Jeu de Rôles Libre
Bonjour !
Tu viens d'atterrir sur le forum du Jeu de Rôles Libre.
Ici, tu trouveras un jeu par écrit fonctionnant un système libre, intuitif et réellement amusant.
Viens vite découvrir tout ce que nous proposons sur ce lien !

Destins croisés et gueule de bois.

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Destins croisés et gueule de bois.

Message par Mortelune le Jeu 28 Jan - 16:55

Cela faisait six mois. Presque jours pour jours.

Six mois qu'elle était réapparu à Clantor, après son périple en ses terres natales. Six moi qu'elle avait laissé Yoré libre après l'apprentissage qu'elle lui avait prodigué, avec plus ou moins de talent.

Depuis lors, elle était retournée à ses affaires courantes, et ses démons, accessoirement. La solitude, l'alcool, la folie douce d'une vie dont on ne perçoit que subrepticement le sens et l’intérêt. Elle n’était pas retournée voir Uri depuis un moment. Son oeuvre était achevée et elle devait prendre ses distances avec les Noctaliens, pour un temps au moins.

Dans un sens, elle imaginait que sa présence ne leur manquait pas plus que cela, tant elle les savait obnubilés par la préservation du secret qui protège leur existence. Un personnage aussi excentrique qu'elle et un clan si discret ne pouvaient guère faire bon ménage sur le long terme. Et d'ailleurs Yoré devrait jongler avec cette ambivalence contradictoire pour le restant de ses jours. Il faudrait d'ailleurs qu'elle s'inquiète de son adaptation à sa nouvelle condition... Plus tard.

Dès lors Saké s’était retranchée sur elle même. Sortant peu de son repaire, sinon pour rallier quelques lieux de beuverie. Elle avait vécu son retour au Pays du Thé comme une expérience extrêmement traumatisante. Elle avait cela dit, toujours ses projets en tête, retaper son vieux théâtre, dans lequel elle vivait, écrire une pièce à son image, reformer une troupe, trouver le succès, jouir d'une renommée sans frontière... mais elle manquait cruellement de moyens, et le peu dont elle disposait était très vite dilapidé en alcool.

Ses tourments annihilaient chaque jour un peu plus les relents de motivation qui pouvaient persister en elle. Elle faisait toujours bonne figure, jouissait toujours de cette beauté brute qui rayonnait de sous la crasse qui maculait par endroit son visage. Pour autant, la flamme en elle semblait vaciller dangereusement. Le gout de la vie l'abandonnait peu à peu.

Pourtant un matin lumineux, probablement moins morne que les autres, elle décida de se lever plus tôt que d'habitude et ce, en dépit du mal de crâne qui la tourmentait. Elle se lava rapidement le corps et la figure et enfila son vieux kimono de voyage, sans vraiment savoir pourquoi, comme sous l'emprise d'un charme magique qui lui aurait dicté sa volonté. Machinalement elle se coiffa, arrangea son chignon, plaqua son épaisse mèche frontale devant son œil mutilé et se munit de ses armes avant de franchir le seuil de sa porte.

Une intuition, un pressage, un sentiment, quelque chose d'indescriptible la poussait à arpenter, jusque là sans but, les artères remuantes de la Capitale.

Ses pas la conduisirent jusqu'au cœur de la cité, dans ce quartier précis ou tout ce qui était lié de près ou de loin au commerce avait lieu. On y trouvait bien sûr le marché, mais c'est également non loin de là que les crieurs publics faisaient part des offres d'emplois, des enchères, des départs de convois nécessitants escortes, et de bien d'autres choses. L'agitation qui régnait ici fit tourner un moment la tête de la comédienne qui, l'espace de quelques minutes, se maudit pour ses excès de la veille au soir... et de ceux de la nuit d'avant également.

Ne sachant trop pour quelle raison elle en était venu à rallier cet endroit, elle se posa sur un banc, d'abord la tête entre les mains comme pour l'empêcher d'exploser, puis une fois le mal de crâne plus tolérable, plus relâchée. 

Il y avait devant elle un vrai carnaval de personnalités, de statuts, de races... Elle détaillait avec précision, chaque passant comme si elle tentait d'en sonder les raisons de leur venue. Ici un noble accompagné de sa femme, là un mercenaire de passage, plus loin une sorte de mage à la barbe fleurie qui semblait un perdu au milieu de cette foule bigarrée. Elle nota également un impressionnant guerrier Ursidé qui dépassait d'un bon mètre le reste des badauds, et un petit Kitsune court sur pattes portant une ravissante tunique orientale.

Elle connaissait fort bien ces petits êtres dont nombre d'entre eux avant la même contrée d'origine que la sienne... et elle les connaissait suffisamment pour s'en méfier, mais pour le moment, ce dernier ne lui prêtait aucune espèce d'attention.

Elle décida donc de poursuivre son observation, en s'allumant une bonne pipe de tabac brun. Son œil mi-clos continuait de détailler les vagues successives de passants qui se relayait, telles le ressac. 

Bizarrement elle se sentait bien... enfin.. mieux. 

Quelque chose allait se produire aujourd'hui. 

avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Melkerah le Jeu 28 Jan - 18:40

Cela faisait un moment qu'Arasé errait dans les environs de Clantor sans oser pénétrer dans la ville proprement dite. La capitale était intimidante, si grande et grouillante de gens de toutes origines... pas le meilleur endroit pour une toute jeune lycan à peine capable de contenir ses instincts. Pourtant, elle avait décidé de franchir le pas aujourd'hui. Elle avait vraiment besoin de faire un tour dans les marchés, et de toute façon s'il lui fallait réapprendre à vivre dans cet environnement, la pratique serait son meilleur professeur.
Elle choisit d'emprunter de larges rues et avenues plutôt que les passages plus sombres et discrets qu'elle avait fréquentés toute sa vie ; elle n'avait plus à se cacher, elle pouvait vivre en pleine lumière sans craindre le regard des gens désormais. Cependant, elle se retrouva rapidement à raser les murs et à se faufiler dans la foule, autant parce qu'elle se sentait soudain intimidée qu'à cause de ses réflexes acquis. Elle se moqua intérieurement d'elle-même et de son attitude grotesque.
La jeune femme arpenta plusieurs marchés de taille modeste, en vain, avant de se tourner vers le grand quartier commercial. Là au moins elle trouverait tout ce dont elle avait besoin, et elle avait toujours été plus douée pour "récupérer" quelques pièces et menus articles dans la foule, bien qu'elle n'ait jamais été une très bonne voleuse. De plus, elle trouverait peut-être un contrat honnête, avec de la chance...
Arasé n'était pas vraiment engageante au premier regard, bien qu'elle ait passé un certain temps à soigner sa tenue et sa toilette avant de s'aventurer là. Grande et dégingandée, avec sa tunique usée, quoique d'assez bonne facture, qui semblait pendre sur elle et son pantalon sombre qui moulait ses longues jambes minces, elle semblait encore plus maigrichonne qu'elle ne l'était réellement. Par ailleurs, elle avait récemment coupé ses cheveux gris sombre à hauteur de la nuque, permettant bien malgré elle à ses mèches rebelles d'exprimer leur opinion quant à sa coiffure.
C'était à peine mieux si on s'approchait pour regarder son visage. Elle avait toujours eu ces traits coupés au couteau, ces pommettes saillantes et osseuses, mais sa récente transformation avait ajouté quelque chose de subtilement prédateur à l'ensemble. Il fallait regarder jusque dans ses yeux noirs voilés par des mèches sauvages pour trouver une lueur plus accueillante.
Tout en faisant plusieurs fois le tour des lieux, peinant à rester concentrée tant il y avait de choses à voir, elle chercha quelqu'un à qui faire les poches discrètement...
avatar
Melkerah
Audacieuse


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Assiah le Jeu 28 Jan - 20:44

La foule, elle errait sans but dans les méandres des rues. Les gens alentour s'invectivaient, se huaient, riaient, flânaient ou se précipitaient... en un mot vivaient. Il lui avait semblé que la Capitale était un bon endroit pour enterrer ses démons, pour oublier ces dernières semaines. Il n'était pas nombreux ceux qui avaient pris la peine d'écouter la belle guerrière, et moins nombreux encore à l'avoir crue. 

La jeune femme avait passé ces dernières semaines à voyager de contrées en contrées, elle avait vu plus de pays qu'elle n'aurait voulu, toujours portée plus loin par la mission qu'elle s'était fixée. Elle avait retrouvé un certain plaisir à la solitude mais l'amère goût de l'échec qui avait de nouveau couronner sa quête lui avait donner l'envie de se saouler dans le bruit et l'incessant mouvement de la Capitale. 

C'aurait été si facile d'abandonner, de laisser ces misérables qui se moquaient ouvertement de ses avertissements. La sublime blonde ne pouvait pourtant s'y résoudre. Au fil de ces échecs, une idée nouvelle faisait son chemin dans le cerveau d'Assiah. Il fallait qu'elle retourne là-bas, qu'elle s'y infiltre et y trouve une preuve qu'elle pourrait ramener et montrer à tous. 

Quelques hommes s'arrêtèrent pour la regarder se faufiler dans les rues jouant de ses hanches et parfois des coudes pour s'infiltrer dans les passages les plus peuplés. La plantureuse jeune femme ne leur accorda même pas un regard. C'était comme si plus rien ne retenait son attention. Comme si elle était perpétuellement perdue dans ses pensées. Il y avait bien longtemps que ses lèvres ne s'étaient plus étirées pour offrir un sourire à l'un ou l'autre admirateur. Au lieu de ça, elle arborait toujours cet air absent. 

Malgré ou à cause de cette allure hors du temps, elle ne passait pas inaperçue. Ce serait-elle barbouillée de boue qu'elle attirerait encore le regard. Ses formes généreuses, ses yeux dorés et ses lèvres sur lesquelles on avait envie de planter un baiser ne pouvaient être ternie comme l'éclat qui l'illuminait s'était éteint. 

Une main frôla ses hanches et s'aventura plus bas encore avec une hardiesse que l'amazone n'apprécia pas. D'un élan soudain, elle fit volte face. Sa main vola dans les airs cinglant sans ménagement la joue du prétentieux qui osait se montrer si familier avec elle. Un instant, le monde se figea autour d'eux comme les badauds, toujours avides de commérages, s'arrêtaient leurs yeux rivés sur les deux opposants.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Mortelune le Ven 29 Jan - 14:56

Une matinée comme tant d'autre dans un lieu comme celui là, où s’entremêlaient les desseins et préoccupations de centaines de personnes.




Tour à tour d'autres sujets intéressants vinrent tirer Saké de sa torpeur contemplative. Elle suivit avec un intérêt certain un épisode qui se déroulait non loin d'elle et qui mettait en scène un Marchand de créances. Une ordure de la pire espèce d'après la comédienne, dont le passe-temps visait à racheter les dettes de pauvres gens pour les revendre à qui y trouverait grand intérêt et saurait exploiter aux mieux ses nouveaux débiteurs. L'orientale aurait volontiers trancher le gosier de cette raclure inhumaine qui faisait du malheur des autres sa source de profit, mais l'heure n’était pas propice à ce genre de forfait. 

Trop tôt, trop de lumière, trop de monde... et puis... la flemme. Elle était si bien, là sur son banc, pour une fois, le visage baigné d'une douce lumière qui la réchauffait. Pourquoi gâcher ce moment, se demanda-t-elle en s'étirant. Elle retrouverait bien cette pourriture un soir, au détour d'une ruelle, ou au fond d'un gouge immonde et là... tranquillement, elle lui ferait son affaire. Question de karma. On ne pouvait pas dire que Saké était une apôtre de la bienfaisance et encore moins une samaritaine, mais l'injustice la répugnait tant... que parfois elle s'employait à équilibrer un peu les rapports de force.

Quelques temps après elle assista à une séance d'enchères durant laquelle furent vendus des objets et des services aussi hétéroclites que dénués d’intérêts, de son point de vue... Comment pouvait-on mettre autant d'argent dans une simple paire de chaussures à talons !!!!! 

Une nouvelle fois, elle passa en revue la foule. Elle y retrouva les figures observées plus tôt, pour la plupart d'entre elles, du moins celles qui sortaient un peu de l'ordinaire... Et puis son regard fut comme attiré par une femme. Grande, mince, pâle, le visage émacié... et seule.

Alors que le plus grand nombre l'aurait très certainement trouvée banale, Saké elle, ne put s’empêcher de faire le lien avec le Clan Umbra... Pourtant elle, elle ne l'avait jamais vu. Mais il était évident pour l'artiste qu'elle présentait toutes les caractéristiques de la parfaite noctalienne... Elle avait toujours su sentir ce genre de choses...

Visiblement, cette grande tige préparait un larcin... elle continuerait à l'observer du coin de l'oeil le temps qui suivrait.

Au même moment un esclandre attira son attention. A priori un joli brin de fille n'avait pas apprécié les avances un peu pressantes et très tactiles d'un homme un peu trop entreprenant. Ce genre d'incident était tellement monnaie courante que Saké n'y prêtait presque plus attention. Cela se regèlerait probablement par l'intervention de la garde, ou d'une prince charmant qui viendrait au secours de la damoizelle en détresse qui, a n'y pas manquer finirait dans son lit un peu plus tard... d'autant que la dite damoizelle avait plutôt été gâtée par la nature...

L'excentrique comédienne laissa ensuite son esprit divaguer... elle se demanda alors pourquoi on ne venait jamais lui tripoter les fesses à elle, même du bout des doigts, ne serait-ce qu'une caresse subtile, pour flatter son siège... Certes ses formes était moins généreuses que celles de l'autre blondasse qui se baladait presque cul nu en plein Clantor, mais tout de même... Il fallait dire qu'elle ne s’apprêtait guère aussi... Et puis sa tunique... large.. usée... aux couleurs passée... il y avait mieux pour attirer l’œil d'un mâle lubrique. Elle ne se parfumait plus depuis un moment, sauf à l'odeur du vin et sa tignasse ressemblait plus à un maquis sauvage qu'à des cheveux normaux. Elle se sentit un peu jalouse devant ce succès à la rançon certes un peu envahissante... et puis au final elle décida qu'elle n'en avait pas grand chose à foutre... que tant qu'elle avait son tabac et sa cruche... tout irait pour le mieux... d'ailleurs ou était-elle celle-ci ? Encore en vadrouille visiblement...

Elle tira une grande bouffée de sa pipe puis cracha un épais nuage de fumée parfumé et rempli de résignation, qui s'éleva dans le ciel clair.

C'est ce moment que choisit le crieur publique pour faire par des offres d'emplois du jour.

Après les habituelles demandes de main d’œuvre dans les champs, les vergers et sur les docks, une annonce attira enfin son attention. On recherchait une équipée qualifiée pour assurer l'escorte d'un mage durant son périple. La destination ne fut pas mentionnée mais le crieur évoqua une entreprise présentant des dangers potentiels importants et une forte prime à la clef.

Une prime. Une forte. Une forte prime. 

Une forte prime allant "au delà des émoluments habituellement pratiqués à Clantor" d'après le crieur. Intéressant. Très intéressant même. Elle n'avait aucune idée de ce que pouvait être un émolument, mais quand bien même, tout cela était extrêmement prometteur.

Après quoi le crieur fit circuler dans la foule trois enfants, deux filles et un petit garçon d'environ cinq ou six ans, afin de distribuer les prospectus qui donneraient des indications complémentaires aux personnes intéressées par l'offre. Une des deux petites filles passa rapidement près de Saké, comme si elle avait été irrémédiablement attirée par le charisme de la jeune femme, et lui remit aussitôt un exemplaire de l'imprimé. La comédienne ne manqua pas de présenter son plus joli sourire à la fillette et glissa une pièce de cuivre dans la poche de son gilet de lin rapiécé.

D'autres badauds s'emparèrent également du prospectus. Et notamment l'Ursidé ainsi que son petit ami le renardeau...

Saké examina alors le parchemin qu'elle tenait entre ses mains sales. Y étaient présentées les informations déjà mentionnées par le crieur complétées par le montant de la prime. 10 000 pièces d'or par membre. Pour cinq membres maximum.

Ce putain de mage avait donc 50 000 doublons à mettre sur la table pour voyager peinard... fort bien.

Selon le document, une session de recrutement aurait lieu en début d'après midi à la taverne du Cygne Blanc. Un établissement honorable, à la clientèle aisée, qui se trouvait à une vingtaine de minutes à pieds du marché.... On y testerait les aptitudes des candidats, apparemment.

Il n'en fallait pas plus pour la comédienne. L’appât du gain, le challenge, le mystère autour de la quête avaient suffit à éveiller son intérêt. Elle se leva d'un bon, froissa la feuille de papier de ses doigts maigres et la balança par dessus son épaule avant de prendre la direction de la dite auberge. En chemin, elle jeta un œil furtif aux alentours en espérant croiser le regard de la Noctalienne qu'elle avait repérée un peu plus tôt. Elle s’inquiéta également de savoir ce qu'était devenue la damoizelle blonde aux jolies fesses et de quelle façon elle s'était débarrassée du goujat qui l'importunait.
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Melkerah le Sam 30 Jan - 9:10

Si Arasé avait noté la présence de l'étrange femme qui fumait la pipe assise sur son banc, elle n'y avait guère accordé d'attention, la rangeant dans la case de ceux dont elle ne tirerait rien dans son entreprise de récupérer de l'argent.
En revanche, le petit incident qui venait de se dérouler non loin avait attiré son attention. A priori rien de bien passionnant, une femme qui rappelait les bonnes manières à un goujat quelconque, mais il y avait sans doute moyen de profiter de cette distraction... La jeune femme s'approcha du petit cercles de curieux avidement venus regarder ce non-événement, joua légèrement des coudes comme pour mieux voir ce qui se passait, et réussit à chiper une bourse à demi pleine ici et quelques pièces d'or là. Elle fut même tentée de s'en prendre audit goujat ; voler ce genre de personnes lui donnait une satisfaction supplémentaire à la rapine en elle-même. Mais après réflexion, elle préféra ne pas s'y risquer et s'éloigna tranquillement.
Elle s'apprêtait à faire le tour des échoppes pour acheter ce dont elle avait besoin quand le crieur annonça les offres du jour. Intéressée par la perspective d'un revenu plus honnête, elle prêta l'oreille tout en examinant un étal après l'autre.
Arasé se figea et haussa un sourcil en entendant cette demande d'escorte pour un mage qui visiblement estimait la valeur de sa vie à un montant confortable. Dangereux, sans la moindre mention quant à la destination... Arasé n'aurait même pas du y accorder une pensée, même pas du l'envisager, c'était ridicule...
Pourtant, elle arracha presque des mains du gamin le prospectus qui détaillait (à peine plus) l'offre.
Et, sans même y penser une seconde de plus, elle partit en direction du point de rendez-vous, une certaine taverne du Cygne Blanc.
avatar
Melkerah
Audacieuse


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Assiah le Sam 30 Jan - 15:25

Les yeux du tripoteur pas-tenté s'arrondirent en même temps que sa bouche. Passé l'instant de stupeur il quitta son air vaguement ahuri pour une colère qu'il estimait juste. L'objet de son manquement le fixait le menton dédaigneusement dressé, les lèvres pincées son visage affichant un masque de froideur hautain. Une dangereuse lueur dansait dans ses yeux comme une flamme vengeresse tandis que les épées qu'elles portaient toujours dans son dos, émettaient un sinistre tintement. 

L'homme caressa sa joue endolorie et, avec un regard mauvais, quitta la place sans demander son reste. Sans doute l'aplomb avec lequel la belle blonde le toisait avait-il fait réfléchir cet indélicat: tout cela ne valait pas le coup de risquer sa vie ou d'être emmené par la maréchaussée pour bagarre dans une grande artère touristique de la Capitale. Dès l'instant où il disparu, happé par la foule, la redoutable guerrière l'oublia, ne se souciant plus de personne, elle reprit sa marche errante l'incident déjà envolé de sa mémoire.

Pourtant, elle fut bousculée par un de ces gamins qui courraient les rues en distribuant des prospectus. Le petit bonhomme tendit vers elle ses grands yeux rongés par l'inquiétude. Timidement, il lui tendit un des papiers qu'il tenait sous son bras gauche. Le sourire triste qui fleurit sur les lèvres de la jeune femme fut vite anéanti par des souvenirs douloureux. Un géant... des enfants.. et un jeu... encore un morceau de passé qui remontait à la surface. Le rire des enfants qui croyaient avoir abattu le dangereux monstre se répercutait dans son coeur vide, faisait écho à cette tristesse qui ne disparaissait pas. 

Refusant de céder à la mélancolie, la guerrière fixa le papier qu'elle tenait maintenant dans sa main. Il lui fallut quelques secondes pour réussir à lire les mots qui s'y étalaient et elle dut s'y reprendre à deux fois avant que les phrases trouvent un sens dans son esprit. Ce petit exercice de concentration eut le privilège d'occuper ses pensées. 

Une idée lui vint alors, ses yeux fixaient le mot "mage" et l'idée prenait de l'ampleur jusqu'à occuper tout l'espace dans sa tête. Un mage oui peut-être pourrait-il l'aider. Elle n'avait pas besoin de son argent... non ... par contre... s'il pouvait enlever ses souvenirs, détruire cette culpabilité, oublier les liens qu'elle avait tisser avec la nordique au coeur d'or... choisir les souvenirs à effacer, les trier et ... elle arrêterait de traîner son mal et pourrait enfin être plus efficace dans sa nouvelle quête. Cela valait la peine d'essayer. 

Après avoir demandé son chemin à un passant, la superbe jeune femme partit à grandes enjambées vers l'aboutissement de ce qu'elle espérait être une délivrance. Dans son poing serré, elle tenait toujours le prospectus à l'origine de cette nouvelle lubie.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Mortelune le Lun 1 Fév - 17:32

Lorsque Saké pénétra dans l'auberge du Cygne Blanc, l'endroit avait déjà été envahi par plusieurs dizaines de mercenaires et autres badauds attirés par l'annonce déclamée plus tôt aux abords du marché.

Il faut dire qu'elle avait quelque peu flâné en chemin, s’arrêtant notamment dans une échoppe d'instruments de musique exotique dont elle ignorait l'existence jusqu'à lors... et accessoirement dans une taverne où elle était encore la bienvenue, ce qui se faisait plutôt rare dans le quartier.

A son arrivée dans l'auberge, elle pu constater que les lieux avaient été aménagés pour l'occasion. Les tables avaient été disposés dans les coins, en îlots, autours desquels s’étaient regroupés les "candidats" à l'aventure. Au milieu de tout cela, la place avait été laissée vide, pour un usage encore indéterminé. Au fond de la pièce se trouvait un scène en surplomb, masqué par un rideau de velours épais et qui servait habituellement pour quelques récitals de poèmes et concerto classiques. 

Alors qu'elle cherchait un endroit accueillant pour s'installer, elle retrouva quelques visages familiers parmi la foule. Bien évidement les deux compères tout en poils et en fourrure aperçus plus tôt mais également, chose plus étonnante, la mystérieuse Noctaliene et non loin d'elle la rayonnante guerrière dont les attributs l'inspiraient de plus en plus. La vie réservait par fois des surprises étonnantes.

Alors qu'elle s'appretait à faire un pas vers l'interieur de l'auberge, un bras épais et tonique lui barra la route. L'instant d'après une voix rauque lui aboyait :


-"Tes là pour l'annonce ?"

D'abord interloquée puis agacée, Saké opta pour la tempérance et se contenta de répondre simplement

-"Il semblerait" dit-elle mi laconique mi ironique, l’œil toujours détaillant les individus présents dans les lieux.

-"Alors prends ça et attend les instructions" répondit le désagréable portier en lui tendant une nouvelle feuille de papier sur laquelle était inscrit le numéro 33.

S'en suivit une période d'attente particulièrement longue durant laquelle Saké s'employa à ne pas s'endormir et à taper dans sa tabatière plus que de raison. Passer une heure, la porte de l'auberge s'entrouvrit à nouveau et une petite cruche animée se faufila par l'interstice devant les yeux ébahis des quelques personnes qui purent assister à cet étrange spectacle. L'objet magique se déplaça malhabilement et en claudiquant jusqu'à rejoindre sa maîtresse qui la fixait d'un regard noir et sévère.


-"Ha ben te voila toi, enfin... Ou as tu encore traînée".

D'un geste, la comédienne se saisit du bars qui matérialisait l'anse de la petite cruche, la déboucha et se rinça le gosier de son contenu avant de la reposer à terre et de la laisser vaquer à ses occupations de cruche magique. 

Peu après, un intendant glissa un mot dans l'oreille du portier. Après quoi, ce dernier verrouilla la porte de l'auberge, signe que plus aucun candidat n'y pourrait faire son entrée. On distribua ensuite un repas chaud à chacun des convives. Rien d'exceptionnel, mais cela avait au moins le mérite de faire passer le temps. Saké dévora son repas comme si elle n'avait pas manger depuis trois jours.. Ce qui était le cas.

Il fallu près d'une heure de plus à l'assemblée pour être tirée de sa torpeur. Les personnes présentes commençaient pour la plupart à râler, ou à s’inquiéter. Maintes fois le portier fut questionné, voir invectivé, par des gens qui se demandaient bien si on ne se foutait pas royalement de leur gueule. Mais ce dernier resta muet, jusqu'à son apparition.

L'apparition du mage, annoncé par l'intendant observé plus tôt. 


-"Mesdames et messieurs, petites et nobles gens, veuillez observer le silence qui est dû en la présence de l’honorable Moo'han, Grande Duchesse de l'Ordre de la Plume Blanche, Veilleuse de la Nuit Eternelle, Sage émérite du Conseil des mages de Zaerod, Éminence de la Foret Endormie et Guide de la Serre Argentée."

Alors, l'épais rideau pourpre masquant l'estrade qui dominait la grande salle se retira pour dévoiler une des créatures les plus étranges que Saké n'ait jamais observé, mi femme mi... chouette. Cette dernière était aussi charismatique que mystérieuse et dotée d'un regard qui semblait lire en vous et vous percer au plus profond de votre âme. Si intense qu'il en était presque oppressant. 



Après qu'elle eut passé suffisamment de temps à prendre état du public qui la contemplait dans un silence plus que religieux. L'élégante femme oiseau se levant avec une grâce infime de sa couche de satin, dans un léger bruissement de plumes et de tissus. Se dressant alors sur tout sa hauteur, elle se rapprocha du bord de la scène et s'adressa à l'audience d'une voix aussi mélodieuse qu'un chant de rossignol.

A la fois douce et apaisée les paroles qu'elle déversait avait un effet semblable à celui qu'aurait eut un épais nuage de coton moelleux se frottant à vos oreilles.

-"Avant d'aller plus loin, je souhaiterai remercier dès à présent les personnes réunies ici ne sachant ni lire ni écrire. Elles ne pourront prétendre à rejoindre mon équipée. Je vous prierai donc de bien vouloir quitter l'établissement dans l'instant, sans heurt en voulant bien accepter en dédommagement de votre temps, le repas que vous venez de prendre."

Un grognement modéré se fit entendre dans la vaste salle de l'auberge, mais très vite tempéré par le respect, ou la crainte qu'inspirait celle qui venait de prendre, en un instant, la direction des lieux par sa seule présence. 

La salle fut rapidement vidée de ses deux tiers, ne restait qu'une grosse quinzaine de personnes, ce qui rendait l'atmosphère plus pesante encore. 

Moo'han rompit alors le silence une nouvelle fois.


-"Merci à vous tous qui êtes encore là. Avant de faire mon choix vous concernant et compte tenu de la nature de ce qui nous attend, j'ai besoin d'apprendre à vous connaitre davantage avant de faire un choix rationnel et définitif à votre endroit. Vous avez tous reçu un numéro à votre arrivée dans les lieux. Vous serez appelés par mon intendant dans l'ordre chronologique de ceux-ci."

Les deux fentes sombres qui marquaient les yeux de la mage sondèrent l'assemblée avec insistance durant la pause qu'elle marqua avant de continuer ses explications

-"A l'annonce de votre numéro, vous monterez alors à l'étage et entrerez dans la suite qui se situe tout au bout du couloir, spécialement aménagée pour l'occasion. Vous m'y retrouverez. Je ne dirai rien. Ne poserai aucune question. Ne donnerai aucune consigne. Ne ferai aucun remarque. Ne bougerai d'un iota. En revanche vous disposerez de dix minutes. Pas une de plus. Utilisez-les à bon escient."

La femme oiseau claque des deux mains brusquement. Le rideau se ferma alors subitement, laissant l'auditoire pantois.

Saké, pourtant d'ordinaire calme, raisonnée et décontractée se posait déjà dix mille questions sur la façon idéale d’aborder cet entretien saugrenu.

Mais qu'attendait-elle donc de nous ? Se présenter ? L'impressionner ? Comment être sûre d'adopter la bonne posture ? 

Une chose était certaine, c'est qu'elle ne pourrait avoir aucune certitude sur la meilleure conduite à tenir. Elle n'avait pas eut suffisamment de temps pour étudier la personnalité de cette Moo'Han et elle était tellement... impassible qu'il était fort improbable qu'elle eut apprit quoi que ce soit d'elle même en ayant disposé de plus de temps...

Une chose en revanche la rassurait, avec son numéro 33, elle était assurée de passer la dernière, car tous ceux qui était rentré après elle, étaient ressortis lors de la première sélection. Elle aurait donc un peu de temps devant elle pour établir une stratégie.


[hrp : Ara (Melk) et Assiah, vous avez chacune héritée d'un numéro. Peu importe lequel, du moment que la première qui répond a un numéro inférieur à la suivante. Je vous laisse le soin de décider si d'autres personnes sont passées avant, entre ou après vous... d'imaginer des profils de candidats appelés si vous le souhaitez, ou de faire référence à d'autres. Exercice imposé : dans votre prochain post vous décrivez votre entretien avec Moo'han, du début à la fin, et toute autre chose que vous jugerez utile bien évidement. Saké sera la dernière à passer... uhuhu ]
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Melkerah le Lun 1 Fév - 19:50

Dès que le repas fit son apparition dans la salle, Arasé sut qu'elle n'avait pas perdu sa journée. En effet, depuis son changement, elle avait découvert l'origine de l'expression "avoir une faim de loup". Ce fut à peine si elle écouta ce qui se passait autour d'elle tandis qu'elle dévorait littéralement le contenu de son assiette, ce qu'elle fit d'ailleurs en un temps record. Ensuite, elle se contenta de mâchonner un os de poulet, dernier relief de ce qui avait été un copieux repas.
L'annonce pour le moins pompeuse de l'intendant pour accueillir le fameux employeur fit lever un sourcil sceptique à la Noctalienne. Entre la classe et le ridicule, la frontière était parfois bien mince...
Le mage, qui se révéla de sexe manifestement féminin et de race clairement non-humaine, ramena Ara à plus de sérieux. Cette personne dégageait quelque chose, une aura, qui inspirait la révérence et... un calme presque... lénifiant.
Arasé trouva cette sensation profondément dérangeante.
Elle écouta attentivement le petit discours de la femme-chouette, intérieurement hérissée par cette prestance trop apaisante pour être honnête, et songea que ce petit numéro d'entretien d'embauche mystérieux était émminemment suspect. Tout cela, avec la prime royale et le danger annoncé, sentait les embrouilles à plein nez.
Et pourtant, elle se surprit à vouloir y participer quand même. Elle mourait d'envie de tester sa force nouvelle, de tout donner pour trouver ses limites.
Du fait du premier tri, il n'y eut que deux candidats avant elle, le premier s'avançant bravement vers l'inconnu, le second visiblement sur le point de se souiller sous le coup du stress. Puis vint son tour. Armée de son numéro 7, elle sortit du coin d'ombre où elle s'était installée sans y penser en arrivant et se dirigea vers la pièce où se déroulerait le face-à-face avec la mage-chouette.
Arasé entra dans la suite en s'efforçant d'avoir l'air calme, fit un rapide état des lieux d'un regard circulaire, puis fit face à Moo'han. Comme indiqué, la femme-oiseau resta silencieuse, sans donner le moindre signe concernant la marche à suivre. La Noctalienne garda elle-même le silence un moment, essayant d'évaluer la mage, mais il lui fut impossible de lire quoi que ce soit sur ce visage étranger.

-Eh bien j'imagine que ça ne fait pas de mal de se présenter, dit-elle d'une voix plus tendue qu'elle ne le voulait, alors je m'appelle Arasé, et j'aimerais être employée pour le job... enfin c'est évident, sinon je serais pas là... Hum, bref.

Au moins, elle était fixée quant à sa capacité de communication...

-Vous voulez une escorte pour vous protéger sur une route très dangereuse donc. J'ai des talents d'éclaireuse, certainement utiles pour ce genre de situation, et je pense que je serai capable de tenir tête à n'importe quel bandit, ou quoi que ce soit d'autre qui vous menacerait. Je suis... enfin...

A quel point devait-elle se dévoiler ? Et si elle était recalée, à quoi bon faire étalage de ses... capacités particulières ?
Et merde, elle n'avait plus à se cacher !

-Je suis une lycan, dit-elle avec autant de fermeté qu'elle en était capable, ainsi qu'une... euh... Magicienne n'est pas le mot... Enfin, disons que je connais un ou deux tours bien utiles. Hum...

Et voilà, elle s'était donnée en spectacle, ridicule et pathétique, et sans doute pour rien par-dessus le marché... Ses dix minutes n'étant pas encore terminées, Arasé s'assit par terre et passa le reste de son temps imparti à observer Moo'han.
avatar
Melkerah
Audacieuse


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Assiah le Mar 2 Fév - 22:29

Par la porte ouverte de l'auberge, la guerrière put s'assurer que c'était bien là qu'avait lieu les inscriptions. Face au portier la jeune femme ne cilla pas se contentant de tendre la boule de papier froissé toujours dans son poing fermé. Après quoi elle entra dans la salle déjà comble ne se préoccupant que fort peu de la foule de personnes disparates qui investissaient déjà les lieux. 

Elle toucha à peine à l'assiette devant elle se contentant d'observer plus attentivement l'assemblée. La guerrière essaya de se focaliser sur les gens présents pour tromper l'attente. Un ursidé à la taille impressionnante eut le mérite de retenir quelque peu son attention. Elle ne voulait pas penser à ceux qui seraient choisis, à ceux qu'elle devrait côtoyer si elle était choisie. Elle ne voulait pas y penser. 

Assiah fut quelque peu surprise par l'intrusion de l'étrange cruche magique. Son regard suivit sa pérégrination jusqu'à une femme aux yeux bridés. La suite des événements lui fit oublier cette orientale avec sa pipe au bec et son long manteau.

Enfin, il leur fut donné de découvrir ce mystérieux mage. L'aventurière se targuait d'avoir pas mal voyagé de par le monde mais jamais elle n'avait vu pareille créature. Elle semblait douce et pourtant elle impressionnait, elle ne savait pas ce qui émanait d'elle mais un silence respectueux se fit à son apparition et se prolongea tout au long de son discours. Assiah se sentait étrangement apaisée, comme si ses démons n'étaient plus. Pourtant ils étaient toujours là enfoui sous cette atmosphère complètement surréaliste. Subrepticement, elle jeta un oeil au carton qu'elle tenait dans la main s'intéressant au numéro qui y était inscrit en lettres rondes. Un test pour s'assurer qu'on savait lire ironisa la guerrière intérieurement. 

Elle s'amusa de l'allure qu'avait ses adversaires dans la course à l'emploi. Sur le visage de certains, on pouvait lire un stresse qui s'apparentait presque à de la panique. D'autres au contraire semblait un peu trop confiant, bombait le torse et regardait l'assemblée avec un petit air supérieur. Quelques uns enfin gardait un visage égal. C'était notamment le cas de la femme à pipe et de l'Ursidé. 

"25". A l'annonce de son numéro la farouche amazone quitta nonchalamment son siège prête pour son entretien. En montant les marches qui menaient aux appartements privés de son potentiel employeur, la belle fit un tour de la configuration des lieux... on ne savait jamais. Elle entra sans réserve dans la chambre le visage serein, persuadée qu'une personne dégageant une telle aura pourrait sans doute accéder à sa demande. 

Les premières minutes, Assiah les passa à observer la femme oiseau. Il était difficile de se faire une idée de qui elle était et elle gardait ses yeux fixés sur elle avec un intérêt croissant. Ayant jugé qu'elle n'avait rien à perdre, l'impétueuse guerrière parla:

Je ne sais pas pourquoi mais quelque chose me dit que vous savez déjà exactement qui nous sommes, chacun d'entre nous. Peut-être pas spécialement nos noms mais qu'importe. Mon père a voulu que je me nomme Assiah mais ce nom est oublié depuis longtemps au profit de Chantelame. Je n'irai pas par quatre chemins, j'ai un marché à vous proposer, je vous offre mes services, je ne veux pas de votre argent mais si vous en êtes capable, je vous demanderai deux choses. Si vous en avez le pouvoir, je vous laisserai entrer dans mon esprit et vous donnerai accès à une partie de mon histoire. Ce que vous y trouverez, vous en ferez ce que vous voulez, libre à vous... mais il y a certains souvenirs trop durs à porter. J'aspire à l'oubli. Ensemble nous ferons le tri de ce que je veux garder et de ce que je préfère oublier. Voilà les seuls termes du contrat sous lequel j'entrerai à votre service. 

Assiah n'attendit pas plus longtemps et se retira laissant sa place au suivant. Elle avait été claire, précise et sans détour avait exposé ses motivations. L'avenir lui donnerait raison ... ou tort.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Mortelune le Mer 3 Fév - 15:33

Il restait encore une poignée de candidats à passer après l'entrevue de Chantelame. La nuit était tombée depuis peu et donnait au silence qui emplissait la pièce une portée encore plus dramatique. Chacun s'observait, discrètement pour les uns et ostensiblement pour les autres. 

Dans la grand salle où avaient été allumées candélabres et lampes à huiles, on tuait le temps comme l'on pouvait, mais en solitaire. Seuls l'imposant homme ours et son compagnon Renard devisaient à demi-mots, à l'abris d'une alcôve située sous l'escalier qui menait aux étages supérieurs. 

Pendant ce temps, certains lisaient, d'autres vérifiaient leur matériel... pour la dixième fois au moins... quelques uns tentaient de se donner un peu de contenance, ce qui est fort compliqué lorsque l'on a rien à faire.  

Dans l'âtre, les flammes d'un intense feu de cheminée donnaient un peu de vie à l'austère auberge. Les ombres de celles-ci semblaient avoir envahit le plancher nu pour y effectuer une danse lancinante et sans fin. 

Enfin on appela le dernier numéro.

-"33" annonça l'intendant d'une voix perçante qui résonna dans la pièce, aussi fort que dans une bibliothèque contrainte au silence.

Personne ne sembla réagir. L'intendant se répéta une deuxième fois sans plus de succès.

Pour son dernier essai, l'homme, un tantinet excédé haussa sensiblement la voix, à en presque hurler le numéro concerné.

Saké, alors affalée sur son siege, les jambes croisées reposant sur un coin de table, bascula soudainement en arrière sous l'effet de suprise et s'effondra de tout son poids sur le sol qu'elle considéra comme tout à fait inconfortable. Evidemment, l'incident ne passa pas inaperçu et provoqua l'hilarité de la majorité de candidats qui la toisaient à présent en se moquant de cette femme maladroite, qui était probablement arrivée là par hasard, attirée par le repas.

L'orientale se releva péniblement, les membres endoloris, en s'appuyant sur son imposante épée de maître. Le dos courbé, elle ramassa ses affaires à la hâte et traversa la salle entière en diagonale pour se diriger vers les escaliers. 

Son allure dégingandée, peu conventionnelle et pas le moins du monde professionnelle interrogeait et amusait à la fois, loin de l'image que l'on se fait d'un mercenaire ou d'un aide de camp aguerri et fiable. Le pas pressé, le visage tourné vers le sol, elle traînait derrière elle sa besace usée, sa large épée, ainsi qu'une sorte d'instrument de musique tels que ceux que l'on peut entendre parfois dans les orchestres du Pays du Thé. En route, elle fit tomber quelques rouleaux et autres ustensiles d’écriture qu'elle s'empressa de ramasser et de jeter en vrac dans sa sacoche de voyage, sans y prêter le moindre soin.

Elle tenta tant bien que mal de remettre de l'ordre à sa personne et à ses esprit avant de gravir les premières marches. Se recoiffa comme elle pouvait, en reniflant, ajusta son kimono et la ceinture qui le maintenait en place, repositionna l'anse de sa besace sur son épaule droite et projeta la corde qui portait son épée sur la gauche. Entre temps, sa cruche l'avait rejointe et évoluait à ses pieds. Elle était fin prête. Après une inspiration bruyante elle commença son ascension.

Sa conscience continuait de s'agiter alors qu'elle progressait sur les marches qui grinçaient à chacun de ses pas. Dans sa tête résonnaient les mots de la femme chouette.

-"Je ne dirai rien. Ne poserai aucune question. Ne donnerai aucune consigne. Ne ferai aucun remarque. Ne bougerai d'un iota."

Tel un mantra, elle ressassait les phrases, les mots, comme si elle tentait d'en percer à jours les mystères.

-"Je ne dirai rien... je ne dirais rien... je ne dirai rien... mais pourquoi. Dans quel but ?"

Lentement, elle entama sa traverser du long couloir sombre qui distribuait les accès aux nombreuses chambres de l'établissement

-"Je ne poserai aucune question... ne bougerai pas...Je ne bougerai pas d'un iota... Pourquoi ne pas bouger... quel intérêt ? A moins que..."

Une lueur vive traversa alors l’œil de Saké, comme s'il venait d'être frappé par la foudre. A l'approche de la suite, elle s'empara fermement de la poignée et ouvrit la porte d'un geste sec et décidé. Elle pénétra ensuite les lieux.

Comme annoncé, elle y trouva Moo'han, impassible et silencieuse, à demi couché sur son matelas de coussins multicolores qui s'accordaient harmonieusement avec l'ample tunique que portait la magicienne immobile.

Saké observa attentivement chaque recoin de la pièce comme pour débusquer un indice qui étayerait sa thèse. Et finalement elle le trouva. 

Alors, la comédienne retrouva sa prestance habituelle, se redressa de toute sa hauteur et sembla rayonner en dépit de sa toilette approximative. Elle était à présent à des lieux de la jeune femme malhabile qui s’était étalée à la vue de tous, à l'étage inférieur. Elle déclama d'une voix assurée et claire

-"Je suis Keira Itsusémi et l'on me nomme Saké. Avant toute chose, je souhaite vous présenter mes respects."

Sur ces mots, l'artiste s'inclina avec élégance et ajouta d'un ton amusé

-"Même si de toute évidence... vous n'êtes pas là... du moins, pas en personne".

La belle orientale se redressa à nouveau puis se retourna en prenant la direction de la sortie.

-"Dans ce contexte je m'en tiendrai là."

Avant de franchir le seuil de la porte elle s'adressa alors dans le vide

-"Vous pouvez sortir de votre cachette, Monsieur l'Intendant... cette illusion était tout à fait convaincante. Pour un amateur. Veillez à transmettre mes respects à Moo'Han et lui dire que je serai ravie de la rencontrer... en personne."

Quelques minutes plus tard, Saké était de retour parmi le reste des aspirants, qu'elle avait sagement ignoré.

Les convives durent patienter une heure supplémentaire avant que l'on vienne les informer de la suite des événements. A cette heure, la lune était haute dans le ciel et l'on vint servir le dîner à la quinzaine de personnes restante.

Il furent répartis un trois tablées sur lesquelles furent disposés quelques plats copieux de viandes, une marmite de soupe et de larges miches de pain frais.

Saké s’installa machinalement à l'un des tables, sans porter attention à ceux qui la rallièrent ensuite. Le hasard lui fit partagé son repas avec l'Ursidé nommé Agram, Yao le Kitsune, la dénommée Arasé et une certaine Assiah.

L'orientale resta silencieuse tout le long du repas, à peine donna-t-elle son nom lorsque le tour de table l'exigea, avant de retourner à ses pensées. D'ailleurs, peu de paroles furent échangées, surtout des banalités, dans la mesure où personne n'osait véritablement se livrer.

A la fin du repas, l'intendant reparu sur l'estrade et annonça à tous les candidats retenus.

-"Mes chers amis, la grande Moo'han a ramené le nombre de candidats en lisse à 10 pour 5 places au final. Je vais énoncé leurs numéros. Ceux dont les numéros ne seront pas appelés pourront quitter les lieux. Les autres passeront la nuit ici. Des chambres ont été préparées. Elles portent le nom de chacun d'entre vous. Vous y trouverez également un message personnel rédigé par notre Guide, Moo'han à votre attention"

L'intendant marqua un silence qui intensifia le suspens déjà à son paroxysme. 

-"Le 4, le 7, le 12, le 20, le 21, le 25, le 28, le 30, le 31 et le 33. Tous les autres, finissez vos auges et quittez les lieux sans encombre. Moo'han vous témoigne sa gratitude pour le temps que vous lui aurez consacré aujourd'hui".

Une fois les consignes transmises, l'intendant quitta les lieux et laissa les convives libres de leurs occupations. 


Saké décida qu'il était temps pour elle d'aller se coucher. Elle se leva d'un trait, salua discretement sa tablée et disparu dans l'obscurité des escaliers. 


[hrp : Assiah, Melk vous avez carte blanche pour décrire vos actions jusqu'à ce que vous décidiez de gagner votre chambre (celle qui porte votre nom). Vous pouvez discuter, faire ce qu'il vous plait. jusqu'au moment du coucher. Je posterai à nouveau lorsque vos deux persos seront au lit et/ou endormies. Je vous enverrai le contenu du message personnel de Moo'han par MP dans les minutes qui viennent. A vous de composer avec et de réagir en conséquence. Thanks ]
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Melkerah le Mer 10 Fév - 22:48

Une attente interminable succéda au stress de l'étrange entretien, rajoutant encore une couche à la tension ambiante. Malgré une envie tenace de bouger, de courir, de faire n'importe quoi plutôt que de rester sagement assise là, Ara parvint à garder son calme en s'occupant l'esprit comme elle avait appris à le faire depuis toute petite. Elle resta donc pratiquement immobile, le regard fixe et lointain, jusqu'à ce qu'un deuxième repas soit apporté et servi sur des tables où furent répartis les candidats. La lycan ne s'accorda que quelques secondes pour examiner ses quatre compagnons de tablée avant d'attaquer son assiette avec autant de voracité que précédemment, comme si le premier repas n'avait même pas entamé son appétit. Elle donna même son nom la bouche pleine quand il fallut se présenter.
Elle n'avait pas anticipé cet effet secondaire de la transformation et sentait qu'elle mettrait du temps pour s'y faire.
Enfin, l'intendant revint et reprit son petit numéro de suspens dramatico-mystérieux, qui commençait d'ailleurs à agacer prodigieusement Ara, et elle n'était manifestement pas la seule. En entendant qu'elle était retenue pour la finale, elle songea cependant qu'elle pouvait bien faire preuve de tolérance envers quelqu'un qui apportait de bonnes nouvelles.
Peu après, une fois la masse des recalés évacuée, les heureux élus commencèrent à rejoindre les chambres qui avaient été préparées à leur intention. Ara finit par les imiter bien que ne se sentant pas particulièrement fatiguée. Du moins serait-elle plus tranquille. Elle commençait à tourner en rond quand elle se rappela la mention d'un mot laissé par la femme-chouette. Curieuse, elle trouva ledit mot et le lut.
La Noctalienne haussa et fronça les sourcils tour à tour.
Moo'han ne s'était pas attaché la confiance d'Arasé et ce mot ne faisait qu'enfoncer encore le clou, en revanche, elle avait largement gagné son respect. Ara réfléchit furieusement à tout cela, la mission mystérieuse, la mage inquiétante, troublée et sur les nerfs, avant que le sommeil finisse par la rattraper.
avatar
Melkerah
Audacieuse


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Assiah le Mar 16 Fév - 20:04

L'ennui avait pris possession des lieux, tout un chacun tentait de se trouver une quelconque occupation pour tromper le temps qui semblaient ne plus vouloir avancer. La belle guerrière blonde s'impatientait, il n'était pas bon de ne pas s'occuper l'esprit trop longtemps, de laisser ses pensées dériver vers ses souvenirs. Les candidats se suivaient au son scandé de leur numéro. Ils se levaient, montaient la volée d'escaliers avec plus ou moins d'assurance et revenaient. La seule récréation de ce morne défilé fut offerte par la chute de la dernière à passer le test. Assiah la suivit du regard se demandant, comme beaucoup, ce qu'elle faisait en ces lieux. 

Enfin, le verdict allait être prononcé, le juge s'avançait gonflé de l'importance du moment il paradait devant les convives fatigués d'attendre. La salle se remplit d'un silence étourdissant et les numéros des heureux élus retentirent comme une sentence aux oreilles des rejetés. Assiah sourit triomphalement à l'annonce du numéro qui lui avait été attribué, ainsi, elle serait de l'aventure...

La jeune femme s'assit à table murée dans un silence protecteur, se contentant d'ouvrir la bouche pour répondre poliment à l'une ou l'autre question ou invective mais le coeur n'y était visiblement pas. Tous se regardaient brûlant sans doute d'aborder des sujets plus importants mais personne n'osa se lancer. Elle avisa une jeune femme qui se goinfrait sans honte à la table pleine de victuailles aux odeurs alléchantes. Au moins, certains trouvaient de l'occupation et n'avait pas l'estomac trop noué se dit l'amazone. Elle se demandait ce que les autres avaient bien pu faire ou dire lors de cet étrange entretien, ce qui avait motivé leur employeuse à les choisir et surtout, elle remarqua que la femme orientale, malgré tout, était elle aussi du côté des vainqueurs. 

Dès que la bienséance le lui permit, la belle quitta son siège pour se retrouver seule dans la chambre qui lui avait été destinée. Là, elle prit connaissance de la missive qui l'y attendait. Ses grands yeux dorés s'arrondirent et un pli soucieux barra son front lisse. Le ton général qu'elle jugea condescendant et un peu moralisateur mais surtout le fait que ce mage sache tout sans que finalement elle sache grand chose ne la mettait pas du tout à l'aise. De plus, les mots étaient vagues, ça voulait dire tout et rien. 

L'amazone quitta sa chambre ses épées toujours dans son dos, elle avait besoin de sortir, de réfléchir loin des quatre murs qui l'avaient retenue trop longtemps à son goût. Elle erra tranquillement pour se retrouver à longer le port. Le bruit de l'eau l'aidait, l'apaisait. Elle s'assit sur un banc face à l'étendue noire et fixa l'horizon à la recherche de réponses. Quand elle jugea que le temps était venu de retourner, elle se leva, s'étira nonchalamment comme une chatte et reprit le chemin en sens inverse l'esprit vidé. 

De retour dans ses quartiers, la belle ne s'éternisa pas. Elle se glissa dans les couvertures. Bien qu'elle préféra la douceur d'un lit de mousse, elle apprécia le confort de sa couche. Après avoir vérifié que ces épées étaient à portée de ses mains, elle souffla sa bougie et tenta de trouver le sommeil qui la fuyait si souvent.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Mortelune le Jeu 18 Fév - 16:55

Saké resta un moment plantée devant sa chambre close. Ses doigts sales parcouraient avec insistance le contours des lettres qui avaient été sculptées dans la plaque de bois fixée sur la porte. L'ouvrage était minutieux, le tout formant avec un certain gout la phonétique de son nom complet. 

L'intrigue s'insinua alors dans son esprit. Comment en si peu de temps avait-on gravé cette porte, ainsi que toutes celles des autres aspirants qui, selon toute probabilité devaient porter pareil ouvrage... Le visage stoïque et l’œil mi-clos de l'orientale fixait à n'en plus finir le petit morceau de bois laqué portant son nom.

Elle aimait de moins en moins ce petit jeu auquel on lui faisait jouer contre son gré. Elle poussa alors la porte sèchement, non sans une pointe de colère saupoudrée d'amertume de ne point arriver à tirer le faut du vrai de cette mascarade. Mais surtout, elle se demandait quelle pouvait bien en être la finalité.

Elle pénétra dans une chambre cosie et confortable, meublée avec gout malgré le côté rustique de la décoration. Dans un coin, une baignoire remplie d'eau chaude qui emplissait cette partie de la pièce d'une vapeur opaque. La journée avait été harassante et longue, épuisante nerveusement, aussi, la jeune femme profita de l'aubaine et se relaxa une heure durant dans l'eau savonneuse. Elle laissa alors son esprit au repos et tenta de prendre du recul par rapport à la situation qui, bien que mystérieuse, ne présentait pour le moment pas de danger particulier. Son seul œil encore opérationnel s'entrouvrit lorsqu'elle perçu du bruit au dehors, dans le couloir. Des bruits de pas, descendant les escaliers, puis la porte de l'auberge à présent complètement silencieuse qui s'ouvre et se ferme.

Surement un candidat désireux de prendre l'air pensa-t-elle. Aux bruits que firent ses pas, elle en avait déduit qu'il s'agissait d'une femme, svelte, sûre d'elle. Peut-être cette blonde au corps de déesse ou alors la Noctalienne... Non surement la blonde. Une Noctalienne aurait été beaucoup plus discrète que cela.

Il était déjà tard quand la porte de l'auberge grinça à nouveau, annonçant le retour de la baladeuse nocturne. Saké en avait finit de ses ablutions et peinait à dompter sa tignasse humide alors qu'elle s'échinait à la lisser. Lorsque ce fût chose faite, bien plus tard, elle constata qu'elle n'avait aucun vêtement de nuit.

Quelle poisse. 

Heureusement, l'auberge fournissait au moins un peignoir. Mais le dit peignoir était probablement aussi vieux que l'auberge elle même, usé et surtout semblait avoir été confectionné pour un nain tant il lui était trop court, couvrant à peine le bas de ses fesses. Tant pis, cela suffirait bien pour dormir.

Elle entreposa ses affaires au pied de son lit, son épée, son paquetage, son vieux kimono de voyage et comme à son habitude, sa cruche vint se blottir dans se confortable amas de bric et de broc.

A l'instant où elle s’allongea, elle se souvint du message à son attention, posé là sur la table de chevet disposé non loin de sa couche satinée. Elle prit quelques minutes à en prendre connaissance, l'air songeur et dubitatif, les sourcils haussés... puis elle bailla à s'en arracher la mâchoire. Sa tête commença à tourner, comme prise d'un soudain vertige. Elle n'y prêta guère plus d'attention qu'à l'accoutumée, habituée à ressentir les effets de l'alcool, mais en l’occurrence, elle ne se sentait guère nauséeuse. Elle décida que son heure était venue. Elle se laissa tomber en arrière, comme un enfant testant un matelas tout neuf et glissa entre les draps soyeux et froids.

Le sommeil vint rapidement, mais ne dura pas.

Un bruit de verre brisé suivi d'un grondement qui fit grincer toutes les planches de l'auberge la réveilla en sursaut.

Son esprit embué et l’œil plein de sommeil, elle se leva, toute débraillée et progressa dans l'obscurité de la chambre qui, étrangement, lui semblait différente à celle dans laquelle elle s’était endormie. Son mal de tête en revanche, était toujours là, et s'accompagnait en sus d'un étrange voile qui perturbait sa vision, la rendant moins nette et fluctuante comme lorsque les mirages que l'on constate en observant une dune par temps très chaud. 

Petit à petit, l'auberge entière s’éveilla. Des bruits de pas, d'objets tombant au sol, de portes qui s'ouvrent, provenaient de toutes les directions.

Puis un rugissement terrifiant perça jusqu'au oreilles de tous les hôtes. Visiblement, il se passait quelque chose dans la grand salle du bas.
Toujours dans son peignoir si court qu'il en était presque vulgaire tant il en laissait voir de ses cuisses et de son décolleté, Saké se saisit avec fermeté et rapidité de sa magnifique épée forgée au Pays du Thé. Comme avant chaque moment décisif, elle ajusta sa mèche de façon à masquer son œil mutilé, se recoiffa et souffla un grand coup.

Alors elle poussa la porte de sa chambre et se retrouva au beau milieu.... d'un étroit couloir de pierre !!!! Elle n’était plus dans l'auberge !! A en croire par la décoration et l'architecture des lieux, il s'agissait d'une sorte de corridor de bastion ou de caserne.

Elle poussa un soupir de soulagement quand elle constata que les autres candidats qu'elle avait côtoyer la veille au soir étaient présents eux aussi. Elle croisa Yao, le petit Kitsune, serein comme à son habitude, qui se dirigeait vers un escalier de pierre en colimaçon situé au fond du couloir, là où il y a encore quelques heures se trouvait l'escalier de bois de l'auberge. Le renard était accompagné de son compagnon Ursidé qui portait une hache presque aussi grande et lourde que Saké sur son épaule. Alors qu'ils passèrent à proximité de la comédienne, la petite boule de poils roux s'adressa à elle de façon mystérieuse, sans ralentir pour autant le pas.

-"Prenez garde, Madame et ne faites pas l'erreur de vous croire en sécurité ici. Certaines illusions peuvent tuer, vous êtes bien placée pour le savoir..."

Sans ciller, Saké lui répondit du tac au tac, ne sachant pas trop ou il voulait en venir.

-"Merci de votre touchante sollicitude Mestre Renardeau. C'est toujours réconfortant de savoir qu'un être d'1m20 veille sur soi".

Elle emboîtât alors le pas du binôme animalier, et entreprit la descente de l'escalier de pierre. Une descente qui sembla ne jamais finir tant les marches se succédaient les unes aux autres, donnant l'impression de presque tourner en rond.

Puis finalement, les trois mercenaires débouchèrent sur une vaste pièce, semblable à une crypte ou un grotte et dont les dimensions étaient plus grandes encore que celles de la salle principale de l'auberge. A leurs pieds gisaient déjà trois cadavres démembrés d'aspirants à l'aventure.

-"On dirait que leur candidature n'a pas été retenue" lâcha froidement Saké, se pensant certainement dans une série américaine à succès.

Un peu plus loin se trouvait le coupable de ces atrocités, qui toisait de son regard fier les combattants qui se dressaient devant lui.



-"Mais qu'est-ce que c'est que cette merde !" s'exclama un candidat dont Saké ignorait le nom et qu'elle n'avait pas cotoyé jusqu'à lors.
-"Une putain de Manticore" répondit alors l'orientale en dégainant sa lame.

Alors la bête imposante chargea de tout son poids le mercenaire qui plus tôt s'interrogeait à son sujet. Le pauvre ère n'eut le temps de rien que sa tête fut déjà séparée de son corps. L'instant d'après sa large gueule s'empara du buste du malheureux et le broya en un craquement sec et violent, projetant un amas de chairs et d'os aux quatre coins de la pièce.

Déjà elle cherchait sa prochaine cible et fondit sur Saké....

[hrp : Melk, Assiah, vous vous réveillez dans la même situation que Saké, avec un mal de crâne et une vision altérée et vous vous retrouvez dans ce même lieu étrange qui semble à la fois proche et lointain de celui dans lequel vous évoluiez jusqu'à lors. Décrivez largement vos faits et gestes dans ce contexte. Thx]
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Melkerah le Jeu 18 Fév - 19:02

Quelque chose arracha violemment Arasé à son sommeil. Elle n'eut même pas le temps de réaliser qu'elle était réveillée qu'elle avait déjà bondi sur ses pattes, les poils hérissés et les sens en alerte. Ce n'est qu'en s'empêtrant dans ses vêtements, qu'elle n'avait pas pris le temps de quitter pour dormir, qu'elle se rendit compte qu'elle s'était transformée. Avec un soupir, elle se dégagea et se détendit ; avec ses sens amplifiés et ses instincts sauvages, il lui arrivait encore de surréagir à la moindre perturbation.
Sur le moment, elle mit sa vision perturbée sur le compte de son réveil brutal, et le mal de tête sur la journée bien remplie de la veille... Mais elle comprit qu'il se passait bel et bien quelque chose quand des bruits de pas précipités emplirent le couloir. Elle sauta du lit avec la souplesse d'un prédateur à l'affut et approcha doucement de la porte, les oreilles tendues à la recherche du moindre son qui lui apprendrait ce qui se passait.
Soudain, un puissant rugissement lui agressa les tympans. Les oreilles couchées, elle se tapit au sol par réflexe, prête à défendre chèrement sa peau. Mais rien ne la menaçait directement, du moins pas dans la chambre. Elle hésita. L'odeur des lieux avait quelque chose... d'anormal, bien qu'elle n'arrive pas à déterminer exactement ce qui clochait. Et la chambre qui continuait à onduler devant ses yeux...
Avec un grondement angoissé, elle se résigna à aller se rendre compte dehors.
Après quelques instants à se débattre avec la poignée de porte, elle parvint dans le couloir. Qui n'était pas celui par lequel elle avait accédé à la chambre. Le couloir de l'auberge avait été remplacé par un étroit corridor de pierre d'aspect austère. Ara frissonna et se fondit instinctivement dans l'ombre quand elle perçut la proximité des autres candidats. Elle attendit qu'ils se soient éloignés pour avancer silencieusement vers l'escalier qui se trouvait au bout de l'étrange couloir, puis le descendit à larges foulées. Le temps qu'elle arrive en bas, elle sentait ses nerfs prêts à exploser.
Elle accorda à peine une pensée au décor, l'esprit obnubilé par l'odeur qui régnait là. Une odeur de sang, de terreur, de mort... et l'odeur d'une bête dangereuse. Un grondement fit vibrer sa gorge sans qu'elle puisse l'empêcher. Elle devait se défendre contre l'ennemi.
Une masse de fourrure et de rage jaillit de l'ombre pour faire face à l'ennemi, menaçant la manticore d'un grondement de fureur qui dévoilait de longs crocs acérés. Il s'agissait d'un loup, ou plutôt d'une louve, quoique d'une taille qui laissait présager sa nature inhabituelle. Sèche et dégingandée, haute sur pattes, sa courte fourrure grisâtre rêche et peu fournie laissait deviner un corps tout en os et en muscles sans le moindre gramme superflu.
Ara ne vit même pas les autres.
Plus rien d'autre au monde n'existait que l'ennemi.
avatar
Melkerah
Audacieuse


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Assiah le Sam 20 Fév - 17:08

Quelque chose l'avait réveillée, un instinct, une impression, elle ne pouvait le définir mais c'était présent dans l'atmosphère tout autour d'elle, une moiteur étouffante imprégnait l'air. Son premier réflexe fut de chercher ses lames, ses mains cherchèrent à tâtons dans le noir de son esprit. Elle n'arrivait pas à penser, elle était comme engluée dans l'air. Un grondement monta de l'auberge qui se mit à trembler de toutes ses planches... ou était-ce sa vision qui s'altérait?

A travers le voile translucide de sa vision troublée, elle tentait de refaire prendre consistance aux objets informes qui dansaient devant ses yeux. Frénétique elle mit quelques secondes de plus que d'habitude à mettre les mains sur ses précieuses lames. Comme toujours le contact familier des poignées l'apaisa. Dans sa tête monta un chant dans lequel filtrait une tendresse peu commune. La belle guerrière ferma les yeux quelques instants, oublieuse du monde qui tournait autour d'elle, se concentrant sur ce chant qui s'insinua dans son esprit, calmant le mal de tête qui menaçait son crâne. 

Quand elle rouvrit les yeux, l'impression d'avoir bu quelques bières de trop s'était estompées. Comme un appareil qui aurait fait le point, sa vision était de nouveau fluide. Il subsistait bien un flou dans le contour des objets mais ils étaient désormais plus tangibles. 

En un bond l'amazone fut hors du lit. Sans réfléchir, elle ne prit pas la peine d'enfiler des vêtements plus seyants ou du moins plus décents. C'est en petite tenue quelle ouvrit la porte de sa "cellule". Déjà peu couverte dans ces régions où le temps était clément, elle ne portait là qu'une dentelle légère qui révélait ses formes plus qu'elle ne les cachait réellement. 

Assiah haussa un sourcil, intriguée par le changement spectaculaire des lieux. Epees en avant elle toucha les murs de pierres comme s'assurant qu'ils étaient bien réels. le métal toucha la pierre avec un bruit sourd. Puis, vinrent d'autres bruits, peu à peu les occupants de la maisonnée s'éveillaient un à un. Tous ces bruits furent soufflés en un instant par un hurlement bestial et en quelques instants, le couloir dans lequel la guerrière se trouvait se remplit d'aventuriers.

La sulfureuse blonde n'attendit pas de savoir si on la suivait ou non, en quelques enjambées elle fut à l'escalier pour commencer de sa longue foulée élégante à descendre les marches quatre à quatre. Sa chevelure lâchée battait ses reins au rythme de sa descente rapide. Enfin, elle arriva en bas des marches et poussa un grognement devant le sanglant spectacle.
Son esprit se ferma pour devenir hermétique à toute émotion. Dans ses mains son fidèle amant, au diapason de son coeur, avait commencé sa litanie morbide. Assiah se concentra sur la créature monstrueuse qui la défiait elle et tous les autres vainqueurs... encore vivants.

Les questions seraient pour plus tard, comment s'étaient-ils tous retrouvés dans ce piège mortel? Qui tirait réellement toutes les ficelles de cette vaste blague...? Tout ça, elle s'en occuperait seulement quand le sang de cette manticore aurait souillé lui aussi le sol de cette crypte et aurait lavé l'affront dans la vengeance. 

La guerrière entra donc dans la transe coutumière qui accompagnaient chacun de ses combats. Cet état bienheureux où tout semblait simple et facile. Un rictus se forma sur ses traits et transforma le visage de la belle en une expression de sauvagerie pure. Un calme destructeur s'était emparé d'elle. Si elle pouvait l'éviter, il n'y aurait plus de morts.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Mortelune le Lun 22 Fév - 15:38

La quasi totalité des forces en présence avait investi les lieux du combat. 

Les aventuriers n’étaient pas vraiment en position avantageuse, en dépit de leur nombre et si aguerris soient-ils, l'adversaire était un montre redoutable et, heureusement pour Zaerod, relativement rare.

Avant l'assaut, la terrible bête avait bombé le torse et fait enfler son cou, à la manière d'un cobra, comme pour se rendre plus menaçant encore. Puis, après avoir poussé un rugissement strident, s'était projeté toutes griffes dehors en direction de Saké.

Cette dernière, malgré ses qualités au combat, eut juste le temps d'esquiver tant bien que mal l'assaut dont la violence lui fit perdre l'équilibre lors de la réception sur ses appuis.

D'ordinaire agile et souple, la masse d'air déplacée fit vaciller la jeune femme comme un vulgaire fétu de paille et tomber lourdement sur les pierres froides. Meurtrie aussi physiquement que dans son amour propre, qui la mis en position de faiblesse aux yeux des autres combattants, elle se releva sans une plainte ni gémissement, contenant sa douleur autant que possible.

Puis elle tenta de déterminer la meilleure conduite à tenir. Ses illusions n’avaient qu'une utilité limitée face à ce genre d’ennemi qui était doté d'un odorat sur-développé et savait déjouer de ce fait les supercheries visuelles. Par ailleurs, elle ne pourrait le contrôler mentalement non plus. Pas une bête sauvage de cette envergure... 

Elle ressentit donc un profond sentiment d'inquiétude, elle d'ordinaire plutôt décontractée et sereine. Elle serra d'autant plus fort le manche de son épée, comme pour se rassurer. Au moins lui restait-il ses talents d'épéistes, dont l'utilité en pareille situation était bien réelle et qui allaient très certainement être mis à contribution rapidement.

Après sa course, le monstre se retourna en un mouvement vif et dans le même temps balaya de sa queue, comme s'il fut armé d'un fouet, la zone qui se trouvait derrière lui  dans laquelle était positionnées Assiah et Arasé. Puis profitant de l'avantage qu'il venait de s'offrir sur Saké, entama une nouvelle incursion rageuse vers l'orientale.

Cette fois-ci la comédienne ne se laissa pas surprendre par la vélocité de la manticore. Comme si elle glissait sur le sol avec élégance, elle se décala d'une foulée de côté tout en plaçant la lame de son sabre en opposition et profita de l'élan de la bête pour lui taillader la cuisse arrière gauche. Un épais jet de sang écarlate vint saluer la réussite de la passe d'arme de la comédienne, dont le cœur battait la chamade, de peur mais aussi d'excitation. La bête s’arrêta nette dans son élan, surprise et vexée de s'être ainsi vu contrée. Elle poussa alors un retentissant cri de rage et de douleur qui résonna cents fois sur les murs de la salle souterraine.

Au même moment, quelque chose vint frapper de plein fouet le terrifiant quadrupède qui cherchait déjà à se venger de sa blessure, et le repoussa sur cinq bons mètres en arrière de sa position. C’était l'ursidé Agram qui, profitant de la surprise du monstre, l'avait chargé sur le flanc en lui assénant un violent coup d'épaule. Le massif combattant Ours, projetait déjà de doubler la mise en le menaçant du tranchant de sa hache colossale.

Malheureusement, l'adage vantant la dangerosité d'une bête blessée se confirma dans l'instant. La manticore, plus rapide que le mercenaire, le frappa sèchement de sa patte avant droite. Le pauvre ursidé fut à son tour projeté avec une force inouïe dans les airs, jusqu'à heurter l'une des parois de la vaste salle dans laquelle le combat faisait rage.

Sonné, Agram s’effondra au sol, accusant en sus de profondes entailles infligées au plastron.

Visiblement satisfaite de sa riposte, la bête grogna et se retourna vers les autres combattants, comme si elle en jaugeait les capacités.

Face à lui se tenait cinq mercenaires encore valides, Arasé la Lycan Noctalienne les babines retroussées exhibants ses crocs acérés, Assiah l'amazone qui avait déjà entamé sa danse mortuaire en agitant ses lames maudites, Saké l'excentrique illusionniste, une jeune mercenaire visiblement mage dont le visage juvénile ne pouvait masquer les doutes qui l'assaillaient, et Yao, le petit Kitsune, qui pour le moment n'avait pas esquissé le moindre geste, et se tenait droit tel un i, les bras croisés dans le dos, observant la scène sans agir pour le moment.

Après ce petit passage en revue, il sembla que le monstre se fut décidé quant à sa prochaine victime. Sur de lui et de sa supériorité, il bomba à nouveau le torse mais, contre toute attente ne chargea pas, préférant cracher un trait de feu incandescent formant un cône qui menaça tous les opposants lui faisant face.

Il fallu agir avec promptitude.

La mage se protégea à la va-vite d'un bouclier d'eau  qui lui permit de se sortir de cette embûche moyennant quelques brûlures superficielles seulement. En revanche Saké et Yao furent engloutis par les flammes sans avoir enclenché le moindre déplacement.

Reste à savoir comment s'en sortiraient Arasé et Assiah, et quelles seraient leurs réactions.
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Melkerah le Lun 22 Fév - 16:35

Le coup de queue du monstre prit Arasé par surprise et l'envoya bouler sur quelques mètres, mais sans lui infliger plus qu'un hématome. De toute façon, il était difficile de mettre un lycan hors-jeu, elle était bien placée pour le savoir, aussi s'inquiéta-t-elle plus de la façon de mettre l'ennemi à terre que de se protéger.
Elle fonça sur l'ennemi pour le mordre à une patte, mais dut lâcher prise quand la manticore fut propulsée par un formidable coup d'épaule d'un homme-ours, qui le regretta d'ailleurs rapidement, se faisant éjecter d'un simple coup de patte. La lycan s'écarta prudemment, mais la bête se tourna vers elle presque aussitôt. Heureusement pour elle, Ara n'était pas seule dans le viseur de la manticore, quatre autre malheureux candidats se tenaient autour d'elle, tous prêts à en découdre. Le monstre sembla hésiter un instant avant de reprendre l'attaque. La lycan s'apprêta à essuyer une charge, avec l'espoir de se jeter à la gorge de l'ennemi. A la place ce fut un jet de flammes qui vint. Complètement prise au dépourvu, Ara sentit la langue de feu lui brûler l'épaule avant de trouver une réaction adaptée.
Un nuage de noirceur pure émana de la louve blessée pour l'envelopper, inhabituellement dense et épais, puis forma une sphère presque solide qui dissipa une bonne partie des flammes dans sa zone d'action.
Le temps que ce bouclier se dissolve, Ara ne s'y trouvait déjà plus. Elle avait reculé durant l'assaut brûlant, puis s'était échappée sur le côté en comptant sur son nuage pour dissimuler son déplacement afin d'attaquer l'ennemi par surprise en lui plantant les crocs dans la nuque.
avatar
Melkerah
Audacieuse


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Assiah le Mar 23 Fév - 20:56

La bête énorme les jaugeait de sa suffisance. Elle se croyait intouchable et fut vite désenchantée dans son sentiment de supériorité par celle-là même qu'elle avait choisie pour victime. Le sang perla, des os craquèrent et la bataille s'amorça les aventuriers répliquant férocement à l'assaut de la créature. Le cri de souffrance mêlée de rage se répercuta sur les murs et s'insinua dans l'esprit de la guerrière attisant encore son désir de combattre. Encore lucide, la belle amazone admira la dextérité de ces camarades de jeu, la puissance de l'Ursidé et l'incroyable pugnacité de ce loup gigantesque. Puis tout s'accéléra et son esprit se ferma.

La langue de feu fondit sur les cinq assaillants. Emportée dans le tourbillon de ces lames, Assiah leva ses épées et continua sa danse macabre. Le métal d'ordinaire sombre s'illumina au contact de cette tornade de flammes. L'écrasante masse de chaleur sembla alors déviée, emportée dans le tourbillon de la danse macabre que la guerrière exécutait. L'amazone sentit le souffle brûlant tout autour d'elle, des flammes vinrent lécher ses joues mais la magnifique guerrière esquiva ce que ses épées ne pouvaient dévier. 

La chaleur intense avait plaqué sa longue chevelure sur ses épaules et dans son cou, ses joues et quelques parties visibles de son corps avaient pris des teintes rouges mais elle n'avait pas de graves brûlures à déplorer juste quelques rougeurs çà-et-là. 

La guerrière réfléchit, il lui aurait fallu quelque chose qui lui donne de l'élan pour qu'elle puisse s'élancer sur le dos du monstre à quatre pattes et lui planter ses épées dans le dos. Elle aurait pu demander à l'Ursidé mais elle doutait qu'il soit encore capable de lui donner l'impulsion. Une autre idée lui vint alors, complètement folle mais Assiah n'en avait cure. Le temps était à l'action.

Le rictus qui se dessina alors sur les lèvres de la jolie demoiselle lui donna l'air d'une démente. Laissant libre court à la soif de sang insatiable qui animait son démoniaque ancien amant, l'amazone ne se souciait désormais plus du danger, ni des autres combattants. Ils n'étaient rien pour elle, elle n'avait pas encore eu le temps de s'y attacher et ne le prendrait pas. Ils étaient des étrangers et c'était aussi bien qu'ils le restent. Tout au plus deviendraient-ils des connaissances de boulot. La farouche jeune femme fondit lames en avant sur la manticore. Elle n'essaya pas de la prendre à revers ou de se cacher, elle fonçait épées brandies avec dans les yeux une lueur proche de la folie. La guerrière était bien plus rapide qu'une humaine ordinaire, elle n'était gênée par aucune armure, par aucun poids, par aucune peur.

 Elle profita de son élan pour glisser sur le sol ensanglanté entre les pattes monstrueuses du quadrupède et, au moment où elle passait en dessous de son ventre, elle leva ses épées entaillant profondément l'animal. Malheureusement, la magnifique blonde ne put esquiver toutes les pattes du monstre. Une vive douleur lui arracha un cri tandis qu'une des pattes arrières de la créature labourait l'épaule de la belle. Assiah se protégea comme elle pouvait du plat de ses lames pour échapper au piétinement rageur de l'animal blessé. 

Par miracle, elle put éviter la queue qui plongeait vers sa poitrine et dans un dernier sursaut, l'insouciante guerrière réussit à se mettre hors de portée du monstre grâce au secours de ses coéquipiers qui ne laissèrent pas le temps au monstre de s'attarder sur sa personne. L'amazone était désormais poisseuse, des traînées rouges souillaient ses vêtements et ses cheveux désormais poisseux de son sang et de celui de l'ennemi. Son épaule était en sang déchirée par les griffes de la créature mais elle était debout et dans ses yeux dansaient toujours cette flamme proche de la folie.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Mortelune le Mer 24 Fév - 16:09

S'en suivit une round d'observation durant lequel la tension monta à son paroxysme.

Chacun des combattants en lice, y compris le monstre, présentaient des blessures et des contusions, voire d'importantes brûlures.

Agram le combattant ours, se remettait à peine du choc qu'il avait subi, en dépit de son imposante et robuste constitution. Le colosse peinait à se redresser et ses petites pattes encore faibles grelottaient sous son poids.

A quelque mètres de là, Arasé avait été plutôt épargnée même si elle n'avait pas pour autant été inactive lors de la première passe d'armes. Ses crocs acérés avaient fait d'importants dégâts à la Manticore dont la chair portait à présent les stigmates de la morsure de la Lycan. Pour le reste, elle ne souffrait que de douleurs légères, essentiellement provoquées par la charge de l'Ursidé qu'elle avait indirectement subie.

Assiah quant-à-elle, avait été brûlée par endroits, mais de façon superficielle. Par ailleurs, son initiative aussi irréfléchie et stupide que létale avait largement handicapé le monstre dont une partie des entrailles pendait depuis son bas ventre. La guerrière essoufflée devrait en outre composer avec une épaule hors d'état, labourée par les griffes de l’abomination. Il lui faudrait plusieurs jours de soins intensifs pour en retrouver l'usage et sa motricité d’antan.

La mage dont on ignorait encore le nom était pour le moment restée en retrait et affichait pour ainsi dire son manque d’expérience, ou peut-être d'assurance dans des situations extrêmes. Sa prudence ou sa lâcheté lui avaient cependant permit de se prémunir de toute blessure grave.

Yao lui, était ressorti des flammes brûlantes comme on sort de son bain, impeccable et stoïque, comme s'il ne s’était agit que de traverser un nuage de vapeur d'eau.

En revanche le corps immobile de Saké gisait au sol, ses vêtements noircis et largement consumés par endroit, il se dégageait de sa position une désagréable odeur de grillé. Visiblement la comédienne n'avait pu éviter le cône de feu qui l'avait frappée de plein fouet.

Apparemment en proie à une certaine émotion, agrémentée d'une peur qu'elle peinait à dissimuler, la mage demanda fébrilement, à qui voudrait bien lui répondre

-"Elle... elle est... Morte ?"

Frappé par le dépit, le petit kitsune roux secoua sa tête de gauche à droite, comme s'il pestait contre le manque d’expérience et de discernement de la mage et probablement du reste de ses alliés d'infortune.

-"Il me semble rêver... il y a donc encore des personnes pour se faire avoir par ce genre de tour ?... Mais enfin, savez vous à qui vous avez à faire, Madame ? Il s'agit de cette catin d'Itsusémi !!!! La croyez vraiment stupide au point de se faire prendre à défaut par un vulgaire nuage de flammes ? Vous avez donc cru à son petit numéro de maladresse depuis le début ? Si vous la connaissiez vraiment vous vous en méfieriez comme de la peste"

Alors qu'il proférait ses paroles emplies d'ironie il se dirigea vers la dépouille fumante de l'orientale. Arrivé à proximité, il asséna au cadavre un coup de pied suffisamment violent pour révéler la supercherie.

Un mannequin de tissu, grossièrement assemblé et qui à présent, dévoilait ses véritables et grotesques contours.

Le renard conclu sa démonstration en pestant une dernière fois

-"Souhaitez vous dire une prière pour la défunte âme de ce sac de paille ? Observerons nous une minute de recueillement ? Peut-être devrions nous prévoir une sépulture ?"

Au même moment, comme surgissant de nulle part, la comédienne réapparu aux milieux des airs, à quelques mètres au dessus de la Manticore qui toisait toujours les autres combattants. Profitant de l'avantage que lui prodiguait son assaut sournois, elle atterrit sur la bête de tout son poids et lui planta la lame entière de son sabre dans la nuque, provoquant au monstre un cri strident qui frappa les tympans de tous les mercenaires.
Le monstre se cambra de douleur, hurlant toujours, se débattant pour faire choir le parasite qui s'agrippait tant bien que mal au manche de son épée et qui se mit à crier :

-"Allez-y bon sang, qu'est-ce que vous attendez pour le finir !!!! Magnez-vous merde !!!!"

Soufflant une nouvelle fois car résigné à s'employer, le maître renard en kimono passa à l'action à contre cœur en exécutant un rapide mantra accompagné de quelques mouvements de mains sensés désigner des symboles sacrés bien connus au Pays du Thé. Une fois le rituel achevé, une lueur dorée enflamma ses yeux. Il était fin prêt.

Se mouvant à une vitesse telle qu'il fut presque impossible aux autres de percevoir clairement ses déplacements qui prenaient l'apparence d'un souffle de vent, il parvint à proximité de la Manticore en un battement de cils.

La, sans aucune difficulté, il esquiva un premier coup de griffe d'un mouvement de nuque, puis un second en cambrant son buste en arrière, sans jamais perdre ses appuis au sol pour autant. Enfin il contre attaqua de ses poings.

Ou plutôt de quatre de ses doigts. Index et majeurs de chaque mains réunis il se mit à asséner à son adversaire de multiples touches précises et extrêmement rapides. Si rapides qu'elles donnaient l'impression aux observateurs que le Kitsune était doté d'une dizaine de bras. Tous ces membres agissant en même temps et marquant la chair du monstre de profonds impacts sans que ce dernier ne puisse réagir.

La scène dura bien une dizaine de secondes, au terme desquelles Yao acheva ses mouvements et retrouva sa posture contemplative habituelle.

Alors, à l'endroit de chaque impact frappé sur le corps du monstre, s'illumina une calligraphie orientale qui brilla d'un bleu électrique et aveuglant, irradiant la vaste grotte pourtant sombre comme la nuit jusqu'à lors.

Peu après, la Manticore sentit ses pattes se dérober sous elle sans qu'elle ne puisse rien faire, au même moment, Saké profita de l'instant pour quitter son perchoir via une acrobatie qui se termina en roulade au sol, s'écartant ensuite autant que possible de sa monture, comme si elle fut au parfum de ce qui allait se produire...

... et qui ne manqua pas d'arriver.

La large tête du monstre explosa littéralement dans un grand "paf ! ", projetant crocs, morceaux de cervelles, yeux, lambeaux de peau et de chair tout autour dans un rayon d'une dizaine de mètres. Le corps décapité de la manticore gisait au sol inerte.

Alors que les combattants se toisaient et semblaient vouloir mettre quelques sujets au clair, les murs de la caverne commençaient à vaciller pour finir par devenir complètement flous. Les mercenaires furent alors entourés d'un voile opaque qui brouilla leurs sens complètement et leur fit perdre conscience.

Lorsqu'ils recouvrirent leurs esprits et capacités d'orientation, ils se retrouvèrent à table, comme émergeant d'un long sommeil et dans les positions exactes qu'ils occupaient lors du repas de la veille au soir. Leurs assiettes et leurs verres étaient vides. Au sol se trouvait une des cruches brisées, qui avait roulé depuis la table.

De tous les candidats présents lors du repas, seuls six se redressèrent. Agram, Yao, Assiah, Saké, Arasé d'une part, tous réunis autours de la même table et d'autre part la jeune mage qui avait elle aussi survécu au combat contre la manticore.

Autour de sa table gisait les corps des quatre autres mercenaires, morts pendant leur sommeil et dont de minces filets de sang coulaient depuis leurs paupières closes.

Soudain, dans la salle de l'auberge, retentirent des applaudissements...
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Melkerah le Jeu 3 Mar - 18:26

Malheureusement, le cou de l'ennemi était trop massif et musclé pour qu'une simple morsure, aussi énergique soit-elle, en vienne à bout si facilement. Mais Ara avait bien senti la douleur de la manticore dans ses mouvements, et c'était déjà une victoire en soi. La bête n'était pas vaincue, mais elle avait subi des dégâts sérieux.
La lycan lâcha prise et s'écarta précipitamment de peur de recevoir un coup en retour, mais les autres semblaient lui tenir tête assez efficacement pour la distraire. Étonnée, Ara les regarda, curieuse de savoir comment ils s'étaient sortis de ces flammes. La jeune guerrière aux formes aussi fatales que ses deux épées, Assiah lui semblait-il, avait récolté des brûlures assez légères, elle avait du passer au travers du feu suffisamment vite pour être épargnée, et il semblait qu'elle en ait même profité pour étriper l'ennemi, ce qui lui valut le respect sincère de la lycan. La jeune mage était parfaitement indemne, sagement à l'écart, sans doute assez intelligente pour ne pas s'en mêler plus que nécessaire. Le petit homme-renard, Yao, était également indemne, bien qu'il n'ait pas semblé s'écarter de la trajectoire des flammes. Étrange. Quant à l'Orientale...

-Elle... elle est... Morte ? demanda la mage, au bord du malaise.

Ara plissa le nez, gênée par l'odeur du cadavre grillé.
Mais l'homme-renard les détrompa comme si l'idée que cette "Itsusémi" y soit passée était du dernier ridicule. Le pire, c'est qu'il avait manifestement raison. Jaillie de nulle part, l'Orientale arriva par au-dessus pour poursuivre le travail entamé par Ara, à savoir faire céder la nuque du monstre. Forcément, c'était plus efficace avec une épée... Le cri de souffrance perçant sonna comme une musique victorieuse.
Et la maudite manticore était toujours vivante.
Il fallut la touche finale de Yao pour l'achever. Ara ne sut jamais comment il s'y était pris, mais l'ennemi ne s'en releva pas. Sa tête explosa. Choquée, Ara jappa de stupéfaction. Enfin, les candidats survivants commencèrent à se regarder les uns les autres en chiens de faïence,se toisant, se jaugeant... Et tout devint flou. Encore.

Ils étaient encore à table. Désorientée, Ara s'écarta brusquement de la table, renversant sa chaise en arrière, et jeta des coups d’œil éperdus tout autour d'elle pour essayer de comprendre ce qui s'était passé. Elle aurait rêvé ? Non, elle ne se serait jamais endormie dans une telle situation. Et puis les autres semblaient aussi perdus qu'elle... ceux qui avaient survécu du moins. Mais ceux qui étaient morts avaient été tués dans cet espèce de cauchemar, ce n'était pas logique... Les pièces semblèrent s'assembler, du moins en partie. Le repas devait être drogué, et la suite avait été une illusion collective, sûrement orchestrée par...
Un applaudissement lent, comme ceux, ironiques et condescendants, qu'on donne par mépris, retentit dans la salle.
Les griffes sorties et les crocs prêts à suivre, Arasé chercha du regard celui qui applaudissait ainsi.
avatar
Melkerah
Audacieuse


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Assiah le Mar 8 Mar - 20:17

Il ne fallut que quelques secondes au petit renard pour mettre le monstre en pièce, littéralement, le spectacle se révéla d'ailleurs aussi écoeurant que le bruit infâme que fit l'horrible quadrupède en explosant. Des restes sanguinolents fusèrent à travers la pièce en une marmelade rougeâtre qui fit apparaître une mine dégoûtée sur le visage de la belle amazone. D'un geste, elle se débarrassa d'un amas gluant atterri sur le dos de sa main droite sa moue s'accentuant encore.

La guerrière retint une remarque acerbe, voire carrément hostile qui menaçait de franchir la barrière de ses lèvres. Pourquoi n'avait-il pas bougé plus tôt ce petit malin? Cela aurait évité un combat et des morts inutiles. Quant à cette petite greluche au visage effarouché elle ne lui inspirait qu'un mépris retentissant. Ses préférences allaient encore au grand Ursidé et au grand loup. L'orientale... elle gardait son jugement, lui laissant le bénéfice du doute. 

Ses yeux d'or se posèrent tour à tour sur les cinq survivants. Elle avait juste envie de hurler cette rage qui menaçait de l'étouffer. Cette sensation d'inutilité qu'elle ne connaissait que trop bien depuis quelques temps allait la rendre folle. L'impulsive beauté se força au calme, elle ferma les yeux et se sentit happée comme le monde semblait s'éloigner d'elle.

Quand ses yeux s'ouvrirent de nouveau, elle émergeait d'un brouillard flou. Quelques secondes lui furent nécessaires pour faire la mise au point dans son esprit. Une table, des chaises, des assiettes, petit à petit les choses se mirent en place. 

Assiah aurait dû se sentir apeurée et même paniquée mais elle sentait étrangement éloignée de tout. Elle constata les cadavres des moins chanceux d'entre-eux, ceux qui n'avaient pas survécus à l'attaque du monstre. La guerrière ne s'expliquait pas ce qui arrivait ici depuis qu'ils y étaient entrés. C'est comme si quelqu'un avait décidé de jouer avec leur peur, leur vie. Il aurait été tellement plus simple de les tuer dans leur sommeil alors pourquoi s'encombrer d'une telle mise en scène? Le style? Le plaisir de les voir se dépêtrer dans leurs interrogations? Déterminer qui irait jusqu'au bout d'épreuves absurdes? Ne devait-il en rester qu'un? 

La jolie blonde regarda d'un air morne ses compagnons d'infortune. Son visage reflétait la gravité de ses réflexions mais aussi comme une sorte d'acceptation d'une fatalité en soi. A peine broncha-t-elle quand les applaudissements fusèrent dans la pièce.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Mortelune le Mer 9 Mar - 17:20

Les applaudissements planèrent durant de longues secondes dans la très silencieuse salle de l'auberge. Un malaise latent se faisait clairement ressentir alors que les mercenaires recouvraient tour à tour leurs esprits et cherchaient à comprendre la nature de ce qui leur arrivait.

Puis une voix claire et tranchante fusa à travers la pièce, de façon surprenante et inattendue, arrachant un sursaut à la jeune mage restée toujours en retrait.

"Bravo, bravo... BRA-VO ! Vraiment, quel spectacle !"

Chacun des mercenaires, aux premiers mots dévoilés put reconnaître le timbre de l'intendant qui avait jusqu'à lors organisé et supervisé le recrutement. Pourtant ce dernier n’était visible nulle part. Plus inquiétant encore, le son de sa voix semblait venir de partout à la foi, sans localisation précise, comme s'il était directement projeté dans l'esprit des convives.

-"Vraiment étonnant !! Cela dit, Moo'Han n'en attendait pas moins de vous. Des personnes de votre trempe, de votre expérience..."

Puis il apparu enfin, cet homme droit, à l'allure soignée et ennuyeuse, presque passe partout. Mais l'était-elle vraiment... Progressivement son apparence changea. Se muant progressivement vers la silhouette d'un inquiétant personnage aux traits elfiques, portant un masque et des vêtements d'un gout raffiné et plutôt ostentatoire. 




Il s'était déplacé à proximité de la table à laquelle étaient installés la mage et ses quatre défunts acolytes. Il s'approcha alors de l'un d'eux, se penchant au dessus de sa dépouille, dont le visage figé semblait encore grimacer de douleur.

-"Mais vous, par contre, vous m'avez terriblement déçu ! Et vous autres aussi là bas ! D'ailleurs, vous avez bien raison de rester silencieux !" plaisanta-t-il en désignant les autres cadavres inertes.

Il s'installa ensuite à table à son tour, non sans avoir délogé l'un des combattants morts de son siège, d'un coup de pied, sans autre égard. Dans sa main droite apparu un calice au liserés d'or et d'argent et dans la gauche une carafe de vin. Après s'en être servit, il dévisagea une fois de plus les six survivants.

-"Hé bien alors, vous êtes terriblement tristes et silencieux ! C'est d'un sinistre ici, on se croirait à un enterrement..."

Il se mit à sourire.

-"Je vois, j'imagine que vous souhaitez des explications... Haaa... les aventuriers de Zaerod.... toujours prompts à poser des questions... Le pourquoi du comment... les "pourquoi nous avoir menti" ou encore les "mais vous auriez pu nous le dire quand même qu'il y avait une liche dans cette crypte" Raaaah... mais qu'est-ce que j'en savais moi au juste ! Et puis un peu de surprise, d'inattendu, ça n'a jamais fait de mal à personne que je sache ! - sauf peut-être à ces quatre types là, avec les yeux qui saignent - Toujours ces même questions, et ce, même si au final, vous n'entendez rien aux rouages cosmiques qui manipulent notre monde. Vous en être presque mignons avec vos considérations et vos revendications. Mais soit... Je répondrais à vos questions en temps utiles. Avant cela, vous allez la fermer un instant et m'écouter. Ne m’interrompez pas je vous prie."

Il trempa délicatement ses lèvres depuis les bords de sa luxueuse coupe et se délecta du breuvage fin qu'elle contenait. Puis il entama son discours en adoptant une posture décontractée et détachée, comme s'il n'accordait aucune importance à la situation, à ses interlocuteurs, et encore moins à leur état physique et mental. Peut-être même n'avait il aucunement conscience que ceux-ci puissent-être particulièrement éprouvés par les épreuves qu'ils venaient de traverser.

-"Tout d'abord, mon nom est inutile. Oui, enfin, je ne veux pas dire que c'est mon nom... je ne m'appelle pas Inutile. Il se trouve juste qu'il ne présente pas d’intérêt ici, pour ce qui nous concerne. Donc je ne vous le donnerait pas. Vous pourrez continuer à me considérer comme l'Intendant. Voila, vous y mettrez une Majuscule cette fois-ci. Pour le standing, c'est bien plus élégant. Je suis, pour ainsi dire, l’émissaire de Moo'Han. Je la représente et parle en son nom en tous les lieux et à toutes les occasions que celle-ci juge dignes d’intérêt. Bien évidemment, et certains parmi vous l'avaient compris, elle ne se trouve pas ici actuellement. A vrai dire elle ne quitte sa résidence qu'en de très rares et importantes occasions... Et superviser un recrutement de mercenaires dans une auberge modeste de Clantor ne fait visiblement pas partie de ces rares et importantes occasions."

L'intendant but une nouvelle gorgée de vin.

-"En revanche, c’était bien la tâche qui m'incombait. Et à laquelle je dois dire, j'ai pris un certain plaisir à assister. Car je parle, je parle, mais rassurez vous ! L'offre d'emploi est bien réelle ! Et j'ai la joie et l'honneur de vous annoncer que vous êtes embauchés ! Alors, heureux ? J'imagine que vous êtes aux anges !!! Je le serais à votre place !"

Un sourire figé se dessina sur la bouche de l'elfe alors qu'il fixait de ses yeux la aventuriers incrédules.

-"Le petit rendez-vous galant avec la manticore était un test voyez-vous... Mais je pense ne rien vous apprendre. A la base, j'aurai préféré le faire grandeur nature, mais ces bêtes ne courent pas les rues et je manquais de temps... Alors j'ai préféré faire usage de mes dons. Ceux pour lesquels Moo'Han m'apprécie. Je suis Oniromancien. Le plus grand en fait, en toute modestie. Mais en quoi cela consiste, me demanderez vous. He bien, c'est très simple, vous répondrais-je !!! En gros, j'infiltre et manipule les rêves d'un ou plusieurs individus, les tords, les assemble et rend leurs effets réels. Vous venez de vivre l'un d'entre eux. Félicitation, vous avez occis une manticore n'ayant jamais existé, mais qui pourtant vous a infligé des blessures dont vous porterez les stigmates plusieurs jours."

Il désigna les entailles et plaies des uns et des autres.

-"Pour ce qui est de la suite des événements... Moo'Han a souhaité que l'on vous mène à elle, afin qu'elle vous expose son projet et la mission qu'elle souhaite vous attribuer. Pour ma part, je ne suis pas dans la confidence. Elle seule voit, elle seule sait, elle seule décide. Comme indiqué plus tôt, la rétribution sera de taille. Au delà de vos espérances. C'est également elle qui vous a choisi, parmi une liste élargie de personnes que nous suivons avec intérêts depuis un moment déjà. Il n'a donc jamais été question de hasard... C'est une notion qui nous est très inconfortable par ailleurs. Ah et avant de faire les présentations j'allais oublier ! Cette offre d'emploi ne peut-être refusée. En aucun cas. Toute fuite serait aussi inutile que futile (oui j'aime faire des rimes, j’écris aussi des poèmes à mes heures), sauf si vous sentez capable de vous retenir de dormir durant mettons...hmmm.. Les dix prochains années ? Mais je doute fort qu'aucun d'entre vous n'ait envisagé cette option ! Dormir est tellement agréable !  Et puis, n'ai-je pas à faire à l'élite ? Vous n'êtes pas du genre à renoncer si facilement ? L'êtes-vous ? Non ? Bon ! A la bonne heure !! Bien... dernier point logistique, vous passerez donc la nuit ici, rassurez-vous, elle est payée d'avance ! Et elle sera à priori moins agitée que la précédente...  qui n'a en fait jamais eu lieu... vous me suivez toujours ? Parfait ! Demain matin un guide vous attendra ici. Il se fait appeler l'Amiral. C'est le capitaine du vaisseau qui vous conduira jusqu'au pays de Moo'Han. Il est digne de confiance. Vous lui obéirez au doigt et à l’œil. Sous peine de sanction désagréables et nocturnes. Je vous suivrais de près"

Après un court silence, l'intendant s’éclaircit la voix.

-"Bien, puisque je sais d’expérience qu'en de pareils moments, la timidité inhibe même les plus m'as-tu-vu des aventuriers, je vais me charger de faire les présentations."

Il claqua des doigts et un petit carnet doré émergea du néant entre les mains de l'elfe masqué. Il ajusta son masque comme on replace une paire de lunettes et plissa les yeux en regardant son petit carnet.

-"Alors... J'avais initialement annoncé que cinq personnes prendraient part à l'aventure, pour autant vous êtes six devant moi. En l’occurrence, l'un d'entre vous a déjoué mes prononstics puisque j'avais envisagé sa mort à l'occasion de l’Épreuve de la manticore. Il s'agit de Dame Bérénice Eugénia Épiphanie de Hautjardin, magicienne de son état, fille unique du Duc Ernestan de Hautjardin et de son épouse Isabeau Esperance de Larchemont épouse de Hautjardin, héritière de la Baronnie de Larchemont. Mes hommages Bérénice, je trinque à votre santé et à défaut de pouvoir le faire à celle de vos camarades de table" 

L'elfe mima une courbette qui fit rosir les joues de la magicienne, à sa plus grande surprise et contre son gré.




-"A ma droite, assis à la table des survivants, des vainqueurs ! Mes favoris !! La crème de la crème, l'élite du monde libre, nos deux nomades membres des Treize Exilés et précédemment de la Caravane de Nulle Part. J'ai nommé le puissant Agram Khon, Seigneur des Ours, Porteguerre du Clan Washte Pawnee, un parangon de vertu, un colosse à l'honneur inaltérable et à sa droite, Yao, que l'on ne présente plus, le plus célèbre Kitsune du Pays du Thé, expert en flux d’énergie, maniant le Ki comme personne et tellement mignon dans son petit kimono"

Il s'inclina à nouveau

-"Accueillons à présent Arasé Astera, dont le nom, pour le cou ne dit sans doute rien à personne, et c'est probablement naturel dans la mesure ou notre amie est une sympathique.... Noctalienne... Et oui !!!  Une rareté en somme !! Vous savez, c'est ce peuple qui met un point d'honneur à vivre en marge du monde sous peine d'en mourir si d'aventure ils leur arrivaient que l'on s’intéresse trop à eux !!!! Le Mal Noctalien qu'ils appellent ça. Sauf qu'elle, la maligne, elle à trouvé une parade à cette vie de merd... pardon de paria..."

Comme s'il voulait chuchoter, il glissa tout bas à son auditoire, en plaçant la main devant sa bouche

-"C'est aussi un Lycanthrope... mais chuuuut. Bien... passons maintenant à la plus belle, notre sauvageonne rayonnante aux formes aussi envoûtantes que mortelles. Notre Chantelame, Assiah Ironheart, bretteuse d'exception toujours accompagnée de ses, si précieuses et si chères lames enchantées...avec des vrais morceaux de démons à l'intérieur !!! La belle aventurière qui en a vu du pays et dont les pérégrinations m'ont toujours passionné, surtout celles en terres gelées !!! Et enfin notre dernier participant... mais pas le moindre"

L'elfe imita avec difficulté le bruit d'un roulement de tambour.

-"Mesdames et messieurs, tonnerre d'applaudissement pour Keira "Saké" Itusémi. L'artiste aux multiples talents, comédienne de renom, arnaqueuse invétérée, imitateur hors pair, chanteuse envoûtante, musicienne douée, et marionnettiste grandeur nature... La plus redoutable illusionniste de ce monde à n'en pas douter....Elle incarne à elle seule tous les mystères de l'Orient..."

L'intendant se mit alors à applaudir une dernière fois, comme s'il s’apprêtait à conclure son intervention

-"Bien, maintenant que vous vous connaissez mieux et avant de vous laisser deviser entre vous, car j'imagine que vous avez un tas de chose à vous raconter, un peu comme lorsqu'on reprend le boulot après une longue période de vacances, je souhaitais revenir sur les raisons de vos présences ici. Je veux dire... au delà de vos compétences avérées, de vos talents respectifs, de votre expérience et de vos multiples autres qualités qui sautent aux yeux à un point que j'en serais presque aveuglé... bref... Moo'Han voulait vous faire passer un petit message... Vous donner, disons... une petite leçon. Vous êtes ici car vous avez tous quelque chose en commun."

Le silence qui suivit cette phrase se fit plus pensant qu'aucun autre jamais connu par les aventuriers. L'elfe avait, pour une fois, pris un air tout à fait sérieux qui lui donnait une allure extrêmement inquiétante.

Jetés tels des poignards, ces mots furent les derniers prononcés par l'intendant, qui se dématérialisa dans l'instant dans un élégant scintillement doré, laissant tomber au sol, la carafe et son calice dans un bruit assourdissant qui fit écho sur chaque mur de la pièce..

Après quoi la voix de l'elfe résonna une dernière fois dans les esprits des mercenaires.

-"Cette chose, c'est l'abandon."
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Melkerah le Mer 9 Mar - 20:46

Tout au long de ce monologue déroutant, l'apparence d'Ara avait dérivé, lentement mais sûrement, rendant parfaitement superflue la pseudo "confidence" de l'Intendant sur sa nature de Lycanthrope. Elle s'arrêta bien avant de devenir un loup, avant d'arriver au stade où elle aurait été obligée de renoncer à la bipédie, malgré la furieuse tempête qui se déchaînait dans sa tête. Il lui fallut des efforts colossaux pour se retenir, et même ce résultat mitigé lui faisait l'effet d'un exploit. Elle espérait que ça deviendrait plus facile avec le temps et l'expérience. La disparition soudaine de l'Intendant arriva juste au bon moment, quand l'envie d'égorger cet homme sur place menaça de l'emporter.
Elle se détendit légèrement, ramassa sa chaise renversée à terre et s'assit, puis entreprit de retrouver forme humaine progressivement. Ce n'était habituellement pas son genre de perdre ainsi son calme, du moins pas au point de se retrouver incapable de réfléchir, mais cette situation... Elle ne se souvenait pas s'être déjà sentie si acculée, humiliée. Elle avait été piégée, bernée de bout en bout. A en croire l'Intendant, cela ferait des années que ces gens la surveillaient. Que cela soit vrai ou non, ils la connaissaient effectivement, ce qui était hautement perturbant.
La jeune Noctalienne soupira doucement et tourna le regard vers ses compagnons d'infortune. Puisqu'ils étaient dans le même filet...

-Si quelqu'un a la moindre idée de comment se sortir de cette merde, je suis preneuse, dit-elle d'une voix tendue, et si quelqu'un trouve par hasard l'occasion de coincer cet Intendant... Hm. Enfin bref. J'imagine qu'on va passer pas mal de temps ensemble ces prochains jours. C'est pas vraiment un plaisir, mais bon...

Elle fit mine de s'incliner en guise de formule de politesse. Son talent en société l'impressionnait toujours...
Si au moins elle savait à quoi s'en tenir ! Ces "heureux vainqueurs" étaient-ils des alliés ou devait-elle se préparer à les combattre ? Quelle serait la suite de ce désastre ? Elle avait beau tourner et retourner le problème, elle ne parvenait pas à trouver ne serait-ce qu'un indice vers un début de solution. Sa seule certitude était qu'elle ne pouvait pas se permettre d'être faible. Mais comment gagner un combat si on n'a pas la moindre idée de qui on affronte ?
Et puis elle réalisa. Elle avait déjà passé toute une existence dans une impasse, impuissante et condamnée. Et elle s'en était sortie.
Il suffirait de recommencer.

-Je sais pas vous, mais moi je prendrais bien un verre en plus... ou une bouteille d'ailleurs...
avatar
Melkerah
Audacieuse


Fiche de personnage
Nom:
Race et classe:
Compétences:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Assiah le Mar 22 Mar - 21:29

Il avançait vers eux enveloppé de toute sa suffisance, persuadé qu'il était d'être invincible, tellement supérieur à eux. Plus encore que le flot ininterrompu de paroles qui s'échappaient de ses lèvres minces, ce fut cette attitude qui insuffla en elle le feu d'une révolte rageuse. Son visage se ferma hermétiquement à toute autre émotion tandis que la haine transformait ses traits. 

Cette colère froide faisait bouillir son sang, elle sentait ses doigts picoter tant l'envie de s'emparer de ses épées et les lui enfoncer une dans la bouche pour qu'il se taise enfin et l'autre à l'endroit où devrait battre son coeur histoire de vérifier s'il en avait bien un. 

Le clown endimanché continua son monologue enjoué ignorant les mines qui le dévisageaient sans aménités. Assiah eut la satisfaction de voir qu'il n'était pas si bien informé sur la nature exacte de ses "chères lames" mais sa colère était telle qu'elle ne profita pas longtemps de cet éphémère bonheur. 

Quand sa patience fut à bout, l'implacable amazone se leva d'un bond ses yeux d'or lançant des éclairs. Elle dévisagea chacun des convives autour de la table mais elle n'eut pas le loisir de pouvoir soutenir le regard de cet indélicat qui avait déjà disparu, se soustrayant à leur joyeuse compagnie. Plus que frustrée, la belle amazone nia ses compagnons pour parler dans le vide, il lui fallait un exutoire. 

"Si vous pensez pouvoir me faire marcher à la baguette avec vos techniques plus que discutables vous vous trompez lourdement. Premièrement, JE suis seule maître de ce que je ferai ou pas. Deuxièmement, je suis peut-être une mercenaire ou une aventurière ou peu importe le terme que vous utilisez mais j'estime obéir à un certain code d'honneur, code que vous avez bafoué en même temps que la relative confiance que je pourrais vous attribuer. Or, il s'avère que je ne travaille pas pour des personnes en qui je n'ai aucune confiance et moins encore quand elles usent de méthodes que je réprouve. Enfin, dernièrement, sachez que vos menaces ne me font pas peur, comme vous l'avez si justement énoncé nous avons l'abandon en commun, et donc par voie de fait absolument rien à perdre si ce n'est la vie... et pour ce qu'elle vaut encore je préfère la mort à céder à votre chantage. Donc, j'ai été ravie de ce petit intermède au pays des rêves mais la suite se fera sans moi."


La guerrière ne voulait pas de ça, elle était furieuse contre ces gens qui restaient là, qui n'avaient rien fait devant ce fanfaron en tenue de cérémonie. La proposition de la Noctalienne la rassura un peu quant à leur état d'esprit et elle se tourna vers la jeune femme la détaillant plus attentivement. Elle lui sembla démunie mais déterminée à ne pas se laisser faire. Elle eut un sourire sans chaleur ce serait un bonheur sans égal de faire bouffer à cet intendant son arrogance ignoble rien que l'idée suffisait à la contenter mais jamais elle ne serait l'esclave docile de ce pantin grandiloquent. Plutôt mourir que de s'y abaisser. 

Plus calmement la superbe blonde s'adressa à cette jeune femme qui lui apparaissait comme la plus sympathique du groupe.

"Je m'en vais, mes rêves sont déjà hantés par des démons bien pire que ceux qu'ils pourraient trouver... quant à ma vie... si c'est pour en faire ça..."

Sa chevelure vola autour de ses reins comme elle se retournait pour faire quelques pas en direction de la porte, puis, mue par on ne sait quel instinct, elle s'arrêta leur souriant. 

Je souhaite sincèrement que vous trouviez la paix puisqu'il semblerait que c'est cette recherche qui nous ait conduit dans cette fatalité. Bon courage à tous et ... si vous lui bottez les fesses pensez à en mettre une couche en plus pour moi...

Considérant qu'elle en avait fini avec tout ça et qu'elle avait fait son choix, prête à en assumer les conséquences, l'amazone se détourna à nouveau de l'assemblée et franchit les quelques mètres qui la séparaient encore de la porte.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Mortelune le Mar 29 Mar - 15:29

Saké était restée silencieuse pendant la totalité de l'intervention du mystérieux intendant. Alors qu'elle observait le sieur qui se serait presque cru en représentation, un million de questions au moins se bousculaient dans sa tête.

Qui était-il vraiment ? Que leur voulait-il ? Et surtout pourquoi cette tenue grotesque... 

Son discours avait été volontairement énigmatique mais suffisamment précis pour que chacun comprenne qu'il avait été observé jusque là et que leur présence dans cette auberge n'avait rien de fortuite. 

Les descriptions des uns et des autres ne lui apprirent que peu de choses qu'elle n'avait déjà elle même devinée en observant un temps soit peu ses partenaires de fortunes. Elle laissait paraître ses dents au travers d'un sourire franc lorsque l'Intendant la présenta en des termes plutôt élogieux. Elle se retint même de ne pas gratifier l'audience d'une révérence au public, mais jugea le moment peu opportun pour l'humour. 

Chacun encaissait le choc comme il pouvait. La jeune mage semblait fébrile, nerveuse. Yao et Agram restaient pour le moins impassibles, malgré quelques signes de contrariété sur les traits de l'Ours. La Lycan avait opté pour une forme de résignation qui parlait à l'Orientale. Boire un coup, en voila une bonne idée.

Elle sourit en direction de la Noctalienne en signe d'approbation à son initiative.

-"Ma fois, je pense qu'il n'y a pas situation plus propice pour s’enivrer un peu... D'autant que ce sera peut-être notre dernière beuverie. J'ai beau tourner le problème cent fois dans mon crâne, je ne vois pas d'issue à notre gageure. Dans l'absolu, j'attends la prochaine étape. Ce voyage auprès de la source commanditaire nous en apprendra plus. Cet intendant n'est qu'un pantin - dit-elle en haussant le ton, persuadée que celui qu'elle considérait comme un guignol les observait encore - nous en saurons plus en nous rendant auprès de Moo'Han.  Un point me taraude plus que d'autres d'ailleurs, ce truc au sujet de l'abandon, qui nous unirait tous d'une certaine façon... Je ne comprends pas trop."

Alors Zabuza, la petite cruche magique de Saké se rappela à ses bons souvenirs et grimpa sur ses genoux. La belle orientale en ôta le bouchon de liège en le mordant rageusement, puis se servit une choppe pleine du nectar qui y était contenu.

Le breuvage en question était extrêmement étrange, de couleur translucide aux reflets arc-en-ciel. Plus étonnant encore, alors que le verre était plein, une épaisse fumée blanche s'en dégageait, comme si ce qu'il contenait était extrêmement corrosif. Le tout n'était vraiment pas très ragoutant.

L'artiste observait sa boisson en rêvassant, puis leva son œil jusqu'à croiser le regard de la Lycan avant de s'adresser à elle.

-"Je savais que tu étais Noctalienne... En fait, je l'avais deviné ou du moins soupçonné. J'ai souvent eu affaire à ceux de ton espèce et, certains signes ne trompent pas. A ce sujet, une question me brûle les lèvres... Quels sont tes rapports avec les Umbras ? Je n'avais jusqu'à lors jamais entendu parlé de toi..."

Saké se laissa alors tomber sur le dossier de son siège, décontractée, et profita de ce petit instant de convivialité pour allumer sa pipe.

-"Oh, mais avant que tu ne répondes, trinquons !!! A la tienne !!!" déclama l'illusionniste, d'une voix claire, alors qu'Ara et elle même étaient rejointes par la mage, presque timidement ainsi que les deux nomades Exilés.

Une seule restait en retrait, et semblait fulminer. Il ne fallut que quelques instants de plus pour que la belle amazone ne laisse exploser sa très ostensible colère aux yeux de tous, mimant de quitter l'auberge en maugréant des paroles trop philosophiques pour être honnête. Elle avait même tenu quelques propos presque accusateurs envers ses compagnons éphémères, leur reprochant presque une attitude trop laxiste à ses yeux.


C'en était trop pour l'orientale. Elle même abhorrait ce genre de comportement surjoué. Elle avait beau être comédienne, et on la disait volontiers folle et excentrique, mais la gestion des émotions était primordiale là d'ou elle venait et on ne la referait pas.

Elle ne voulait pas jeter de l'huile sur le feu, mais sa petite intermède de diva lui avait déplu. Peut-être l'artiste n'aimait-elle pas que l'on lui vole le premier rôle. Elle s'adressa alors à elle d'un ton blasé.

-"Dans l'éventualité ou tu parviendrais à franchir cette porte vivante, ce dont je doute grandement, après avoir attentivement écouté notre ami masqué, es-tu à ce point décidée à sceller le sceau de ton existence parce que ton employeur t'a fait un coup tordu ? C'est hmm... cocasse ! Je... excuse moi de te demander cela mais depuis combien de temps es-tu mercenaire au juste ? Deux jours ? C'est ta première affaire ? Ou alors tes fesses, en plus d'être ravissantes, sont bordées de nouilles au point que tu n'aies traité qu'avec des hommes de parole ? Difficile à croire ! ".

La brune mystérieuse tira une bouffée de sa pipe et reprit, dans une posture plus compatissante.

-"Allez, ce pourri nous l'a faite à l'envers, dans les formes et dans le fond. Ils nous a berné, bravo à lui ! Rends toi à l'évidence, nous sommes coincés. Toi comme nous. Mais que trouveras-tu hors de cette auberge hormis la mort ? Ici au moins on a à boire ! Et des gens de talents probablement prêts à se serrer les coudes pour se sortir de ce merdier. Tu veux botter le cul de l'intendant ? Moi aussi, mais quelle chance as-tu d'y parvenir seule ? Et morte qui plus est ? Au delà de ça, si tu te casses, tu restreints nos chances de succès et d'autant notre espérance de vie. Seras-tu égoïste au point de ne pas y prêter attention ?"

Saké replaça sa mèche de cheveux ébène devant son œil scarifié.

-"Je ne vais pas te mentir, je ne suis pas une sainte, ni une samaritaine. En d'autres lieux et circonstances, si mon destin n’était pas lié au tien, je t'aurais laissé franchir cette porte, et crever la gueule ouverte. Mais vu ce qui se trame à l'horizon, je me dis qu'on ne sera jamais de trop pour y faire face. Donc fais demi tour, je te prie et vient poser tes à coté des miennes."
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Destins croisés et gueule de bois.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum