Jeu de Rôles Libre
Bonjour !
Tu viens d'atterrir sur le forum du Jeu de Rôles Libre.
Ici, tu trouveras un jeu par écrit fonctionnant un système libre, intuitif et réellement amusant.
Viens vite découvrir tout ce que nous proposons sur ce lien !

rédemption

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

rédemption

Message par Assiah le Lun 7 Déc - 20:56

L'astre flamboyant disparaissait lentement . Le fier combattant était passé d'un orange vif à un rouge sombre avant de s'avouer vaincu et d'être avalé par l'horizon. Réminiscence de sa splendeur mourante, une ligne rosée s'effaça peu à peu pour laisser place à la pénombre. Dans quelques minutes, la nuit aurait étendu son voile et l'obscurité dominerait le monde. 


La guerrière blonde frissonna. Non pas à cause de l'air ambiant devenu plus froid mais à cause des pensées sombres qui étaient les siennes depuis sa dernière mission. Le coucher du soleil avait ravivé le souvenirs de jours heureux et la belle retint à grand peine l'écueil qui menaçait de la submerger. Une larme solitaire glissa lentement le long de sa joue blanche traçant un sillon qu'accrochèrent les derniers rayons du soleil. Comme elle aurait souhaité pouvoir encore regarder un de ces magnifiques instants avec Monsieur Metal. Elle ne se rappelait que trop bien de leur conversation autour de ce spectacle magique. Plus jamais elle ne pourrait regarder cette magnificence sans qu'inévitablement son esprit l'associe au géant de métal. 


Cela faisait maintenant quelques semaines qu'elle s'était réveillée au milieu de l'océan. La solitude qui avait toujours été une compagne de voyage agréable lui avait semblé oppressante. Seule au milieu de nul part, la guerrière avait hurlé aux embruns sa peine, sa frustration et sa colère mais aussi sa peur. Elle ne s'effaçait pas, restait tapie au fond de son être, Assiah la sentait, là, qui ne demandait qu'à s'exprimer de nouveau. 


Après quelques heures où elle avait erré entre semi-conscience et sommeil, l'évidence l'avait frappée de plein fouet: elle, la fougueuse guerrière blonde, était l'unique survivante du massacre qui avait eu lieu. Les paroles de Mym lui revinrent alors à l'esprit. Il lui incombait désormais la lourde tâche d'alerter le monde de l'existence de cette armée sortie de l'enfer. Un nouveau frisson la parcourut au souvenir de ces soldats effrayants qui ressemblaient davantage à des démons qu'à des hommes. Qu'étaient-ils? D'où venaient-ils? Et surtout que voulaient-ils? Toutes ces questions sans réponses n'avaient pas fini de la tarauder. Une autre priorité s'imposa pourtant à elle: sa survie. Les jours suivants, Assiah avaient tourné toutes ces pensées sur cet unique objectif. 


Ce ne fut qu'une fois qu'elle se fut trouvé un abri sûr et qu'elle s'était assurée que personne ne l'avait suivie que la survivante s'était octroyée le droit de penser aux derniers événements. Assiah se laissa alors noyer dans son chagrin. Ces horribles instants seraient à jamais gravés dans sa mémoire remontant à la surface de sa conscience dès qu'elle leur en laisserait l'opportunité. Les scènes se succédaient à une allure folle, décousues sans le moindre film pour les retenir. encore et encore. Les yeux de la nordique avant qu'Assiah ne tourne les talons, sa bravoure devant la mort et ses derniers mots... de même, les derniers instant de l'homme métal se bousculaient dans son esprit avec une acuité diabolique. De nombreuses fois, la jeune femme torturée s'était demandée si ce semblant de sourire qui avait défini cette dernière image de lui était réel ou ne relevait que d'une tribulation de son esprit. Tous deux lui manquaient cruellement.

Plus d'une fois, la jeune femme avait cru devenir folle. Enfermée dans un cauchemar qui ne semblait pas vouloir s'interrompre, nourri par sa culpabilité et ses regrets. Elle aurait dû le dire tellement de choses...

Assiah avait peu à peu retrouvé sa lucidité. Elle s'était accrochée à l'idée d'honorer ce qu'elle considérait comme les dernières volontés de son amie. Elle se devait de prévenir le monde. Cette pensée lui avait insufflé la force nécessaire pour qu'elle sorte enfin de sa solitude et décide de revenir à la civilisation. Un matin, elle avait donc quitté son abri de fortune et s'en était allée d'un bon pas sous un soleil timide mais bien présent. 


Il avait fallu à la belle amazone plus d'une journée de marche pour apercevoir les premiers signes d'habitations. Elle ne savait pas vraiment jusqu'où le grand bleu l'avait escortée ni où elle avait échoué. Où qu'elle soit, il n'y avait pas de glace, pas de neige. Le climat était bien plus clément ici. La nature foisonnait, les arbres bourgeonnaient et les prairies d'herbes folles s'irisaient de mille et une couleurs. L'air sentait bon, les effluves des fleurs se mélangeaient subtilement à l'odeur qu'à la terre après la pluie. Assiah eut même la joie de pouvoir observer le galop impétueux d'un troupeau de mustangs qui disparut à l'horizon, libre. Là, devant les beautés de Dame Nature, elle avait retrouvé un peu de sérénité jusqu'à ce que son regard accroche le soleil mourant et que les souvenirs l'emprisonnent dans leur triste cortège.

La guerrière blonde s'arracha à sa contemplation pour allumer rapidement son feu avant la tombée totale de la nuit et la venue de l'obscurité. Tandis qu'elle s'activait, il ne lui fallut pas longtemps pour faire jaillir une étincelle de son briquet à amadou. Elle approcha les herbes séchées dont elle avait fait provision tout au long de la journée et rapprocha son visage du sol pour souffler doucement sur les braises. Quelques secondes plus tard, une première flamme jaillissait bientôt suivie de ses sœurs. Ces gestes moult fois répété la rassuraient aussi sûrement qu'une routine. 


Soudain, la jeune femme fut alertée par son instinct. Toujours à genoux, elle posa une main au sol pour vérifier et la retira aussitôt sur le qui-vive. Bientôt, le bruit d'une cavalcade confirma les peurs de la belle et elle sortit ses armes du fourreau, prête à défendre chèrement sa vie.

Ils étaient trois, trois cavaliers en armure qui s'approchaient de la guerrière blonde. Ils ne semblaient pas hostiles et, alors qu'ils s'approchaient, elle put reconnaître les traits typiques des natifs du pays du thé à la faveur de la lueur des flammes qu'elles venaient d'allumer. Au cours de ces nombreuses errances à travers le monde, elle avait eu la chance de pouvoir découvrir ce pays enchanté, encore rempli de mysticisme et de mystère. La belle connaissait leur propension à "sauver les apparences" et l'importance de l'étiquette pour ces gens qui auraient préféré mourir que perdre leur honneur. Sur leurs uniformes, l'amazone reconnut le môn impérial et ses épées disparurent dans son dos avec rapidité. Elle courba l'échine, saluant les trois cavaliers aux yeux bridés.

S'ensuivit une conversation rendue difficile par la barrière linguistique. Enfin, usant des quelques rudiments dont elle se souvenait alliés à des gestes et des mimiques, la belle finit par faire comprendre aux trois cavaliers qu'elle était une messagère porteuse d'importantes nouvelles et qu'elle désirait rencontrer au plus vite le "daïmyo" local.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum