mieux, annuler la malédiction qui pèse sur elle. Accessoirement, essayer de renouer des liens avec des êtres vivants autres que des animaux.


À gauche Mékélia, au centre Luxianne et à droite Nirva, peu avant leur 14 ans:

Luxianne à 20 ans:
avatar
Tinùviel
Princesse du Nord


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luxianne d'Azcrynôtt, la violoniste des émotions

Message par Nocktambule le Jeu 22 Aoû - 15:08

Haha super son pouvoir de séduction qu'elle ne controle pas ^^' J'ai fait la même chose avec Jake, mon vampire =)

Sinon super personnage, j'ai hâte de voir ce qu'il peut faire en RP

EDIT: Après avoir relu une troisième ( quatrième ? ) fois ton histoire, je me rend compte que tu donne une dimension assez particulière à ce pouvoir, du fait qu'il soit détenu par un personnage féminin. Le tavernier et le vampire par exemple, je n'aurais pas pu faire ça avec mon Jake, du fait que c'est un homme et que des personnages féminins n'auraient pas eu la même réaction je pense, à sa vue ( selon moi les femmes sont plus tournées sur la séduction d'abord lorsqu'elle rencontrent mon vampire, alors qu'on peut voir dans ton histoire que les hommes qui sont "victimes" de ce charme sont instinctivement pris d'un désir purement et simplement physique et n'allant pas plus loin ). Je pense que la rencontre de nos personnages dans un RP pourrait être intéressante, d'une part pour ton histoire, rencontrer des personnes qui ont la même "malédiction" peut en apprendre beaucoup à ton personnage, et au mien par la même occasion, d'autre part pour le coté comique de la double-attirance, réfrénée par l'esprit "gentleman" de mon vampire ( ce qui évitera l'agression en public, sans pour autant annuler l'attirance physique ). Qu'en pense tu ?

PS: désolé je suis passé de deux lignes à 15 juste en un edit ^^'


Dernière édition par Arakim Gorondo le Jeu 22 Aoû - 15:40, édité 1 fois
avatar
Nocktambule
Maître


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luxianne d'Azcrynôtt, la violoniste des émotions

Message par Andar Nerland le Jeu 22 Aoû - 15:24

Hey Tinù, tu arrêtes ta carrière de vampire ?

Sympathique petit perso. Pour une fois qu'on ne fait pas un gros guerrier tout moche ou un assassin qui tue tout. ^^

Juste une question, peut-on résister aux pouvoirs de cette ravissante personne ?
avatar
Andar Nerland
Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Luxianne d'Azcrynôtt, la violoniste des émotions

Message par Nocktambule le Jeu 22 Aoû - 15:47

Andar, je me posais aussi une petite variante de ta question, à savoir " est il possible pour les personnes victimes d'intérioriser leur désir un moment ou sont elles contraintes de faire un viol en public dès qu'elles voient son visage ?"

Ayant aussi ce pouvoir, j'aurais répondu qu'une personne avec un forte mentalité ou un caractère forgé peut résister un temps à cette attirance, je cite d'ailleurs la fiche de mon vampire:

"certaines jeunes femmes qui ont grandi difficilement ou ont vu la mort à plusieurs reprises résistent un peu à ce pouvoir, mais pas longtemps"
Évidemment j'attends aussi ta réponse à la question d'Andar, car ce pouvoir fait partie de l'un de mes favoris et en apprendre plus sur son fonctionnement chez les êtres féminins m'intéresse beaucoup.
avatar
Nocktambule
Maître


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luxianne d'Azcrynôtt, la violoniste des émotions

Message par Tristan Akasha le Jeu 22 Aoû - 20:29

Je pense que le pouvoir de Luxanne attire irrémédiablement le sexe opposé, mais que chacun est libre d'agir selon ses possibilités(le tavernier profite d'une fillette affamée et seule, le vampire profite lui d'une ruelle et de sa force, comme tout prédateur pourrait le faire), après à voir si c'est le pouvoir qui modifie la personnalité des personnes du sexe opposé... Après ce ne peuvent être aussi que les circonstances qui ont provoqué de telles situations. (Son père, ou n'importe quel autre homme avant la mort de ce dernier, n'ont pas tenté de la prendre de force, ni de la prendre tout court...)
avatar
Tristan Akasha
En apprentissage


http://www.palaisdufantastique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luxianne d'Azcrynôtt, la violoniste des émotions

Message par Tinùviel le Jeu 22 Aoû - 20:48

Alors...

Andar : Non, je n'abondonne pas ma carrière de vampire, t'inquiète pas.

Arak' : Pour la question d'intériorisation du désir chez les victimes, je dirai que très peu d'hommes (ou disons plutôt d'êtres humains ou surnaturels mâles) le peuvent, car le pouvoir de Luxianne est très violent, vu qu'elle n'arrive pas à le contrôler du tout. Du coup, je dirai que les hommes qui ont un passé vraiment très fort, traumatisant et violent, peuvent résister un petit moment à sa malédiction s'ils croisent son visage. Mais vraiment pas beaucoup. Genre environ 3 minutes au maximum. Du coup, s'ils passent pas leur chemin avant la fin de ce lapse de temps, ils auront vraiment beaucoup de mal à résister par la suite. 

D'ailleurs, Arak', j'ai répondu à une partie de ta question dans l'histoire de Luxianne. Au moment où le vampire voit son visage, ils sont tous les deux dans la rue, et il se jette sur elle aussitôt (donc oui, les victimes du pouvoir de Luxianne peuvent très bien commettre un viol en pleine rue, ils en ont rien à faire vu qu'il y a que l'accomplissement de leur affaire qui occupe leur esprit à ce moment là), seule la découverte de son pouvoir de création de flammes avec son violont lui a permis de s'en sortir indemne. Et si vous tiquez sur le fait que le tavernier s'est retenu pendant un moment, le jour des 14 ans de Luxianne, c'est tout simple : son pouvoir n'avait pas encore la force qu'il a aujourd'hui.

Et j'ai oublié de le préciser, mais son pouvoir de séduction peut faire des victimes dans une tranche d'âge plutôt assez large : des adolescents de 15/16 ans aux hommes d'âge plutôt mûr, donc vers 55 ans. Et dans Clantor, y'en a un paquet, je pense, donc Luxianne est mal barrée...

Voilà, j'espère avoir répondu à toutes les questions pour le moment !

PS : Arak', oui, un rp entre ton vampire et Luxianne pourrait sans doute se faire, mais il risque d'avoir du mal à résister, d'après moi, aux vues des informations que je viens de donner ci-dessus.
avatar
Tinùviel
Princesse du Nord


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luxianne d'Azcrynôtt, la violoniste des émotions

Message par Nocktambule le Jeu 22 Aoû - 21:08

Jake ne contrôle pas non plus son pouvoir, ça lui est tombé dessus comme ça à l'adolescence, du jour au lendemain. Autant dire que c'est très violent aussi comme "force d'attraction", mais étant donné que les cibles sont des femelles, c'est moins "musclé" comme approche à chaque fois ^^'

Luxianne risque d'avoir énormément de mal à résister aussi, d'autant que Jake vit à visage découvert, sans capuche. Il faudrait qu'on s'organise ça =) MP moi si tu es intéressée qu'on en discute pour trouver quel type de RP on pourrait faire =)
avatar
Nocktambule
Maître


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luxianne d'Azcrynôtt, la violoniste des émotions

Message par Andar Nerland le Jeu 22 Aoû - 21:13

Tinù a écrit:(donc oui, les victimes du pouvoir de Luxianne peuvent très bien commettre un viol en pleine rue, ils en ont rien à faire vu qu'il y a que l'accomplissement de leur affaire qui occupe leur esprit à ce moment là)
Comme c'est joliment tourné. Tu aurais pu dire que tout ce qu'ils voulaient, c'était se vider aussi...

Donc si je comprends bien, ce n'est pas de l'attirance amoureuse, mais bien sexuelle (et apparemment, très très fort). Bonne chance dans ce cas. xD
avatar
Andar Nerland
Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Luxianne d'Azcrynôtt, la violoniste des émotions

Message par Nocktambule le Jeu 22 Aoû - 21:17

Oui Andar ce qui prime c'est l'attirance physique, bien que pour le cas masculin, la "sentimentalité féminine" provoque également une sorte d'euphorie intérieure, qui mène à un réel sentiment amoureux, si fort que la jeune femme en question peut se montrer très entreprenante pour obtenir les faveurs de Jake.
avatar
Nocktambule
Maître


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luxianne d'Azcrynôtt, la violoniste des émotions

Message par Tristan Akasha le Jeu 22 Aoû - 21:24

Andar Nerland a écrit:Bonne chance dans ce cas. xD
Tu m'étonnes, avec un tel pouvoir et se diriger vers la cité la plus peuplée du continent... Il faudra plus que de la chance...^^"
avatar
Tristan Akasha
En apprentissage


http://www.palaisdufantastique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luxianne d'Azcrynôtt, la violoniste des émotions

Message par Tinùviel le Ven 23 Aoû - 1:02

Luxianne a moyen de se défendre avec son pouvoir de création de flammes avec son violon, mais oui, elle aura quand même besoin de beaucoup, beaucoup de chance. J'espére qu'elle va pas se faire accoster par tout un groupe sinon ça va faire très mal... et puis je pense qu'elle gardera quand même pas mal la tête baissée vers le sol, donc ça devrait limiter les dégats.
avatar
Tinùviel
Princesse du Nord


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luxianne d'Azcrynôtt, la violoniste des émotions

Message par Tristan Akasha le Ven 23 Aoû - 1:16

Ou sinon faut qu'elle porte une cagoule... (Super fashion...)
avatar
Tristan Akasha
En apprentissage


http://www.palaisdufantastique.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Luxianne d'Azcrynôtt, la violoniste des émotions

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum