Jeu de Rôles Libre
Bonjour !
Tu viens d'atterrir sur le forum du Jeu de Rôles Libre.
Ici, tu trouveras un jeu par écrit fonctionnant un système libre, intuitif et réellement amusant.
Viens vite découvrir tout ce que nous proposons sur ce lien !

Expedition dans le désert gelé.

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Assiah le Mer 19 Nov - 20:57

Deux minutes, c'était bien trop long pour prendre une décision, ce laps de temps pouvait bien faire la différence entre la victoire et la défaite, entre la vie et la mort. La précipitation n'était pas bonne non plus mais, dans un combat, Assiah ne laissait plus parler que son instinct et seul le chant de ses lames la berçait.

La guerrière encourageait Mym d'une voix forte et sûre, elle était impressionnée des prouesses que, compte tenu des circonstances climatiques, la nordique arrivait à faire faire à son navire. La petite embarcation louvoyait tant bien que mal malgré l'absence de vent Mym arrivait à s'esquiver au dernier moment. S'ils évitaient le pire jusqu'à présent c'était bien grâce à la maîtrise parfaite de la brune.

Bientôt Chantelame vit elle aussi les deux drakkars fendre l'onde jusqu'à eux. Leur voile semblait gonflée par un vent qui ne soufflait que pour eux. La belle amazone regardait tour à tour l'avancée des bateaux ennemis et le géant de métal qui n'avait pas encore bougé ni même dit un mot. Un juron franchit ses lèvres aux traits parfaitement dessinés. Heureusement le vent inexistant ne le porta aux oreilles de l'homme machine et la belle pouvait se laisser aller librement à ces écarts de langage.

Allez! Chef! Grouille un peu! Montre ce que tu vaux tas de métal...

Enfin Monsieur Metal sortit de sa léthargie et leur annonça qu'il avait un plan. Il ne prit pas la peine de leur expliquer toute la teneur de ce dernier se contentant de leur donner ses instructions. Ses épées toujours dans le dos, la guerrière blonde n'en crut pas ses oreilles. La bataille était imminente et Monsieur leur annonçait qu'il ne serait pas là! Fut-ce le ton du colosse ou la gravité de l'instant, toujours est-il que l'amazone laissa de côté ses considérations et hocha brièvement la tête en signe d'assentiment.

Interloquée, elle fut le témoin d'un étrange rituel. Il ne pouvait s'agir que de magie. On aurait dit que l'énergie s'accumulait dans la sphère que tenait le mécha. Des raids de lumière bleutés convergeaient tous au même endroit en un magnifique spectacle pour les yeux.

Soudain la boule incandescente quitta la main du géant métallique et prit une vitesse vertigineuse en quelques secondes. Elle démontra alors toute son utilité quand elle détruisit entièrement les drakkars. Chantelame suivait sa course une lueur de triomphe brillait dans ses yeux tandis qu'elle goûtait chaque cris de douleur et d'horreur de ses ennemis. Une joie sauvage animait ses traits. Elle n'était plus la jeune femme un peu empruntée qui déambulait tranquillement dans les rues, plus non plus cette jolie blondinette aux allures sereines et doucereuses. Son regard avait gelé en une expression de détermination farouche, Ses lèvres s'étiraient en un sourire qui n'avait rien d'avenant. Pourtant, la belle ne perdait rien de sa beauté. Ses yeux dorés luisaient envoûtant comme ceux d'un loup, son sourire glacé transcendait la beauté presque bestiale qu'elle dégageait en ce moment.

Son regard croisa celui de la nordique et s'adoucit quelque peu. Son amie avait la mine défaite d'une personne qui n'a pas encore appris à regarder la mort, à la goûter. Elle avait été comme ça, un instant elle revit la jeune fille douce qu'elle avait été, cette innocente qui n'aurait pas pu frapper un être humain. Désormais tout était différent, elle avait rencontré la noirceur de l'âme humaine, la méchanceté gratuite, la bêtise...Le démon lui avait montré la vraie nature de certaines personnes comme elle lui avait fait découvrir la Bien. La guerrière hurla à Mym par dessus le fracas des bruits.

Courage petite soeur on se protégera l'une l'autre, je ne te laisserai pas.

C'est alors qu'elle entendit un sifflement suivi d'un claquement sec. Sans regarder la lame qui l'avait ratée de peu, la guerrière fixa le fou qui avait osé ce geste inconsidéré. Sans qu'apparemment elle ne fasse le moindre geste, ses épées trouvèrent le chemin de ses mains. Aussitôt une douce musique raisonna aux oreilles de la guerrière. Elle fit quelques pas pour se mettre entre les six adversaires et le robot qui ne donnait plus aucun signe de vie.

Venez goûter mes lames, vous entendrez votre hymne funéraire.

Elle se tenait droite, fière, arrogantes même, les yeux étincelants, aucune peur ne transparaissait en elle, bien au contraire. Sa voix raisonnait, promesse d'un mort lente et douloureuse. Elle avait confiance en ses lames, confiance aussi en cette amie que le ciel lui avait envoyé. Si elle maniait sa hache de guerre aussi bien que son gouvernail elles pourraient tenir contre ses six guerriers.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Mortelune le Jeu 20 Nov - 16:34

La réplique que fit Assiah à Mym alors que celle-ci se trouvait décontenancée face à l'incroyable manœuvre destructrice de Mortelune eut comme l'effet d'une claque sur la Nordique.

Ravivée et presque vexée de s'être ainsi laissée aller à la passivité et à une fébrilité mentale navrante, elle retrouva alors comme une sorte de second souffle qui l'emplit d'une motivation et d'une énergie nouvelles. Et elle allait en avoir besoin, d'autant qu'à présent, elles n’étaient plus que deux pour faire face à l'invasion de leur embarcation. 

Mym considéra ce débarquement comme un affront bien plus grave qu'un simple abordage. Ce bateau, certes n’était pas le plus grand, ni le plus beau, encore moins le plus rapide, mais c’était le sien. Et c'était un héritage familial, ce qui en faisait donc son bien le plus précieux. En dépit du fait que l'emploi du terme de viol aurait été exagéré, c'est plus ou moins le sentiment qu'elle éprouva en observant les six hommes fouler le pont de son navire. Elle se sentait sale et terriblement en colère en cet instant. 

La tristesse de naguère se transforma alors en rage bestiale qu'elle s’apprêtait à faire déferler sur l'opposition qui se rapprochait d'elle. Elle chargea sans plus attendre en hurlant le nom de ses ancêtres avec fougue, perçant le silence glacial qui s’était instauré depuis la destruction des trébuchets.

-"HYLDEGAAAAAAAAAAARD" cria-t-elle, comme une furie tout en brandissant sa hache.

Elle heurta le premier Skaald en lui assénant un violent coup d'épaule en pleine face. La mâchoire de l'ennemi se disloqua en réponse à la force de l'impact. L'homme porta par réflexe ses mains au visage pour constater l'étendue des dégâts, baissant de ce fait sa garde. Il ne se passa qu'une seconde avant que Mym ne frappe de nouveau. Sa hache se ficha de plein fouet entre l'épaule et le cou de son ennemi, faisant gicler un large filet de sang qui macula le visage de la guerrière nordique. Le guerrier hurla de douleur, tentant désespérément de stopper le saignement d'une plaie plus large que ses deux mains réunies. Un instant plus tard il s’écroula de tout son poids sur le pont qui prit une teinte écarlate.

Celle-ci, comme enragée, se tourna vers sa prochaine proie. Elle para d'abord un assaut d'estoc puis roula sur le côté pour éviter un coup de genou ravageur. Féline et souple sur ses appuis elle balaya l'assaillant d'un coup de pied fluide et efficace qui le fit s'effondrer lourdement sur le dos. Le reste fut une formalité. La nordique immobilisa le skaald en plaqua son pied sur sa cage thoracique et faucha sa tête d'un coup de hache précis et sans hésitation.

Instinctivement, elle chercha le regard d'Assiah pour s'assurer de sa situation avant de poursuivre le combat.
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Assiah le Jeu 20 Nov - 21:12

Les attentes de Chantelame furent rapidement soulagée lorsqu'elle vit la rage avec laquelle la nordique combattait. Elle était d'une efficacité redoutable, son style était net, sans bavure quoique selon la belle guerrière il manquait un peu de classe. Son sourire se fit carnassier et elle s'avança lentement vers le premier de ses adversaires. L'homme la fixait d'un regard qu'elle n'appréciait pas du tout. Il passa une langue gourmande sur ses lèvres en lui disant: "viens ma belle si tu te montres gentille tu pourras peut-être t'en sortir vivante". Elle ne lui répondit que par un éclat de rire. Il la prenait pour une pauvre midinette sans défense, cette erreur grossière il allait la payer de sa vie.

Vexé le skaald s'avança lame brandie prêt à frapper de toute la fureur de sa virilité bafouée. L'amazone n'eut aucun mal à esquiver l'attaque d'un simple pas de côté. Tandis que son corps échappait souplement à son assaillant, ses lames décrivirent une large courbe pour s'abattre et lui trancher net les deux bras au niveau des épaules. La voluptueuse blonde ne s'occupa pas des râles d'agonie de son adversaire, de même qu'elle ne donna pas un dernier coup d'épée pour abréger ses souffrances. Au contraire, ses cris la galvanisait, toute empathie l'avait quittée alors qu'elle s'imprégnait de son amant.

Commença alors cette danse mortelle qu'elle connaissait si bien. La fière guerrière se laissait porter par le chant du démon, les épées vibraient dans ses mains, elles avaient entamer le chant funèbre. Chantelame, une lueur meurtrière dans les yeux, semait la mort. Il eut été faux de penser qu'à ce moment elle ne distinguait plus ses alliés de ses ennemis, la belle était tout à fait maîtresse d'elle. Là, dans les giclées rouge sombre, au milieu des bruits de la bataille, elle se sentait à sa place comme nulle part ailleurs. Elle ne faisait qu'un avec ses lames, la maudite retrouvait une part de cet amour perdu et ne vivait que pour retrouver ses moments qu'elle estimait entre tous.

Combien de temps la bataille durerait, Chantelame s'en moquait bien, elle protégerait la carcasse de Monsieur Metal et s'assurerait que son alliée s'en sortait le temps qu'elle pourrait. La guerrière n'avait pas oublié les ordres du robot: si jamais elle ne voyait pas d'autre issue, elle crierait à Mym de fuir et la suivrait. La nordique cependant ne semblait pas d'humeur à vouloir leur laisser le navire pour le plus grand plaisir de l'amazone.

Le combat dura plus longtemps que la belle ne l'avait prévu. Leurs adversaires se défendaient honorablement mais les deux femmes semblaient infatigables, transformées en machine à tuer l'une défendait son plus beau trésor, l'autre savourait la joie de retrouver un être cher. De temps en temps, entre deux attaques, Assiah surveillait la carcasse métallique de Mortelune. Toujours aussi terne, le amas de métal recroquevillé sur lui-même ne donnait pas le moindre de signe de vie. Cela inquiétait la belle jeune femme. Il avait prévenu qu'il ne serait plus là mais elle n'avait pas imaginé que ce serait de cette façon.

Troublée la guerrière rata son attaque suivante et sentit la morsure du fer sur sa cuisse gauche. Elle poussa un cri de douleur qui se mua très vite en hurlement de rage. Ce n'était rien, une estafilade sans gravité mais la belle n'avait pas l'habitude de voir couler son sang. Si le chanceux avait effleuré son visage et gâché sa beauté elle lui aurait fait regretter son geste cent fois. Là elle se contenta de l'égorger d'un coup d'épée trop rapide pour qu'il puisse l'intercepter. L'amazone continua à veiller sur l'homme métal (ou ce qu'il en restait tout le moins) mais elle ne fit plus l'erreur de laisser son esprit se disperser.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Mortelune le Ven 21 Nov - 12:12

Mym fût rassurée constatant qu'Assiah s'en sortait plutôt bien... voire même mieux que cela. On pouvait dire en la regardant pourfendre ses ennemis, gracieuse et le sourire aux lèvres, cet instinct de tueur dont la lueur éclairait le fond de ses yeux, qu'elle n'avait pas volé son surnom de Chantelame.
Elle dansait véritablement, l'arme à la main, dispensant la mort comme si elle était en représentation. La scène avait une portée esthétique assez incroyable si l'on considérait qu'il ne s'agissait que d'un simple combat. Oui mais tout pouvait prendre une dimension onirique lorsque la passion prenait l'ascendant sur le rationnel.

L'Amazone avait le combat dans le sang et dans ces moments, semblait ne plus totalement être elle même, comme si elle revenait à se premières amours ou qu'elle laissait parler sa vraie nature. Aussi impressionnant que troublant, pensa Mym qui n'eut guère plus de temps pour admirer sa partenaire à l'oeuvre. Ce petit moment d'enchantement lui coûta un violent coup de bouclier en pleine face, faisant voler l'une de ses molaires accompagnée d'un filet de sang qui se moucheta dans le vent...

La réplique ne tarda pas à venir. La nordique folle de rage adressa à son adversaire au corps à corps un coup de tête brutal qui lui brisa l’arrête nasale. Dur au mal, le robuste guerrier se releva et s’apprêta à frapper de nouveau, mais plus vive que le Skaald, Mym se jeta sur lui et passa ses bras autour de son buste pour le plaquer au sol. L'assaillant, dans cette position, leva ses deux mains et les fit se rejoindre au dessus de sa tête pour les rabattre avec fracas sur le dos de la fille d'Hyldegaard. Malgré la douleur, celle-ci ne lâcha pas prise, au contraire elle renforça son étreinte. La pression de ses bras fut telle qu'elle brisa les côtes du malheureux qui se tordit de douleur à son tour avant de s’éteindre, les poumons perforés. 

C'en était finit... L'opposition avait été défaite sans trop de difficultés. Quelques coupures, des contusions, une dent en moins. Ce ne fut pas cher payé pour un combat en infériorité numérique. Éreintée, la belle brune, le sourire au lèvre, se laissa tomber les fesses sur le pont. Elle passa sa main droite couverte de sang pour éponger la sueur qui coulait de son front, colorant celui-ci de rouge comme si elle y dessinait des peintures de guerre. Sa respiration était encore haletante et sa bouche grande ouverte cherchait secours auprès de la fraîcheur de l'air. 

Elle jeta un regard vers Assiah et lui adressa un clin d’œil complice.

-"Je pense qu'on aura le droit de fêter ça ce soir..." plaisanta-t-elle

Puis ses yeux se posèrent sur la dépouille du robot, toujours inerte. C’était assez, étrange en réalité. Elle ne pouvait pas réellement dire qu'elle portait Mortelune dans son cœur, pourtant sa présence rassurante lui manquait. De plus elle débordait de questions à lui poser en rapport avec sa démonstration de puissance incroyable survenue plus tôt. Elle espérait vraiment que sa promesse ne serait pas trahie. Il avait juré de revenir d'ici une journée. D'ici là, les deux femmes devraient diriger l'expédition.

Cette pensée fit l'effet d'un coup de fouet à Mym qui se redressa brusquement. Elles ne devaient pas rester ici. Le bateau devait gagner la côte et trouver un endroit adapté pour le mouillage. 

Gonflée à bloc par cette éclatante victoire, elle commença par débarrasser son navire des cadavres skaalds et de leurs membres découpés en les jetant par dessus bord. Les orques qui peuplaient ces eaux glaciales s'occuperaient rapidement de les faire disparaître. Puis, elle vida quelques seaux d'eau de mer sur le pont afin d'en éliminer les flaques de sang et bouts de chairs encore présents. Enfin elle fut disposée à rejoindre la barre.

Le drakkar toucha terre une petite heure d'heure plus tard. Avec l'aide d'Assiah, elle avait réussit à localiser une sorte de grotte à flanc de falaises à quelques lieues du poste d'observation qu'avait détruit Mortelune. Ici le navire sera à l'abris des regards et du vent.

Les lieux étaient enchanteresques et marquaient une vraie rupture avec les événements survenus plus tôt. Le silence régnait au milieu de ce dédale de pierre et d'eau seulement illuminé par le reflet de l'onde sur la roche et de quelques cristaux luminescents. Une sorte de sentiment paisible et de bien être s'empara de Mym qui put enfin relâcher la pression alors que son navire glissait sur les courants qui traversaient la grotte.





Puis, lorsqu'enfin elle trouva un endroit assez large et profond pour jeter l'ancre elle stabilisa son navire et quitta son poste de commande.

Une parfaite planque pour des pirates pensa-t-elle. 

-"Bien... il ne nous reste plus qu'à attendre qu'il se réveille" dit-elle alors pensive en fixant la carcasse de métal. 

-"Je vais en profiter pour prendre un bain..." ajouta-t-elle constatant les dégâts en détaillant ses mains ensanglantées et ses ongles crasseux. Aussitôt dit et sans gêne aucune, elle ôta ses multiples couches de cuir et de fourrures et se retrouva vite nue comme un vers, exhibant une fois de plus ses magnifiques tatouages. L'instant d’après la jeune femme piqua un plongeon dans l'eau depuis le bastingage en bois de son bateau.
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Assiah le Mar 25 Nov - 17:53

L'ardeur du combat passée, l'amazone essuya ses lames rougies par le sang de ses ennemis. L'amant sombre avait tant de choses à lui dire. Elle sourit au souvenir de cette hargne qu'il ressentait pour l'être de métal. Un corps sans âme était inconcevable pour le démon qu'il avait été. Comment trouver la faille d'un tel personnage? Son chant de guerre s'était teinté d'un avertissement pour son amour d'antan. Ne fais pas confiance à quelqu'un qui n'a pour logique que la raison.

La magnifique blonde haussa les épaules, elle verrait bien à l'usage. Si cette machine avait un semblant d'honneur ou qu'il n'était guidé que par les rouages d'un esprit calculé qui visait un dessein précis et ce peu importe ce qu'il devait faire pour y arriver. Pour l'heure, Monsieur Metal était toujours dans un état catatonique tous les feux éteints. Assiah en profita pour faire le tour du amas métallique et l'observer à satiété. Elle refréna sa curiosité et l'envie de toquer contre la ferraille pour voir quel bruit en sortait.

Après son inspection minutieuse, la belle guerrière daigna aider son amie à débarrasser le pont des déchets écœurants qui le jonchaient. Sa moue dégoûtée en aurait fait sourire plus d'un alors qu'elle s'ingéniait à faire disparaître les traces du combat. C'était étonnant de voir cette femme qui un peu plus tôt se battait sans se soucier des éclaboussures et du sang regarder le carnage de cette façon. Quand elle décréta qu'elles en avaient fait assez, la blonde acquiesça vigoureusement à la proposition de Mym.

Il est certain qu'un bain ne fera pas de tort... espérons qu'il ne se réveille pas pendant qu'on sera à l'eau en tenue d'Eve.

Le sourire qui accompagnait ses paroles en disait long sur les pensées d'Assiah. Tandis qu'elle imitait la nordique et envoyait valdinguer ses vêtements aux quatre coins du pont, elle se demanda si l'eau ne serait pas trop froide pour elle. Il paraît que les bains glacés c'est bon pour la circulation mais tout de même se disait-elle. Son corps parfait ne souffrait aucun défaut et Assiah s'observa avec un petit air satisfait.

Avant de plonger dans l'eau glacée, l'amazone demanda à Mym si on savait remonter facilement sur le bateau. Elle ne se voyait pas crapahuter dans l'eau jusqu'au réveil de Monsieur Metal et imaginait sans peine les petits commentaires qu'il ne manquerait pas de faire devant leur négligence. C'était d'ailleurs étrange qu'elle pense à ce genre de considération, d'habitude l'amazone ne se montrait pas si prévoyante.

Toutes les précautions ayant été prises, Assiah se décida à rejoindre la belle brune qui s'égayait déjà dans l'onde. La jeune femme fut néanmoins moins franche que sa compagne de jeu. Elle descendit doucement l'échelle de corde qu'elle avait déniché et déroulé. Quand son pied toucha l'eau, elle ne put réprimer un petit cri tant elle était froide. A ce moment, la guerrière éprouva une bouffée de respect pour Mym qui nageait vigoureusement sans sembler être affectée par la température de l'eau. A force de grandes inspirations et de petits cris brefs, Assiah fut enfin dans l'eau. Elle ne nageait pas aussi efficacement que la nordique et s'empressa de lui demander quelques conseils.

Waw et bien voilà qui réveillerait un mort. C'est une expérience de nager dans l'eau glacée. Tu peux me montrer comment tu fais pour être si rapide? Je suis impressionnée par ta capacité de résistance au froid polaire.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Mortelune le Mer 26 Nov - 14:40

Mym ne cacha pas sa surprise de voir Assiah s'essayer au bain glacé. En fait, elle pensait que cette pratique n’était courante que dans sa contrée d'origine et que les habitants des zones méridionales préféraient barboter dans des eaux plus tempérées.

Elle fut forcée à l'admiration quand la Chantelame dévoila ses formes parfaites. Mym n'avait pu que les deviner jusqu'à lors, mais leur découverte ne fit que confirmer son premier sentiment. Cette femme était intolérablement belle. A tel point que c'en était presque déloyal. Elle siffla sur un ton admiratif lorsque l'Amazone déplaça sa silhouette sur le pont, gracieuse à l'instar d'une Dame lors d'un défilé ou d'une procession.

Il aurait été mentir d'affirmer qu'elle ne ressentait pas de jalousie en la contemplant. Une fois de plus, elle souffrait de la comparaison lorsqu'elle examina furtivement son propre corps, mis à mal par diverses blessures et déformé par les mouvements de l'eau. Il aurait été également mentir d'affirmer à l'inverse, qu'elle ne ressentait aucune attirance non plus. Mym aimait les hommes, ça oui, bien qu'elle ne fut jamais véritablement portée sur la chose plus que de raison. Mais elle savait toutefois admettre la beauté d'une autre femme et s'en laisser émouvoir et charmer à l'occasion. Cela dit, l'heure n'était pas aux minauderies et les relations entre l'amazone et la nordiques étaient telles qu'elle ne tenterait jamais, par pudeur, la moindre approche vis à vis de son amie. Son amitié naissante lui suffisait et puis elle ne ressentait pas l'envie ni le besoin profond d'aller plus loin. Ce n’était, dans tous les cas, ni l'heure ni le lieu pour ce genre de considérations.

Lorsqu'enfin la belle aux cheveux dorés immergea totalement son corps, les petits cris qu'elle lâcha résonnèrent au gré des parois irrégulières de leur abris de pierre. La grotte était à vue d’œil haute d'une bonne vingtaine de mètres. Chaque son y était décuplé presque à l'infini et y résonnait de façon assourdissante, y compris la moindre goutte d'eau tombant d'un stalactite. 

Bien qu'ici la température de l'eau soit un peu plus haute qu'à l'extérieur car l'absence de courant et de vague limitait son refroidissement, elle restait tout de même extrêmement fraîche pour une non initiée. Mym quant à elle, ne souffrait pas de cet état de fait, habituée depuis toute petite aux bains naturels creusés à même la banquise. Ils raffermissaient les chairs et tonifiaient les muscles. Les Nordique devaient leur robustesse légendaire et leur constitution hors normes à ce genre de pratiques. Sur les sollicitations d'Assiah, elle tenta d'expliquer au mieux ses techniques secrètes.

-"Utilise plus tes jambes, voyons !!! Elles ne sont pas justes utiles pour charmer les hommes !!! Et régule ta respiration !!! On dirait un petit chien affolé. Le froid, il est dans ta tête ! Imagine toi que tu nages dans un nuage de coton doux !!! Ça ira mieux !"

Mym rit de bon cœur une fois de plus devant le spectacle offert par Chantelame qui tentait de suivre au mieux les conseils prodigués par la brune. Puis, sans raison apparente, elle repensa aux mots qu'elle avait prononcés au sujet de Mortelune.

-"Ma pauvre, si y'a bien un individu sur terre qui resterait insensible à une vision de toi nue, c'est bien lui... Sans te vexer. Il n'est effectivement pas comme nous... Et d'ailleurs, plus j'y repense et plus il me fait froid dans le dos... C’était quoi au juste ce truc qu'il a balancé sur les trébuchets... Comment peut-on produire une telle chose ?" demanda-t-elle sans vraiment attendre de réponse.

Pensive, elle passa ses deux mains dans ses cheveux humides pour les rabattre en arrière et épongea les gouttes d'eau claire qui perlaient sur son visage dont l'éclairage ambiant renforçait le caractère et la beauté brute. La lumière naturelle qui se reflétait dans l'eau donnait à ce lac souterrain des airs de ciel inversé, comme si la lumière venait des profondeurs. Ainsi elles semblaient toutes les deux voler entre deux dimensions, comme flottant avec grâce dans l'immensité de cette caverne perdue.  

Le bain dura bien une demie-heure, rythmé par les échanges complices des deux jeunes femmes qui appréciaient ce petit moment de répit à sa juste valeur, leurs interrogations et leurs doutes, et aussi quelques jeux d'éclaboussement qui provoquèrent quelques éclats de rires francs qui montèrent vers les cavités rocheuses qui les surplombaient...

Lorsque les pieds trempés de Mym foulèrent à nouveau les planches de son navire, elle s'assura de l’état du Mécha, intriguée comme Assiah le fut plus tôt par ce tas de ferraille inanimé. A la différence de l'Amazone, la descendante des Hyldegaard ne pu réprimer sa curiosité et asséna un coup de pied vigoureux à la carcasse de métal.

*SHLONG*

Aucune réaction. Le robot restait désespérément inerte. Elle soupira, résignée et poursuivit son inspection, touchant même du bout de ces doigts certaines parties du colosse. Tuyaux, verains hydrauliques, plaques d'acier brossé, trappes diverses et autres pièces aussi farfelues que mystérieuses pour la nordique. Puis, lors de son inspection, elle remarqua à quelques mètres, le gant du géant, que ce dernier avait jeté avec d'entamer son assaut dévastateur. La guerrière, incrédule devant la taille de l'accessoire du faire usage de ses deux bras pour le soulever du sol.

Amusée, et puisqu'elle ne souffrait plus de la présence moralisatrice du triste donneur de leçon mécanique, Mym enfila le dit gant sur le sommet de son crâne. Le tout lui donna l'air d'un poulet géant affublée d'une immense crête.

-"Alors de quoi j'ai l'air ? Du meilleur effet pour les soirées de l'ambassadeur non ?"

Le reste de la journée se passa sur la même tonalité légère. L'heure du repas approchant, Mym s'installa en compagnie d'Assiah sur le rebord du bastingage et y pêcha une poignée de poissons, dont un grosse baudroie blanche qui viendrait égayer le menu du soir.

Papotant perpétuellement avec sa complice, elle prépara à la hâte mais non sans soin ni un certain talent, un plat de poissons en sauce relevée avec les quelques condiments qu'elle trouva dans le compartiment alimentaire de sa cabine. Quand le repas fut pris, elle configura à nouveau les lieux afin d'en maximiser les capacités relaxantes. Eclairage tamisé, couvertures chaudes, bâtonnet d'encens diffusant des effluves épicées et apaisantes, le lieu propice au repos du guerrier. Et bien sûr, un bonne vieille bouteille d'alcool de baleine. Un truc immonde pour le profane, mais qui faisait le bonheur de tout nordique qui se respecte.

-" Bien - dit Mym après trois gorgées d'alcool qui la firent grimacer - Je pense que tout est en place pour finir la soirée tranquillement. Monsieur Métal devrait resurgir demain dans l'après midi. Ce qui nous laisse une soirée libre pour nous détendre avant de reprendre l'aventure. Demain matin il faudra préparer le départ. Provisions, matériel de survie, couvertures, vaisselle, nattes de couchages, éventuellement toiles de tente... Histoire qu'on se fasse pas donner la leçon quand l'autre rabat joie se réveillera".

Bien qu'elle se tut après la description de ce petit planning des choses à faire, Mym brûlait d'aborder un sujet concernant Assiah en particulier. Silencieuse par contrainte et respect, elle trépignait d'impatience de pouvoir se libérer de ce fardeau.

-"Sœurette, je peux te poser une question ? - finit-elle par lui demander, presque à bout de souffle - Tes épées, là, que tu serres contre toi... Elle dégagent quelque chose de particulier... C'est comme une sorte d'aura... Je.. Je ne saurais complètement expliquer ce que j'ai ressenti tout à l'heure lors de la bataille mais... c’était une sensation étrange, presque malsaine. Tes épées me font... un peu peur à vrai dire..."
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Assiah le Dim 21 Déc - 18:07

Les petits regards portés à la dérobée de Mym n'échappèrent pas à la guerrière blonde. Assiah se désola que la nordique ne soit pas consciente de sa propre beauté. Elle n'était certes pas aussi évidente, aussi éclatante que cet atout dont la nature l'avait dotée mais elle n'en demeurait pas moins présente, n'attendant qu'un signe pour s'éveiller aux regards. Bien que les muscles de la brune soit plus massifs, plus nettement définis, sa silhouette restait indéniablement celle d'une belle femme aux formes épanouies. Les tatouages qui tapissaient son corps de combattante renforçait cette beauté sauvage qui caractérisait son amie.

Une fois dans l'eau, Assiah s'amusa d'entendre le son que l'écho lui renvoyait, elle criait autant pour se donner le courage de s'immerger totalement dans l'eau gelée que pour s'adonner au plaisir d'entendre le son de sa propre voix déformé par les aspérités de la roche qui les recouvrait. L'apprentie nageuse déclara forfait lorsqu'elle se rendit compte au milieu d'éclats de rire que la seule efficacité de son application se soldait d'une gerbe d'éclaboussures. La leçon terminée, Elle se laissa aller sur le dos, le regard braqué sur l'immensité de la grotte qui avait abrité quelques instants plus tôt leurs jeux, leur rire et leur joie simple de son toit protecteur. La jeune femme appréciait le silence perturbé par les clapotis de l'eau et se laissa bercer un moment fermant les yeux pour mieux s'imprégner de la sérénité du lieu. Là, elle se sentait des allures de déesse auréolée par la lumière étrange qu'on eût dit venir de l'eau.

La belle naïade ouvrit les yeux et se remit en position verticale pour répondre aux interrogations de son amie. Assiah s'était habituée à cette façon que la nordique avait de poser des questions: elle commençait par lui parler puis sa voix se perdait dans ses propres raisonnements et la jolie blonde ne savait jamais si la question lui était finalement adressée ou si c'était juste le fruit des pensées de son amie qui s'exprimait à voix haute. Elle eut un sourire désenchanté pour la nordique et lui répondit tranquillement.

Sincèrement je ne sais pas quoi penser de lui, un instant il me paraît presque humain quand il dit ne ressentir aucune émotion j'ai l'impression moi qu'il y a de la colère dans sa voix et parfois on dirait presque qu'il regrette de ne pouvoir comprendre certaines choses. Pour moi ce sont des émotions mais je me fais sans doute des idées. J'ai beaucoup de mal à m'imaginer quelqu'un ne pouvant rien ressentir. Ce serait... pas naturel. C'est vrai qu'il ne met pas à l'aise et que je ne suis jamais sûre qu'il ne va pas "mal prendre" ce que je vais dire. C'est comme s'il se sentait constamment agressé du fait de sa condition non humaine. 

Soudain ses bras mimèrent l'énorme boule d'énergie qui était sortie de nulle part et avait détruit leur ennemi. Avec emphase elle imita le bruit de la boule qui crépitait en rasant l'eau à une vitesse hallucinante pour terminer par un bruit d'explosion.

Je ne sais pas ce que c'était mais sans lui je ne sais pas comment on se serait sortis de ce mauvais pas. La situation semblait quand même nettement à notre désavantage. J'ai décidé de lui faire confiance quand je l'ai vu joué avec ces enfants, de lui donner le bénéfice du doute.

Voyant les yeux ronds de Mym, la belle se lança dans un court récit de l'épisode auquel elle avait eu le plaisir d'assister où Mortelune l'avait étonnée par son petit jeu de rôle improvisé. Bien des hommes pourvus d'une âme et de sentiments auraient envoyés ces petits garnements au loin avec une correction si nécessaire.

Frigorifiée par le bain, Assiah se sécha vigoureusement et enfila ses vêtements avec un soulagement manifeste. Sa peau avait pris une teinte plus rosée et ses joues se coloraient maintenant que la chaleur reprenait ses droits et se diffusaient en elle, bienfaitrice de l'instant de grâce.

La guerrière rêveuse eut un geste pour arrêter son amie lorsqu'elle devina les intentions de cette dernière mais BONG, trop tard, le son se répercuta à l'infini hantant chaque paroi de leur abri, revenant comme un boomerang pour repartir à l'assaut d'une autre cavité rocheuse. Amusée malgré elle, Assiah tenta de prendre le ton froid et métallique du géant pour commencer un sermon à l'image de leur dispensateur de morale.

Jeune fille, vous apprendrez qu'il n'est pas bien de se moquer ainsi d'un infortuné Monsieur Metal affublé de deux gamines dissipées pour exécuter une mission des plus dangereuse et des plus sérieuse. Je vous prie donc de retirer cet accessoire de votre tête d'autant plus que son utilité n'est pas de vous protéger le crâne mais bien les mains.

Elles partirent toutes les deux d'un fou rire qui dura longtemps. Assiah eut du mal à calmer sa crise d'hilarité, chaque fois qu'elle levait les yeux, c'était pour se retrouver nez à nez avec l'image de Mym et de sa crête improvisée. Enfin, les larmes aux yeux et le ventre douloureux à force de rire, l'espiègle guerrière réussit à calmer ses accès de rire.

Le repas se déroulé dans la même ambiance détendue et joyeuse où elles abordèrent tous les sujets riant à leur jeu de mot ou d'anecdotes cocasses dont elles se souvenaient et qu'elles partageaient alors avec l'autre. Vers a fin, sa compagne se fit grave et son silence alerta la guerrière blonde qui releva la tête de son assiette presque vide pour fixer son amie d'un regard interrogateur, les sourcils légèrement froncés en signe d'inquiétude. Son visage exprima tour à tour la surprise, puis une sorte dureté froide pour finir par se voiler de nostalgie. Assiah sorti naturellement ses épées de leur fourreau et les posa à même la table pour que la nordique puisse les examiner à loisir.

Ton intuition ne te trompe pas, ces épées sont dangereuses et pourtant elles sont mon bien le plus précieux. Si quelqu'un s'avisait de me les prendre...

Chantelame releva la tête un feu brûlait dans ses prunelles, avertissement non déguisé. Le son de sa voix était sec et menaçant mais ce qu'on pouvait lire dans ces yeux auraient dissuadé le plus aguerri des voleurs. Puis elle se calma, se laissa aller contre le dossier de sa chaise et continua posément.

Un jour, quand nous aurons affrontés assez de dangers et que nos vies seront liées l'une à l'autre par nos faits d'armes, je te raconterai peut-être leur histoire... et la mienne.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Mortelune le Lun 22 Déc - 14:23

Mym, lovée sous ses épaisses et chaudes couvertures, se laissa doucement emmener aux pays des songes avec en tête, les visions inspirées par la dernière tirade d'Assiah. Seules face au dangers, affrontant héroïquement tous les adversaires qui croiseraient leur route lors de combats épiques et remportés avec grâce. Lier sa propre vie à celle de cette ravissante amazone qui devenait ineffable bretteuse lorsque le sang devait couler. La perspective était agréable et plaisante fut l'image qui s'instilla dans son esprit lorsque Mym tenta d'y donner naissance. 

Mais cette image fit également émerger dans sa suite son lot de questions. Cette collaboration durerait-elle ? Avait-elle du sens ? Que se passerait-il lorsque Mortelune déciderait de dissoudre la compagnie ? Chacun retournerait-il à son quotidien ? Elle se retrouverait encore seule, assurément. Elle ne voyait pas le géant de métal s'embarrasser de considérations affectives et quant-à Assiah, elle laissait penser être faite du bois dont sont faites les personnes solitaires par choix et non par dépit. Cela se voyait. Elle n'avait besoin de personne et certainement pas d'un compagnon de route.

Elle même brûlait intérieurement de réveiller la Chantelame pour lui exposer les doutes qui l’empêchaient de dormir, mais elle se trouva tellement sotte qu'elle ne put s'y résoudre. La blonde trouverait certainement tout cela idiot et puéril. Et elle n'avait peut être pas tort après tout. Elles ne se connaissaient que depuis quelques jours ! Son empressement à vouloir tisser des liens forts avec elle était si manifeste qu'il devait lui sembler bien ridicule. Combler un vide. Voila la vraie raison de sa hâte.

Et puis alors ? Quel mal y'a-t-il à cela ? Existe-t-il de bonnes et de mauvaises raisons pour tisser une amitié ?

Seule dans le noir, au fil des minutes, la Nordique ruminait. Inconsciemment le stress induit par la journée du lendemain faisait son petit effet, car c'est probablement à cette occasion que l'issue de leur expédition se jouerait. Ajouter à cela, l'appréhension de retrouver le mécha la travaillait également. Comment réagirait-il ? Quels seraient ses premiers mots ?

Et pour finir, il lui fallait bien admettre qu'elle déchantait quelque peu de la réponse fournie par Assiah au sujet de ses épées. Le verdict était tombé comme un couperet. Tu est gentille mais je ne te fais pas assez confiance pour le moment. Voila, en d'autres mots moins policés, le contenu du message qu'elle avait voulu lui faire passer. Non pas qu'elle en fut toute retournée de déception, mais, malgré tout, Mym ne s'attendait guère à pareille réponse. C'est d'ailleurs ce qui avait un peu accélérer la fin de leur petite soirée, alors qu'elle s'était plongée dans un certain mutisme.

La descendante du clan Hyldegaard s’éveilla quelques heures plus tard au son entêtant des gouttes qui tombaient depuis les hauteurs irrégulières de la grotte, jusque sur la surface de l'eau immobile. L'esprit embrumé et les yeux cernés, elle avait l'impression de ne pas avoir dormi, et c’était presque le cas. Elle se leva machinalement, et se guida au toucher parmi les meubles de sa cabine et la couchette sur laquelle reposait encore Assiah.

Sans se soucier d'elle, Mym, toujours sous le coup de sa susceptibilité mise à mal, ne prit aucun soin à rester la plus discrète possible afin de ne pas réveiller sa compagne. Très vite, le bruit des casseroles qui s'entrechoquent résonna dans l'espace confiné, rapidement suivit par celui du briquet à amadou que la guerrière brune actionna pour allumer son petit réchaud à bois.

L'eau ne mit quelques minutes à bouillir, tant les flammes étaient vivaces. La nordique en versa le contenu dans une théière cabossée en ferraille, dans laquelle elle fit tomber de longues feuilles de thé brun. Après avoir laissé quelques secondes au mélange le temps de son infusion, elle s'en servit une grande tasse et laissa le reste à disposition de l'Amazone, toujours sans un mot, puis rejoignit le pont où elle s'accouda au bastingage pour contempler le lac souterrain de ses yeux pensifs.

Puis, elle lâcha une phrase, presque sans s'en rendre compte. 

-"Qu'elle se les fiche bien profond dans le cul ses épées magiques... Comme si j'en avais quelque chose à faire !"

Visiblement, la nuit n'avait pas porté conseil et n'avait finalement été qu'une longue, très longue, descente aux enfers psychologique. Mym avait toujours eut beaucoup de mal à gérer les situations stressantes. La prise de recul n'était pas son fort et ces veilles de batailles ou d’événements de grande ampleur avaient souvent débouchées sur des situations tendues et de grosses disputes avec ses frères d'armes auparavant.

Pour remédier à son état, elle s'activait plus que jamais sur le pont, allant de la poupe à la proue d'un pas décidé, traînant des sacs de provisions, resserrant les nœuds des cordages, inspectant l'état des voiles et bien évidement, vérifiant une bonne douzaine de fois le paquetage qui contenait le nécessaire pour leur prochaine expédition à terre.

Ainsi meubla-t-elle la journée jusqu'au réveil de Mortelune, qui se fit, comme annoncé, précisément vingt-quatre heures après qu'il fut rentré en état de stase. L'heure venue, le mécha se dressa sur toute sa hauteur d'un mouvement vif et mécanique. Bizarrement, il ne se montra pas aussi froid et distant qu'à l'accoutumée. Il ne tint d'ailleurs aucun discours moralisateur et bien au contraire se montra admiratif face aux deux femmes et à leurs actions communes.

Il loua le travail accomplit en son absence, tout d'abord leur victoire face aux assaillants skaalds, mais également la découverte d'un abris parfait pour leur navire et la préparation de leur futur débarquement. Il aurait été difficile d'affirmer, preuve à l'appui, que quelque chose avait changé en ce soldat d'acier. Cela dit, l’œil optimiste l'aurait admis volontiers et n'aurait eut guère de mal à mettre en avant un comportement moins austère et plus... sociable. Après avoir rechaussé son gant et s'être assuré que tout le monde fut prêt à poursuivre l'aventure, le Mécha sonna donc l'heure du départ.

Le trio regagna la terre ferme des falaises à pic qui surplombaient l'entrée de leur grotte marine par un escalier naturel taillé à même la roche. Par chance le temps avait été maintenu au beau fixe, comme si l'entité qui en contrôlait l'aspect n'avait pas été informée de leur arrivée sur leur territoire. Par ailleurs, si Mortelune en croyait ses relevés, et tel était le cas, ils avaient accosté à une journée de marche au pire du lieu que le géant avait présenté plus tôt à ses futures recrues via son interface de projection en trois dimensions. Leur trajet se fit sans encombre jusqu'à la nuit tombée et ils trouvèrent un repos bien mérité à l'abris d'une petite clairière cachée au cœur d'une forêt de conifères enneigés. 

Le matin qui suivit, le groupe reprit sa marche, une heure durant avant de finalement arriver à destination. Mym, en éclaireuse avertie, et après s'être défaite de quelques patrouilleurs accompagnés de chiens, avait déniché un poste d'observation idéal, derrières d'épais fourrés nichés sur une colline qui surplombait le campement principal de la nation Skaald. 

Malheureusement pour les trois aventuriers, de campement il n'était plus. Non en vérité, c'était une véritable forteresse de glace qui s’érigeait fièrement devant eux. Des murailles hautes de cinq mètres protégeaient les contours d'une cité grouillant d'activité. Sur ces murs de glaces, canons, patrouilles armées, balistes et autres armes de défense massives.

Les huttes skaalds avaient cédé la place à des battisses de pierre et de glace, aux solides fondations. De larges bâtiments fonctionnels avaient semble-t-il été construits récemment. Écuries, forges, fonderie, armurerie lourde, cantine, la cité, autrefois campement anarchique, disposait à présent de tous les incontournables justifiant l’appellation de forteresse. Pour finir, au cœur de ce labyrinthe de ruelles gelées et scintillantes se dressait de toute sa hauteur le donjon gelé, dont la flèche la plus haute se perdait dans la brume épaisse qui couvrait le ciel.

En cet instant, le visage de Mym trahissait, en plus de la stupeur, une frayeur certaine. Elle resta ébahie et bouche bée devant cet impensable spectacle auquel elle n'imaginait pas assister quelques minutes plus tôt.

Au delà de la surprise de contempler une architecture si différente de celle qu'ont l'habitude de proposer les peuples nordiques et notamment les Skaalds, elle ne comprenait pas comment en si peu de temps, les lieux avaient pu être si profondément modifiés... Ses dernières approches d'espionnages dataient d'il y a moins d'un moins et on comptait encore plus de porcs et de chèvres que d'hommes dans ce bastion... et aujourd'hui, le nombre de combattants semblait avoir été multiplié par cent... voire mille.


Mortelune, toujours impassible et inexpressif analysa la situation avec un intérêt tout dissimulé. Au bout d'une longue minute d'observation il finit par livrer ses conclusions à ses deux comparses silencieuses.

-"Je pense que je vais avoir besoin de revoir mes plans." commenta-t-il simplement.
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Assiah le Sam 27 Déc - 22:01

Les dernières paroles de l'énigmatique guerrière devait sonner le glas de la soirée. Les questions de la jeune nordique avait remuer l'eau claire qui paressait à la surface de l'âme tourmentée d'Assiah. La boue qui décantait dans le fond de cette étendue aux abords paisibles avait épaissi l'eau cristalline, lui donnant une couleur saumâtre fort désagréable. La magnifique blonde n'avait même pas essayé de donner le change, son humeur était passée de joyeuse à morose. Avec quelques mots d'excuses auprès de son hôte indiscrète elle s'était retirée et avait cherché refuge sous la masse de couvertures qui lui servaient de couche. 

Emmitouflée dans le petit nid douillet qu'elle s'était aménagé, Assiah écoutait les bruits qui provenaient de la grotte attendant patiemment le sommeil qui semblait la fuir. Les yeux ouverts sur ses souvenirs, la belle tentait de refluer le flot d'images qui assaillaient son esprit. Plus elle s'ingéniait à ne pas y penser, plus les fantômes du passé venaient la hanter. Pendant quelques minutes d'une lutte acharnée contre ces spectres, la bretteuse capitula, vaincue.

L'homme qui lui faisait face ne souffrait aucune comparaison avec ces pauvres humains. Ses longs cheveux argentés encadraient un visage aux traits si fins qu'ils en étaient presque féminins. Ses yeux aux lueurs rougeoyantes sondaient l'âme sans pitié. Sur ses lèvres minces s'affichaient le dédain qu'il ressentait pour les humains si faibles. Sa beauté était froide, vide, dangereuse. Le papillon attiré par cette lumière trop vive se brûlerait immanquablement les ailes. Ses longs doigts munis de griffes et l'aura de puissance qu'il dégageait attestait de sa descendance. Il était l'un des sept, descendu pour apporter l'Equilibre. C'était la première fois qu'elle l'avait vu. 

Son rêve changea, les formes se mouvèrent et l'homme disparu, soufflé par une tempête qui détruisait tout. au coeur de ce chaos, Assiah luttait pour garder un contact avec la Terre. Portée par le vent déchaîné, une voix sortie d'Outre-tombe l'appelait. 

Elle fut réveillée par un bruit provenant de la cuisine. Il fallut quelques secondes à la blonde endormie pour émerger totalement du brouillard de néant qui avait suivi ses rêves. Les fantômes heureux d'avoir pu raviver la flamme de ses souvenirs l'avaient laissé dès leur tâche accomplie. La jeune femme resta encore quelques temps enveloppée de la douce chaleur de son nid. Peu encline à quitter cet espace de bienfaisante sécurité, elle laissa son esprit vagabonder au gré de ses préoccupations du moment. 

Or, ce qui occupait son esprit désormais, n'était autre que le réveil du chef de leur petite expédition. Les vingt-quatre heures devaient toucher à leur fin et Assiah n'en pouvait plus d'attendre. L'action lui ferait du bien. Une pointe de culpabilité finit par envahir la paresseuse du jour qui sortit enfin de son hébétude pour se glisser hors de son lit douillet. Elle se servit une tasse de thé désormais froid et but sans grande conviction ce breuvage amer au possible. 

Assiah rejoignit son acolyte sur le pont mais celle-ci ne prit pas la peine de la saluer avec son habituelle sympathie. Au contraire, il sembla à l'amazone que la capitaine de l'embarcation nourrissait à son égard l'une ou l'autre rancoeur. La Nordique confirma bien vite ses soupçons: elle ne lui accorda pas le moindre regard niant sa présence et s'ingéniant à l'éviter par tous les moyens ce qui, dans l'espace réduit qu'offrait le rafiot, tenait de l'exploit. La guerrière haussa les épaules plus attristée qu'elle ne voulait bien l'admettre par l'attitude de son amie. Il serait temps de percer l'abcès lorsque celle-ci aurait fini de ruminer. 

Assiah fut soulagée du réveil de Monsieur Metal qui vint égayer une journée bien froide. Du reste, cette petite escapade au pays de Morphée avait dû lui faire le plus grand bien puisque le robot semblait dans des dispositions qu'il auraient sans doute qualifiées d'optimales. En tout cas il eut le bon ton de se montrer agréable et alla même jusqu'à les complimenter. Ce à quoi la fougueuse guerrière répliqua joyeusement par un: " contente de te retrouver parmi nous, tes encouragements nous ont manqué mon cher. Pour ce qui est de la bataille, quel dommage que tu l'aies manquée, par contre pour l'abri le mérite revient entièrement à notre valeureux capitaine".

Trop heureuse de pouvoir retrouver la terre ferme, Assiah ne résista pas à une petite claque affectueuse sur le sol détrempé dès qu'elle le foula. Le genre de claque fraternelle que l'on mettrait à son grand frère lors d'une accolade de retrouvailles. La marche jusqu'au camp lui sembla trop courte bien que tout se déroula dans un silence omniprésent. 

Quand la troupe arriva devant le camp, la guerrière cacha mal son étonnement, très vite un sourire amusé ourla ses lèvres devant la mine déconfite de Mym et heu le pas air décontenancé de Monsieur Metal.

Il semblerait qu'il n'y ait pas que sur le climat que la magie ait fait des miracles ici dit la jeune femme d'un ton mi-amusé, mi-impressionné.

Ses yeux suivirent les hautes murailles qui se dressaient désormais face à eux et continuèrent en appréciant les méandres complexes de cette architecture colossale. Les machines de guerre exposées là avait de quoi avivés leurs inquiétudes, de même que la pléthore de bâtiments dédiés à la guerre qui s'érigeaient çà-et-là. L'amazone était vraiment impressionnée, elle n'imaginait pas qu'un peuple a l'air aussi primitif que les Skaalds ait pu construire une ville aussi étrange que belle. L'architecture de glace était splendide tout en finesse et en simplicité qui la rendait complexe. Les reflets bleutés que lançaient la glace donnait une impression féérique à cette forteresse gelée et la guerrière fit part de ses réserves au petit groupe. 

Les Skaalds seraient donc capables de construire de telles merveilles? Je me demande quelles autres surprises de taille ils nous ont encore réservées...

Lorsque l'homme métal leur fit part de ses réflexions, la jeune femme eut un de ses fameux sourires éclatants à son encontre avant de lui répondre taquine.

Si dans vos plans on pourrait rester en vie je suis certaine qu'il n'en serait que meilleur et plus unanimement accepté.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Mortelune le Ven 9 Jan - 15:04

-"Mes plans s'efforcent systématiquement de proposer la solution impliquant le moins de décès possible pour les membres de notre équipe." répliqua le plus sérieusement du monde le robot alors que dans le même temps son dispositif de vision thermique scannait la cité entière afin de disposer d'une évaluation approximative des forces en présence.

Son observation dura presque une demie-heure, laps de temps durant lequel Mym s'était employée à sautiller sur place et faire quelques moulinets de sa hache afin de ne pas trop se refroidir. La nordique n'avait, depuis le retour de Mortelune, toujours pas daigné briser la glace qui s'était amoncelée entre elle et Assiah. Pourtant, discrètement, elle lui jetait quelques regards furtifs de temps à autres, espérant que la sculpturale blonde fasse le premier pas qui présagerait de leur réconciliation. En réalité, Mym en cet instant se trouvait un peu idiote d'avoir ainsi réagit, malheureusement, son orgueil lui interdisait de le reconnaître publiquement. Ainsi était-elle condamnée à jouer ce petit jeu de dupe tant que la situation ne se serait pas décantée d'elle même.

Enfin, le mécha sortit de son mutisme interminable. Son analyse était achevée. Pour seule conclusion il adressa aux deux femmes un très laconique :

-"Ne bougez pas d'ici et montez la garde, je reviens dans approximativement dix-sept minutes".

Mym n'eut pas le temps de s'offusquer d'être ainsi traitée que le massif tas de ferraille s'était déjà volatilisé en direction du camp gelé des Skaalds. De loin, les deux femmes le regardèrent s'éloigner jusqu'à ce qu'il ne disparaisse derrière le contour d'une colline arrondie. Après quoi, Mym soupira bruyamment.

-"J'ai parfois l'impression d'être reléguée au second plan de l'aventure... " se plaint-elle alors à la façon d'une enfant laissée dans le secret par ses parents.

-"J'ai pourtant prouvé que je savais me débrouiller..." poursuivit-elle en faisant la moue et dessinant quelques formes aléatoires dans la glace, du bout de la lame effilée de son arme.

Le silence se chargea de meubler le reste de la conversation. Mym ouvrit bien la bouche plusieurs fois avant le retour du Mécha, comme si elle s’apprêtait à ajouter quelque chose à l'attention d'Assiah, mais se ravisa à chaque fois, comme en proie à une sorte de blocage.

Mortelune revint enfin après un délais proche de celui qu'il avait annoncé. Mais il ne revint pas seul. Sur chacune de ses épaules trônaient les dépouilles de deux chasseuses Skaalds. Elles étaient toutes deux vêtues des fourrures et vêtements propres à leur peuple et leur visage arborait les peintures tribales de leur clan. Leurs morphologies était relativement proches de celles d'Assiah et de Mym. L'une étant légèrement plus forte que l'autre. La nordique eut tôt fait de lire dans les circuits du mécha pour deviner ses intentions.

-"Bien, j'ai fait au mieux pour ne pas abîmer leurs tenues" déclara le colosse argenté en laissant tomber ses prises au sol dans un bruit sourd.

Mym, interdite et les yeux écarquillés observait les deux cadavres. Visiblement, les deux femmes avaient eut la gorge tranchée. Leurs parures se composaient de sorte de pagnes de fourrure épaisse, laissant le creux de leur ventre apparent. Elles possédaient de larges bottes de fourrure lacées de cuir robuste et tressé. Pour seuls bijoux, quelques bracelets d'os et un collier runique pour l'une d'elle. Enfin, elles étaient armées d'un arsenal assez rudimentaire, une lance chacune, une dague usée pour l'une et une hachette de pierre pour l'autre. Elle se partageaient aussi une outre de peau remplie d'eau et quelques pièges à collet.

Après cette rapide observation, le robot poursuivit l'analyse en ajoutant quelques compléments d'information.

-"Il s'agissait d'une équipe de chasseuses. J'ai mis un temps plus long que prévu pour les localiser et les éliminer. Mais elles devraient nous permettre de nous infiltrer de la façon la moins risquée possible. Je pense que vous avez deviné la stratégie. Il s'agit donc pour vous de revêtir les frusques de ces femmes et de vous imprégner au maximum de leur comportement potentiel. Langage, expression corporelle, interaction sociale, il vous faudra tenter de faire illusion. Vous devrez devenir Skaald, ne serait-ce que pour le temps de notre mission. Une fois convaincante dans ce rôle, je jouerais pour ma part celui de votre prisonnier. Nous devrions entrer sans trop de soucis. Une fois dans l'enceinte, nous tenterons de nous infiltrer vers les zones clefs de la cité"

Mym observait toujours les corps au sol avec insistance. A la demande de Mortelune, elle allait devoir prendre l'apparence de l'un de ses pires ennemis. S’immiscer parmi eux. Peut-être même leur parler, plaisanter avec d'autres... donner le change. Elle sentit alors une sorte de nausée l'envahir alors qu'elle commençait à déplacer le premier cadavre pour essayer de lui retirer ses vêtements. Une nausée empreinte de rage et de dégoût. Mais s'il fallait en arriver là pour parvenir à ses fins, alors, elle s'y emploierait du mieux possible.

Machinalement, et sans la regarder, elle énonça à voix haute quelques conseils à l'attention de Chantelame. Elle connaissait bien les Skaalds et savait leurs coutumes et comportements. Son savoir serait, pour le coup, un atout à conserver dans leur manche...

-"Les Skaalds sont une société essentiellement basée sur la force et le pouvoir. Les relations entre les membres répondent aussi à ces principes fondamentaux. Ne jamais se laisser insulter, dominer, ou humilier sans répondre. Et si possible de la façon la plus violente qui soit. Hommes et femmes sont plus ou moins sur un même pied d'égalité. Aussi, un homme pourra frapper une femme sans réserve s'il le considère comme justifié. Et inversement bien sur. Les Skaalds parlent peu, ne se racontent pas trop leur vie. En revanche, ils aiment faire la fête et boire lors de grands banquets hebdomadaires qui se finissent bien souvent en orgie. Ah oui, j’oubliais, ce sont de gros obsédés, hommes comme femmes, et les rapports sexuels sont monnaie courantes et ne nécessitent aucune phase de séduction préalable et encore moins de mariage ou chose du genre. Si tu plais à un homme, attends toi à ce qu'il te le fasse savoir... et probablement pas en t'offrant un bouquet d'Edelweiss...Les bagarres sont monnaie courante, ainsi que les meurtres."

La brune énonçait ses phrase de façon saccadée, hachée par le rythme de son souffle qui se coupait alors qu'elle fixait fermement les bottes qu'elle venait de retirer de la défunte, à présent nue, qu'elle dominait. 
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Assiah le Sam 24 Jan - 14:53

Le vent s'était fait plus vivifiant, l'atmosphère plus piquante et les joues de l'amazone se coloraient sous la gifle du froid. Les joues roses, elle regardait tour à tour l'homme de métal et la forteresse de glace. Ses longs cheveux nattés errant aléatoirement autour de son visage au gré des rafales du vent. Quelques minutes plus tard, la pulpeuse blonde se levait l'examen minutieux auquel se livrait le robot ayant vite cessé de l'intéresser. 

Contrairement à sa comparse, elle s'abstint de tout commentaire. Si elle commençait à perturber le tas de ferrailles, nul doute qu'il lui faudrait plus de temps encore pour se décider. La guerrière n'était pas faite pour la stratégie et elle le savait. Elle laissait cet aspect tellement ennuyeux volontiers à ceux qui était en avaient la patience. Un coup d'oeil à Mym lui apprit que la nordique partageait son sentiment d'ennui profond. Pourquoi fallait-il toujours qu'il y ait des contre-temps? Contrariée l'impulsive jeune femme entreprit de pousser de long soupirs d'agacement assez bruyants pour que le géant de métal les perçoivent. La situation pourtant la fit sourire: pauvre Monsieur Metal, il était là, en train de faire tourner sa mécanique pour leur trouver un plan, accompagné de deux jeunes femmes plus pressées l'une que l'autre de passer à l'action et qui ne faisaient que montrer leur mécontentement devant sa lenteur. La belle adressa un clin d'oeil à sa complice l'animosité des dernières heures oubliées pour la solidarité féminine qui les liaient l'une à l'autre en cet instant.

Enfin, le flegmatique colosse métallique daigna bouger. Encore un peu et elle aurait gelé sur place. Si Assiah entendit les paroles de la nordique, elle ne fit aucun commentaires craignant de laisser exploser sa propre colère. Dans ses yeux dorés des éclairs se propageaient et elle fut à deux doigts de partir seule à l'assaut de la forteresse Skaald. Elle se contenta d'attendre le retour du robot en se mirant dans la glace s'amusant de voir son reflet déformé par les différentes aspérités de ce miroir gelé. 

La silhouette de l'homme de ferrailles s'était à peine dessinée à l'horizon que Chantelame était déjà debout plissant les yeux pour voir ce qu'il portait sur chacune de ses épaules massives. Il jeta les cadavres à leur pieds leur exposant son plan qu'elles avaient déjà percé à jour. La guerrière fixait les deux formes qui gisaient à ses pieds avec une moue d'enfant capricieuse. Qu'elle s'endimanche de la sorte certes, à la guerre comme à la guerre et puis ils n'avaient pas vraiment d'autres alternatives à leur disposition. Par contre il était totalement hors de question qu'elle se défasse de ses épées. 

Je veux bien m'affubler de ces frusques ridicules, m'abaisser à tenter de ressembler à ces créatures répugnantes, même danser nue devant tous les skaalds réunis pour faire diversion... mais il est hors de question que je ne me sépare de mes lames. 

Les jambes légèrement écartées et les poings sur les hanches, elle toisait le colosse avec dans le regard une détermination farouche et une lueur dangereuse. C'était la seule chose qu'elle ne ferait pas. La seule fois où elle avait consenti à s'en délester, elle les avait confiées à un sac magique qui ne rendait les objets qu'à celui qui l'avait mis dedans. Ici il n'y avait rien de tel et elle n'était que peu encline à les confier au géant de métal. 

Cette précision étant été dite, la belle se pencha sur le deuxième cadavre et entreprit de la déshabiller. Elle faisait ça avec beaucoup moins de délicatesse que sa comparse, sans aucun respect pour la femme morte qu'elle dépossédait ainsi de sa dignité. En quelques minutes, la Skaalds se retrouva nue à leurs pieds et Assiah s'en plus s'occuper de la dépouille, exhiba les vêtements en souriant devant le géant métallique. D'une voix où perçait toute l'ironie de la situation, elle s'adressait au chef de leur petite expédition.

Quand je pense qu'il y a quelques jours tu me conseillais de m'habiller chaudement... voudrais-tu garder nos charmes pour toi seul? Tu aurais pu trouver un prétexte moins tarabiscoté pour nous faire vêtir ses tenues aguichantes.

La mini-jupe qu'elle tenait entre ses doigts étonnamment fins pour une guerrière semblait taillée pour ne cacher que le strict minimum de leur anatomie. De même, le dessus ne protégeait pas vraiment du froid ambiant apparemment plus conçu pour protéger des regards que du froid. Assiah n'avait aucune envie de s'attifer de la sorte mais elle faisait contre mauvaise fortune bon coeur. Elle écouta attentivement les remarques de la nordique sur les us et coutumes des Skaalds et grogna.

Charmant tout ça. Ne t'inquiète pas Mym s'il y en a un qui essaie de te toucher, il sera mort avant d'avoir pu poser un doigt sur toi. 

Puis à l'attention du robot:

On ne pourrait pas plutôt passer pour des Déesses, je suis certaine que ça passera mieux.

Devant l'air déconfit de la nordique et le manque de réaction de Monsieur-Metal, Assiah décida de laisser tomber ce plan qui lui semblait pourtant judicieux. Elle passerait bien plus facilement pour une déesse que pour une femelle skaald c'était pourtant évident. L'exquise jeune femme qu'elle était aurait bien du mal à imiter ces créatures. Tout en s'écartant du groupe pour trouver un endroit moins exposé et enfiler son déguisement, la belle ruminait ses pensées un sourire étrange ourlant ses lèvres délicates. S'ils arrivaient à tromper les Skaalds, elle pourrait toujours se recycler en comédienne pour ses vieux jours... ou en conteuse.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Mortelune le Mer 28 Jan - 17:48

Le groupe était fin prêt à présent. Le deux ravissantes jeunes femmes avaient revêtu les tenues qui, en accord avec les plans du Mécha, leur permettraient de tromper les skaalds en place au poste de garde barrant l'accès à l'enclave gelée qui leur faisait office de forteresse.

A ce moment le temps semblait s'être arrêté. Le vent balayait la plaine blanche au milieu de laquelle se tenait les trois individus et finissait de recouvrir les cadavres des deux chasseuses d'une fine pellicule de neige immaculée. Le ciel était gris et triste. Il semblait lourd et proche du sol. Les nuages s'y déplaçaient à une vitesse folle, semblable à un torrent de coton noir et sombre... De temps à autre un cri de corbeau perçait le silence entre deux bourrasques et donnait au tableau une atmosphère plus morne encore.

Dans l'esprit de chacun, il était clair que cet instant marquerait un tournant dans leur aventure. Il y aurait un avant et un après. Sans concertation aucune, les trois protagonistes observèrent un moment de silence, comme si un accord tacite en avait plus tôt convenu. Mym profita de ce petit temps suspendu pour se perdre dans la récitation de quelques prières succinctes mais sincères et l'observation d'un recueillement profond. Une larme, dont on ignorait si le vent ou la tristesse puisse en être la cause première glissa lentement sur sa joue froide et se cristallisa avant de parvenir à l'angle de sa machoire. Mortelune lui, restait immobile et silencieux, comme toujours. Pourtant, il était loin d'être inactif. C'est d'ailleurs lui qui rompit la quiétude de ce moment d'une rare intensité pour réagir aux propos tenus par Assiah.

Analyse en cours
Sujet observé : Chantelame
Détermination de la tension. Etude de l'intonation de la voix
Interprétation de la variation du rythme cardiaque.
Conclusions mise en avant : Le sujet manie l'ironie. Remise en cause probable du plan énoncé. 
Attitude non conformiste et risquée : Objet conservation ostensible d'armes exotiques.
Conséquence probable : échec du plan à 76%
Conduite à tenir : Options multiples 
A - Tuer le sujet
B - Exclure le sujet
C - Ignorer le sujet
D - Convaincre le sujet
Préconisations en calcul
Détermination du rapport temps passé/efficience de la solution/impact sur la mission
Option D préconisée.
Analyse terminée
N.A.V.I en mode veille.

Une fois sa réflexion achevée le robot se rapprocha d'Assiah et la fixa de ses yeux déshumanisés aux pupilles en mouvements constants.

-"La conservation de ses armes nous ferait à tous courir un grand risque. J'imagine que vous ne souhaitez pas que ce petit caprice n'influe sur l’espérance de vie de Dame Mym. Vos lames n'ont pas d'équivalent en ces terres. Les porter jusqu'au cœur de la forteresse gelée serait plus bête encore que d'y danser nue devant tous les Skaalds pour faire diversion. Je comprends... ou du moins non. je ne comprends pas l'objet de votre requête, une arme est une arme, sa vocation est la même pour chacune d'elle. J'entends néanmoins qu'il puisse y avoir un attachement irrationnel entre vos lames et votre personne. Aussi, je consens à ce que vous ne les abandonniez pas ici même. De plus elles sont en effet, à première vue, d'excellente facture. Je vous propose donc une alternative. Non négociable."

Une large trappe s'ouvrit alors dans un grand bruit mécanique dans l'immense cuisse gauche du géant métallique. Celle-ci était suffisamment large pour y accueillir un grand nombre d'objet divers et variés et avait justement été conçu à cet effet. Lentement, la main du colosse déplia son index et pointa celui-ci en direction de la cavité béante qui venait d’apparaître dans sa structure.

-"Vous pouvez entreposez vos effets précieux ici. Ils seront en sécurité. Je vous le garantis."

Accessoirement, par cette manœuvre, le robot malin s'assurait de la fidélité de l'amazone jusqu'à la fin de leur aventure. Quelle qu'en soit l'issue. Puis avant que la ravissante guerrière ne se décide à répliquer, le géant scintillant ajouta.

-"Quant aux tenues, je décline toute responsabilité. Néanmoins, mes observations attestent que ce genre de vêtement est à 78% en phase avec vos préférences usuelles. Ne cherchez donc pas à me charger de quelconques intentions perverses. Je suis bien au delà de ce genre de basses considérations. Je vois en vous une guerrière redoutable et non une beauté sculpturale. C'est d'ailleurs un avantage que j'ai sur une grande majorité des personnes que vous avez du côtoyer jusque là. Je ne perdrais jamais de vue la menace réelle que vous tentez si bien de dissimuler en exhibant vos atouts physiques. La diversion n'est pas une technique à laquelle je suis sensible. Pour finir... je n'ai aucune entrée associée au terme employé de déesse. Néanmoins, mon temps passé à vos côtés et le contexte dans lequel ce mot a été employé me permet de généré une représentation synthétique de sa définition. Il semblerait qu'il s'agisse d'une entité femelle abstraite dotée de pouvoirs immenses et surnaturels, potentiellement immortelle à 47%, et dans la majorité des cas dotée d'une beauté remarquable."

Après ce compte rendu précis, Mortelune marqua une pause

-"Considérant ces éléments et après les avoir rapprochés de vos personnes respectives et de vos caractéristiques intrinsèques, je pense plus optimal de s'en tenir à mon plan. Je serai apte à reconsidérer la question à la minute suivant laquelle vous aurez obtenu l'immortalité. D'ici là, le sujet ne mérite plus d'être abordé. D'autres questions ?"
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Assiah le Lun 16 Fév - 22:08

La tenue était rugueuse, moins bien travaillée que les vêtements dont elle avait dû se séparer, elle n'avait pas leur finesse, leur douceur. La simplicité de la tenue rehaussait encore la beauté de l'amazone blonde. Ainsi, sans artifice aucun, l'éclat de la jeune femme brillait plus fort encore. Assiah fit de son mieux pour ressembler à une de ces femelles vulgaires. 

L'atmosphère se fit plus solennel et même la sulfureuse guerrière se tut un instant perdue dans la gravité de ce moment. La ferveur de Mym envers ses dieux l'étonnait et elle envia la nordique pour sa foi. Elle-même avait cessé de croire en une entité miséricordieuse. Il n'existait que des êtres imbus de leur personne qui s'amusait comme des enfants avec les pions que les humains étaient entre leurs mains expertes. Si elle fermait les yeux, elle s'imaginait sans mal le petit sourire cruel que ces êtres arboraient, parfois, l'une de leur créature les touchait davantage et ils pouvaient alors se montrer plus prodigue. Cet état de grâce de durait jamais, versatiles ils étaient prompts à donner et plus prompts encore à reprendre leur faveur.

Quand le robot s'approcha d'elle, la jeune femme eut un mouvement de recul involontaire. Poursuivant le fil de ses pensées, elle se demandait si l'étrange géant de métal n'était pas une de ses créatures qu'elle imaginait. Un être froid, calculateur et sans compassion, un être passant sa vie à observer, à étudier les "humains" et leur réaction face à différentes situation. Ses yeux d'or le fixèrent d'un regard soupçonneux.

Chantelame regardait le trou béant que le géant de métal avait découvert dans sa jambe. Le temps restait suspendu en éternité tandis que les secondes s'égrenaient lentement les unes après les autres. La lueur dans les yeux de la guerrière était de très mauvaise augure... D'une seconde à l'autre, on pouvait l'imaginer sans mal se jeter à la gorge du colosse de fer tant la haine incendiait son regard. Les lèvres pincées elle recula de deux pas, releva le menton pour parler au chef de l'expédition. Sa voix chargée de colère et de dédain persifla: 

Ces lames n'ont aucun équivalent. Il me faudra bien plus que votre parole pour vous les céder. Si vous êtes prêt à me laisser quelque chose auquel non seulement vous tenez mais dont vous avez un besoin vital alors seulement j'accepterai. Sinon il faudra que vous trouviez quelqu'un d'autre pour cette mission. Je n'ai pas peur de la mort et, avec ces lames en main, je pourrais être capable de vous vaincre... même vous.

Dire que la jeune femme était en colère était un merveilleux et doux euphémisme. La belle était hors d'elle, pas seulement parce que le géant exigeait d'elle le plus grand des sacrifices mais parce qu'il l'avait vexée. Que Monsieur Metal soit complètement insensible à ses charmes lui laissait un goût amer qu'elle ne s'expliquait pas. Paradoxalement, elle était agréablement surprise de la juste analyse de ce géant au coeur de pierre et au corps de métal. Les atouts dont la nature l'avait généreusement pourvue endormissaient souvent ses adversaires. Quand ils comprenaient qu'ils avaient à faire à une redoutable guerrière et que la proie, c'était eux, il était trop tard... Acerbe elle continua à parler:

Vous êtes fait de métal et de fils, conçu pour obéir à des ordres peu vous importe si c'est juste ou pas. Vous tueriez des enfants si celui qui vous contrôle vous le demandait. Ca ne vous fait rien de vous dire que vous n'existez que pour ça? 

Elle secoua les bras consciente que ce n'était ni le moment, ni le lieu pour commencer à entrer dans ce genre de débat qui s'annoncerait difficile. La belle éprouvait encore de la pitié pour ce robot qui ne comprendrait jamais réellement les personnes qui bénéficiaient de leur libre-arbitre. 

Je ne veux pas le savoir. Pour l'instant nous avons mieux à faire. Alors? Mes lames contre quoi?

La guerrière croisa les bras dans l'attente de la réponse de ce tas de ferrailles mal embouché. Elle se concentrait pour garder son esprit sur les préoccupations du moment, de ne pas encore partir dans toutes les interrogations inévitables que le géant de métal soulevaient en elle. Puis l'éventualité de pouvoir devenir immortelle juste pour pouvoir lui claquer le beignet lui traversa l'esprit et son regard s'adoucit pour laisser flirter un sourire discret.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Mortelune le Mer 18 Fév - 14:07

Mym assistait impuissante à la joute verbale qui faisait rage entre la belle amazone et le triste colosse. L'une se laissait attisée par les braises ardentes de la passion tandis que l'autre se faisait un plaisir de souffler le froid austère de la raison en retour.

-"Je ne troquerai rien avec vous... je ne suis pas un marchand de tapis. D'ailleurs, je n'ai aucune possession à vous remettre car, je ne possède rien, hormis cette cape, mais je doute qu'à vos yeux elle revête suffisamment de valeur pour satisfaire votre demande saugrenue"

Malgré tout son caractère mécanique, imperceptiblement la machine commençait à perdre un tant soit peu de sa patience et de son flegme face à cet entêtement qu'il ne savait comprendre et dont il ignorait l'origine. Aussi le délais entre ses répliques et celles d'Assiah se faisaient plus courts, et les mots forcements moins pesés, plus cinglants.

-"Vous abordez des concepts et des notions auxquels vous n'entendez visiblement rien. Vous n'avez aucune idée de mes motivations, de mes intérêts, de ma nature, de mon degré d'autonomie. Vous me parlez de tuer des enfants si cela défend mes intérêts ? Qu'en savez-vous au juste ? Et quelles sont ces personnes auxquelles vous faites allusions censées me contrôler ? A quels ordres suis-je censé obéir ? Et quand bien même, en quoi suivre un code de conduite rationnel tel que le mien, détaché et dénué de passion est-il plus déshonorant que de se laisser influencer par ses sentiments, sa conscience, ses hormones ou que sais-je encore, quitte à prendre une mauvaise décision ? Tuer des enfants est il une mauvaise décision si cela vous permet de sauver les vôtres ? Encore une fois vous vous positionnez vous et votre mode de pensée sur un piédestal du haut duquel vous m'observez avec mépris. Manquez-moi une fois encore de respect et je vous éliminerai sur le champs, avec ou sans vos épées chéries, quoi que vous puissiez en penser. Vous êtes loin de faire le poids face à... l'être de fil et de métal sans cervelle que je suis, ce véritable monstre sanguinaire qui tuerai père et mère pour le plaisir de ces fantômes qui le dirigent... Gardez cela en tête et ne me tentez pas."

Le géant pointait un doigt menaçant et réprobateur face au visage de la guerrière, tandis que la trappe qui s'était ouverte dans sa jambe quelques minutes plus tôt se referma dans un bruit sec et métallique.

-"Gardez donc vos épées, et faites nous courir le risque de tous y laisser la vie puisque votre égoïsme vous l'impose. Mais c'est vrai, j'allais oublier, il faut écouter son cœur... il nous dicte la meilleure voie à suivre en toute occasion..."

Visiblement agacé, le mécha se retourna brusquement et tourna le dos à Chantelame et commença à marcher d'un pas décidé vers la cité gelée.

-"Sotte que vous êtes...L'égo surdimensionné des humain n'a d'égal que leur mauvaise fois et leur incapacité à remettre en cause leur règle de fonctionnement... Un peuple qu ne mérite rien d'autre que l'asservissement et le...."

A mesure que le colosse progressait vers le bastion Skaald, il s'enfonçait dans l'épais brouillard fait de neige et vent qui masqua aux oreilles des deux femmes ses dernières paroles empreintes de colère et d'incompréhension. Bientôt il eut totalement disparu de leur champs de vision.

La descendante d'Hyldegaard était restée silencieuse tout ce temps et observait Assiah de ses grands yeux noirs d'un air à la fois réprobateur et admiratif.
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Assiah le Mer 25 Fév - 18:58

La guerrière encaissa la colère du géant avec un calme déroutant. Qui connaissait un tant soi peu son caractère emporté et sa fierté proverbiale se serait attendu à une riposte cinglante et ne se serait pas étonné de la voir dégainer ses lames sur le champ. Pourtant, cette fois, l'éblouissante blonde resta dangereusement stoïque face au raz-de-marée acerbe du colosse de métal. Si elle se sentait offensée par les paroles pleine de hargne, et au demeurant tout à fait justifiées, de Monsieur Metal, un autre sentiment prédominait, réduisant les autres à l'état de ce qu'on pourrait qualifier de petites frustrations passagères. 

En réalité, la finaude exultait. Sa petite expérience avait réussi au delà de ses attentes les plus optimistes. Elle avait réussi à sortir l'homme de fer de son imperturbable égalité d'humeur. Poussé dans les confins du supportable, le colosse avait réagi de la plus belle des manières et lui avait en même temps démontré les présomptions de la guerrière. Elle était loin de comprendre le pourquoi du comment, loin de se douter que ce qu'elle considérait comme une énorme victoire pouvait, aux yeux de certains, se révéler être un sujet d'études passionnant. Assiah n'était mue que par cet instinct auquel elle se fiait autant qu'à ses épées.

Exaspéré, le géant avait fait volte face et s'éloignait d'un pas rageur en maudissant les humains et leur stupidité. Se rendait-il compte de son état? Assiah aurait voulu lui demander ce qu'il ressentait en cet instant, s'il avait cette rage qui vous prend le coeur à vous en étouffer. Ce besoin indescriptible de frapper quelque chose, cette vague qui vous emporte dans une violence incontrôlée que ce soit en paroles ou en gestes. Si le colosse d'acier avait ressenti ne serait-ce qu'une étincelle infime d'émotion, il pourrait peut-être ressentir autre chose que la colère et c'est ça, plus que tout, que la jeune femme tenait à coeur. Qu'il découvre le rire, l'espoir, la compassion... Son visage s'était fendu d'un sourire triomphant tandis que le brouillard engloutissait le géant furieux. 

Assiah eut alors conscience du regard du témoin silencieux de cette altercation. Devant l'air réprobateur de la nordique, l'amazone ressentit le besoin de s'expliquer. Elle ne se sentait pas vraiment prise en faute tout à la joie de sa découverte, elle voulait tout naturellement la partager avec sa nouvelle amie. Le petit différent qui les avait opposé et dont elle ne savait toujours pas la nature était oublié et elle s'adressa à elle avec un enthousiasme communicateur. Ces longs cheveux blonds tirés en arrière pour le besoin du déguisement laissait transparaître son visage aux traits parfaitement ciselés. Ses prunelles brillaient d'excitation et le ressentiment qu'on pouvait lui porter s'évanouissait à cette vue attendrissante. 

Tu as vu soeurette? J'ai réussi! Je l'ai mis hors de lui. Il se targue de ne pas ressentir les émotions humaines mais c'était bien de la colère qui émanait de ses paroles, du ressentiment même. Mon instinct me dit qu'il est en train de changer. Peut-être que ça aussi ça le met en colère. 

Retrouvant un tant soi peu de son calme, la belle guerrière sourit mystérieusement tout en débouclant nonchalamment le ceinturon qui maintenait ses épées dans son dos et découvrit le sujet de la violente dispute. Avec un petit air de conspirateur, la guerrière tendit ses lames vers la nordique et avec un clin d'oeil entendu, elle continua à lui parler de sa voix chaleureuse:

Regarde ça petite soeur, pas besoin que Monsieur Metal garde mes lames, elles sont magiques et savent mieux que moi se rendre discrètes. 

Sous les yeux de Mym, les lames noircirent, c'était comme si elles avalaient la lumière environnante et se l'appropriait. Devenues opaques, elles se modifièrent sous les yeux médusés de sa compagne d'armes. La transformation achevée, les épées ressemblaient à n'importe quelle autre lame de facture skaald. Des armes des plus banales, sans aucun signe distinctif. Assiah reporta son attention sur son amie pour lui demander conseil et connaître ses impressions.

Bon je pense qu'on peut rejoindre notre bonhomme bougon tu penses qu'elles passeront comme ça? C'est le mieux que je puisse faire si je veux les garder avec moi. Sinon il ne faudrait pas qu'on ait l'air plus... sales? Et il faut qu'on trouve une histoire cohérente sur notre prisonnier histoire qu'on ait la même version des faits. 
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Mortelune le Mar 3 Mar - 17:24

Les yeux médusés de Mym assistèrent à la transformation des armes de la belle amazone. En cet instant, une seule question se posait à son esprit. Ou avait-elle bien pu dénicher ces merveilles dont l'apparence se jouait des conventions. Elle se doutait bien avant cela, de la composition magique des ces lames, mais ce spectacle étonnant avait fini de l'impressionner. Elle jeta ensuite un œil presque dégoutté à ses propres armes qui, pourtant de facture honorable étaient loin d'être aussi particulières. 

Une fois de plus l'envie s’immisça au creux du ventre de la belle nordique. elle trouva là une nouvelle raison de la jalouser. 

Cette femme avait-elle seulement un défaut ?

Elle était si belle que l'on pourrait croire à une incarnation divine en la voyant. Elle ne manquait pour autant pas d'esprit et encore moins de courage. Elle se battait avec force et non sans une certaine élégance. Elle était instruite, dotée d'un charisme rayonnant, ne perdait pas pied dans l'adversité et tenait même tête à des géants de métal. Et maintenant, la voila qui paradait avec ses armes qui valaient certainement des montagnes de pièces d'or.

Ou se trouvait donc la faille ? Et d'ailleurs, quelle peine de la chercher en vain. Elle savait bien qu'elle n'en trouverait pas. Elle avait fini par voir Assiah qu'une projection qui lui renvoyait en pleine face ses défauts évidents. 

-"C'est parfait." répondit-elle de façon succincte avant de rebondir sur le sujet Mortelune.

-"En effet, il semblait, affecté. Au bas mot. Je ne sais pas si c'est de la colère mais je pense que tu as réussis à l'agacer. En même temps, depuis le temps que tu t'y efforcés, il fallait bien que cela arrive. Tant d'efforts à te rendre insupportable auraient même suffit à faire enrager un arbre je pense. Je ne saisi pas trop ou cela va nous mener par contre. Le changer ? Oui peut-être, mais à quelle fin ? Je comprends qu'il puisse t’insupporter, moi même il a le don de m'agacer avec ses certitudes, mais jusqu'à lors il a été plutôt fiable non ? Et nous avons été complémentaires lui et nous. Je ne veux pas te vexer mais, après ce petit intermède, je le trouve légèrement plus ouvert d'esprit que toi... Mais peu importe. Ce n'est probablement pas l'heure de disserter sur le sujet, et puis je ne vois pas trop d'issue à la situation. Tu es aussi têtue que lui, en fait."

Mym finit alors d'ajuster ses atours d'emprunt et notamment son corsage qui la comprimait affreusement... Elle était habituellement plutôt fière de sa poitrine mais en l’occurrence, celle-ci lui jouait aujourd'hui un tour bien désagréable alors qu'ici encore, les seins de la Chantelame s'ajustaient parfaitement dans la coupe de ses vêtements.

Elle s'arrangea du mieux possible en entaillant du tranchant de sa dague son décolleté. Le tout lui donna l'air encore plus aguicheur mais cela n'allait pas à l'encontre des pratiques Skaaldes dont les femmes n’étaient pas connues pour être des modèles de pudeur. 

-"L'hygiène n'est pas leur préoccupation première certes. Mais je ne vois pas trop ce que l'on peut faire. Se rouler dans la neige ne va pas aider. En même temps, voila un moment que nous voyageons. Si l'on excepte notre bain nocturne, on ne peut pas dire qu'on ait vraiment pris soin de nous ces derniers jours. Sinon, pour l'histoire commune, je pensais à présenter Mortelune comme un Golem errant. Un golem de métal. Je pense que c'est la version qui a le plus de chance de passer. Si on te pose des questions, tu te présenteras comme une jeune recrue, ayant rejoint les Skaalds suite à un de leur raids sur ton village. C'est chose courante, cela ne choquera personne. La plupart de leurs prisonniers embrassent leur cause plutôt que d'être décapités. Je me présenterai au besoin comme ton instructrice. Dans ce cadre, tu me dois obéissance et asservissement".

Un léger sourire mutin s'esquissa sur les lèvres fines de la brune amusée par la situation.

-"Donc, ne me contredis pas, jamais. Cela éveillerait les soupçons. Je serai également forcée de te parler sur un ton que n'appréciera que modérément je pense. Ne t'écarte pas de ton rôle malgré tout. Tu auras tout le temps de te venger plus tard si nous survivons"

Un petit clin d’œil complice ponctua ses explications.

-"Ah et dernière chose. Je t'en ai déjà brièvement parlé, mais ne te laisse pas marcher sur les pieds une fois la dedans, par qui que ce soit hormis moi. Cela pourrait nous démasquer".

Après s'être assurée de lui prodiguer quelques derniers conseils à la hâte, les deux jeunes femmes rejoignirent le robot au prix d'un petit sprint sur une centaine de mètres.

Le petit groupe arriva un petit quart d'heure plus tard aux pieds de l'immense muraille qui barrait l'accès à la citadelle de glace.





Elle était gardée par un petit groupe armé, comptant cinq individus. Perchés sur les murailles, plusieurs archers observaient les allées et venues depuis des tourelles de bois et de glace.

Lorsque le trio fut suffisamment prêt du portail, un des gardes de détacha du reste du groupe et vint à leur rencontre.

L'homme était de forte corpulence. Imposant, il avançait d'une démarche semblable à celle d'un ours. Son visage était marqué par les rigueurs climatiques et les effets de l'alcool dont il devait être bon ami. Arrivé à proximité du mécha escorté, le garde s'adressa comme de bien entendu à Mym en qui il trouva certainement une allure familière.

-"C'est quoi ce bordel que tu nous rapporte toi ?" demanda-t-il de sa voix éraillée.
-"Tu reconnais même plus golem quand t'en vois un, fouille merde ? Pas étonnant que tu sois cantonné à faire le bouffon au portail. Allez, ordonne l'ouverture des portes avant qu'on gèle tous ici."

La réplique fut aussi cinglante qu'une bourrasque de blizzard gelée et elle blessa plus encore le garde dans son orgueil que le vent froid du nord ne lui aurait fouetté l'échine. Il grimaça un moment et se retint de rétorquer une phrase, certainement intimidé par le regard froid et sans pitié de la nordique.

-"T'emballe pas beauté - finit-il par dire - Je te taquine. J'avais envie de profiter un peu de ton joli minois en te faisant poireauter un moment ici. Mais je vois que t'es pressée... aller tu peux passer". Si tôt dit, il adressa un geste au reste de son groupe. 

L'instant d'après, un bruit sourd résonna dans la vallée alors que les lourdes portes de glace renforcées d'armatures métalliques s'entrouvraient.

Alors qu'Assiah passait à proximité du garde celui-ci profita du peu de distance qui les séparait pour lui glisser à l'oreille.

-"Par contre toi, si t'as envie de me tenir compagnie un moment ici, n'hésite pas... Je saurais faire ce qu'il faut pour te tenir bien au chaud"
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Assiah le Jeu 23 Avr - 18:44

Les paroles froides et sans aménité de la nordique affectèrent énormément la belle guerrière. Décidément elle n'était pas douée pour se faire des amies. Où donc avait-elle encore péché? Au début tout allait bien puis venait l'envie et la jalousie qu'elle attisait immanquablement chez les autres représentantes de la gente féminine. 

Tandis qu'elle se désolait, il ne lui vint pas à l'esprit de s'interroger sur son implication dans l'attitude que la nordique avait adopté à son égard. La franchise brutale de cette dernière fit germer une étincelle de doute dans l'esprit de Chantelame. Avait-elle vraiment été trop loin avec le tas de ferraille? Elle aurait tellement aimer pouvoir le considérer comme un homme. Peut-être était-elle tout simplement vexée qu'il ne succombe pas à ses charmes comme tant d'autres. Tout les opposait, leur manière d'appréhender le monde, leurs opinions, leur priorité et tant d'autres choses. C'est vrai qu'elle ne respectait pas ce qu'il était mais était-il vraiment? 

Toutes ces questions étaient trop compliquées pour elle. La sublime amazone se promit de faire des excuses à l'homme métal dès que la situation le permettrait. Elle se ferait violence mais Mym avait sans doute raison. Cela valait-il la peine de vouloir le changer? Et puis, le voulait-il? Elle ne s'était pas beaucoup préoccupée de ce qu'il pouvait ressentir pour la bonne raison qu'il ne ressentait pas grand chose d'après elle. Encore une fois tout ça était trop compliqué et elle chassa ses pensées pour se concentrer sur sa mission. 

Assiah se tourna vers la brune dont l'accoutrement faisait ressortir la poitrine généreuse et eut un sourire. Elle était jolie la barbare avec ses cheveux à moitié défait, battus par le vent froid, ses yeux expressifs qui montraient ouvertement sa désapprobation et son corps taillé tout en muscles, par et pour le combat. Tandis qu'elle s'esquintait à ajuster sa tenue, la blonde ne put qu'apprécier le spectacle en connaisseuse. Ce fut avec un léger sarcasme dans la voix qu'elle répondit à "son mentor". 

Je n'ai déjà pas aimé la façon dont tu m'as parlé là ... petite soeur. 

Elle retint la nordique du bras avant qu'elle se détourne d'elle pour entrer définitivement dans son rôle et rejoindre Monsieur Metal dans l'intention de s'amender auprès d'elle mais un seul mot lui vint à l'esprit. Son regard d'or plongé dans celui de Mym, la guerrière blonde lui lança un "merci". Point n'était besoin d'en dire plus, merci pour la petite leçon de modestie, pour les conseils et pour ta franchise même si cela me blesse plus que je ne voudrai l'admettre ou le montrer. Voilà tout ce qui passait dans ce simple mot tellement important et parfois tellement dur à dire.

Vue de près, la muraille gelée paraissait encore plus imposante, sa masse impressionnante s'étalait entre deux gorges de glace interdisant le passage aux aventuriers téméraires. Assiah observa le plus grand silence Plongée comme toujours dans ses pensées, elle se demandait comment elle allait pouvoir aborder le sujet de ses excuses avec le colosse métallique. Sûr qu'il ne lui adresserait plus la parole que dans les cas d'extrême nécessité comme les exigences de la mission par exemple. La réponse ne s'imposant pas d'elle-même, elle décida d'arrêter là ces investigations mentales et revint à la scène qui se jouait face à elle.

Mym était impressionnante et tenait son rôle à la perfection. L'amazone ne lui connaissait pas une telle autorité. Elle regardait l'homme armé qui lui faisait face sans ciller. Hautaine et froide... une lueur d'avertissement dans son regard elle fixait le garde.

Quelques instants plus tard, grâce à cette représentation magistrale, les portes s'ouvrirent leur laissant le passage libre pour entrer dans l'immense forteresse. Il était désormais trop tard pour faire marche arrière: advienne que pourra songea la beauté blonde.

La guerrière fit volte face, se recula d'un pas et examina sans vergogne l'homme des pieds à la tête une lueur cynique dans le regard. Son inspection terminée elle s'avança elle aussi à son oreille pour lui susurrer d'une voix basse, 

Je ne suis pas sûre que tu sois à la hauteur mais si tu veux je te donnerai un cours privé dès que j'ai fini mes petites affaires...

Ce disant elle empoigna les parties charnues de l'anatomie de son interlocuteur et continua à murmurer provocante

A tout à l'heure donc mon chou.

Contente de son petit effet, qu'elle avait eu le plaisir de sentir sous ses doigts, elle se recula de quelques pas pour revenir sagement se mettre à côté de Mym et du géant de métal coulant un regard appuyé à la sentinelle au teint rougeaud et buriné par le vent du nord. 

Un instant elle se demanda si Monsieur Metal ressentait quelque chose comme... de la jalousie. La pulpeuse jeune femme s'aperçut avec stupeur qu'un tel sentiment venant de la part du géant ne lui aurait pas déplu. Elle résista au désir qui l'assaillait de couler un regard sur l'amas de métal pour vérifier sa réaction même si elle se doutait que rien ne transparaissait sur son visage toujours inexpressif.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Mortelune le Jeu 30 Avr - 15:30

Le premier point de contrôle fut franchi avec succès.

Sur le visage du garde se dessina un sourire crispé, mi amusé, mi frustré de laisser partir cette fougueuse femme à la crinière blonde qui venait de tester sa virilité. Il se mettrait en quête d'elle un peu plus tard, lorsqu'il aurait besoin de se réchauffer après son tour de garde.

Pendant ce temps, l'improbable trio progressait vers le cœur de la cité de glace en passant sous le porche de la muraille haute de plusieurs dizaines de mètres. Un violent courant d'air glacé frappa de plein fouet les trois voyageurs dont le pas fut ralenti par la vigueur de la bourrasque. Seul Mortelune semblait peu affecté par les conditions hostiles qui régnaient ici et qui semblaient vouloir forcer les aventuriers à quitter les lieux au plus vite.

Comme on pouvait s'y attendre, la procession du petit groupe dans les entrailles de la ville blanche ne passa pas inaperçue et bien évidement, c'est le monstre de métal qui attirait tous les regards alentours même si les courbes voluptueuses de ses deux gardes du corps provoquaient quelques sifflets lubriques.

En ce moment Mym ressentit une profonde tristesse pour son prisonnier factice. Une peine non feinte pour cet être qui, en tout lieux, provoquait l’étonnement, la peur, la méfiance. Il n’était le bienvenu nulle part. Et même ici dans cette enceinte qui accueillait pourtant des êtres plus abjectes les uns que les autres. Même eux le dévisageait, se moquaient, certains allant même jusqu'à lui jeter quelques projectiles.

Malgré tout, le géant était égal à lui même, imperturbable et désespérément silencieux depuis que les deux femmes l'avaient rejoint. A peine avait-il jeter un œil dépourvu d'expression à Assiah lorsque celle-ci fut "aux prises" avec la sentinelle aux allures d'ours mal léché. Le colosse fixait inlassablement la ligne d'horizon face à lui. Seules ses jambes trahissaient son activité. Le reste de ses membres demeurait immobile. 

L’intérieur de la fortification était aussi impressionnant que les murailles qui en gardaient l'accès. Constructions toutes en hauteurs, baraques aux murs gelés et scintillants, petits ponts de pierres et de gel enjambant des cours d'eau glacés. Il se dégageait de cette cité irréelle une beauté gracieuse qui contrastait en tout point avec la sauvagerie des êtres qui la peuplaient. Quelque chose clochait ici. Cette association incohérente cachait certainement un secret.

Un peu à l'aveuglette, Mym progressait au sein de la ville, en cherchant une logique à son orientation. Elle se rendait peu à peu compte qu'elle n'avait aucune idée de sa destination. Ni même du lieu à rechercher. Intérieurement, elle brûlait de poser la question au mécha, mais son ego le lui interdisait dans le même temps. Question de principe. Elle se rappela alors le but de leur quête. Mortelune cherchait un artefact. Elle même les raisons des raids Skaalds en terre nordique. Les deux étaient probablement liées. 

Il lui fallait trouver le lieu où l'on pourrait entreposer un trésors de guerre. En général ce genre d'endroit était bien gardé. Souvent le mieux gardé des environs. 

Elle ne mit que peu de temps ensuite à l'identifier. La forteresse. Petite enclave dans l'enclave même. Le plus haut bâtiment de la ville. Le plus surveillé aussi. 

Après avoir effectué une reconnaissance du périmètre, le seul accès envisageable découvert fut une sorte d'entrée de service. On y livrait les victuailles qui seraient utilisées pour la préparation des banquets du jour, il servait aussi de voie vers les écuries et d'accès aux personnes travaillant sur place, domestiques, cuisiniers, palefreniers, bâtisseurs etc... Cette entrée était constituée d'une large porte à double battants, ouverte en permanence. Elle était certes, peu gardée, mais empruntée en permanence par un flot continu de visiteurs entrant et sortant. Difficile donc de s'y faufiler discrètement, surtout dans leur configuration actuelle.

Après quasiment une heure de silence observé par le trio, Mym se décida enfin à rompre son vœux. Elle attira ses deux compères dans un renfoncement entre deux battisses un peu à l'écart et dit alors.

-"Je pense que ce que nous recherchons tous se trouve la dedans... Ou tout du moins, des pistes vers nos buts respectifs. Je ne sais simplement pas comment y pénétrer... Que ce soit par cet accès ou d'autres, je ne vois pas comment un groupe comme le notre pourrait s'y faufiler. Du moins, pas sans risquer nos vies de façon certaine... Une idée à me soumettre ?"

Mortelune, presque entièrement recouvert de givre, mit quelques seconde à émerger de ses calculs avant de répondre.

-"Je corrobore votre analyse quand au lieu à investir. Les chances pour que l'artefact que je recherche s'y trouve sont suffisantes pour justifier une incursion dans les lieux. A présent, pour ce qui est de la meilleure façon d'y pénétrer, le scénario donnant le résultat le plus satisfaisant implique une diversion. Je pourrais feindre de me libérer de votre emprise, attirant sur moi l'attention des protagonistes de proximité. Pendant ce temps, vous profiteriez de l'esclandre générée pour vous infiltrer toutes les deux, mener vos investigations et retrouver mon bien. Vous me le rapporteriez ensuite à un point de rendez-vous convenu hors des murs ou le retourneriez en un lieu que je vous aurais indiqué par avance dans l’éventualité ou je viendrais à être désactivé."
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Assiah le Jeu 4 Juin - 21:58

Assiah avait docilement suivi sa chef temporaire à travers les allées de cette ville de glace. Le froid mordant et le vent qui cinglait son visage rosissait ses joues. La guerrière avait observé les allées venues autour d'elle, repéré les armes dangereuses et quelques coins qui pourraient, le cas échéant, servir de repli. Elle se sentait galvanisée par la situation quelque peu périlleuse dans laquelle il se trouvait. Un pas de travers et ils seraient la cible principale de chaque membre de ce clan. 

Chantelame avait aussi gardé à l'occasion un oeil sur Monsieur Metal... *rien à signaler chef* se dit l'impétueuse blonde. L'être de métal s'en tenait à son interprétation de prisonnier. Elle remarqua les regards qui convergeaient dans leur direction, tous s'arrêtaient sur le géant de métal. La guerrière inspira profondément, elle n'aurait pu être plus vexée si les quolibets de ces racailles lui avaient été destinés. Le colosse ne réagissait pas lui, tout ça semblait glisser sur sa carapace de métal. Encore eut-il fallut que tous les charmants sobriquets qu'on lui lançait l'atteigne.

Il ne faisait aucun doute que l'artefact que recherchait leur employeur était là, sous bonne garde. Une stratégie serait nécessaire pour investir les lieux, prendre ce qui les intéressait et repartir tranquillement... comme ils étaient venus. Assiah comptait bien donner son avis sur la méthode à utiliser mais comme d'habitude son plan ne coïncidait pas avec celui qu'avait échafaudé les rouages du cerveau de Monsieur Métal. La guerrière hocha la tête, elle trouvait ce plan pas trop mal mais quelque chose la chiffonnait. Aussi prit-elle la parole pour s'en ouvrir à ses acolytes. 

Ca ne va pas paraître bizarre si on disparaît toutes les deux alors qu'on t'a amené là? Il vaudrait peut-être mieux que l'une de nous reste avec vous non? Bien que je ne sois pas partisane de la violence sur ma personne, pour que vous ayez l'air plus crédible il faudrait peut-être aussi que vous frappiez l'une de nous. Mym qu'en penses-tu?

Elle laissa quelques secondes passés pour que ses idées soient enregistrées par les deux autres aventuriers puis reprit:

Enfin c'est vous le boss moi je vous suis.

Assiah attendit posément les réactions du colosse de métal. Elle ne pensait pas qu'il prendrait en considération ses petites remarques mais bon autant dire les choses telles qu'elle les percevait. Les missions d'infiltration, ce n'était pas vraiment ce qu'elle préférait à dire vrai mais bon il semblait qu'il n'y ait pas vraiment d'autre solution. Elle était excellente ses épées à la main mais l'ennemi était trop nombreux elle s'en rendait bien compte pour qu'un affrontement direct se termine sans mésaventure.

Quoiqu'il en soit, il allait y avoir de l'action et ce n'était pas pour déplaire à la fougueuse guerrière. L'inoccupation était la pire des choses pour elle. Elle freina son impatience, il valait mieux pour eux tous que le plan soit le plus mûrement réfléchi possible au vu des circonstances et du peu de temps qu'ils avaient pour le mettre en oeuvre. Plus ils restaient là tous les trois avec leurs airs de conspirateurs, plus ils avaient de chance de faire sauter leur couverture. N'importe qui pourrait les surprendre à tout moment. La belle fit part de ses pensées. 

Allez faut pas qu'on traîne ici c'est dangereux pour la réussite de la mission.. chef?
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Mortelune le Mar 16 Juin - 14:40

Mortelune sembla soudainement prêter attention aux remarques empreintes de doutes formulées par Assiah. C'est tout du moins ce que pensa l'amazone lorsque le colosse fit pivoter l'axe de son cou et dirigea son regard inerte vers sa personne.

-"Vous avez raison - dit-il simplement - Inutile de risquer plus de vie que nécessaire".

Visiblement ses propositions de la divine bretteuse avaient été suffisamment pertinentes pour faire mouche. Alors sans qu'elle ne puisse voir venir quoi que ce soit, le géant d'acier ferma son poing droit et, actionnant les vérins hydrauliques qui articulaient ses membres, propulsa son bras en avant à une vitesse folle, rendant le mouvement presque imperceptible. Il  frappa de plein fouet l'estomac de la Chantelame qui se plia en deux sous l'effet du choc inouï.  La vision de la belle guerrière se flouta avant de s'obscurcir totalement tandis que son corps sombra lentement pour s’écrouler sur un sol couvert de givre, de sel et de boue. 

Combien de temps resta-t-elle inanimée au juste ? Impossible à dire, mais lorsqu'elle s'éveilla, le calme de la ville avait cédé place à une panique indescriptible. 

A l'ouverture de ses yeux, elle se trouvait dans une pièce de taille moyenne qui semblait faire office de dortoir ou d'infirmerie. Elle était remplie de lits, ou plutôt de couches de pailles alignées sur tout la largeur de l'endroit. Elle était seule. Seule au milieu de cette pièce froide et vide. Vide et désespérément silencieuse, un silence qui contrastait avec l'apparente agitation frénétique qui régnait dehors. Ça hurlait, s'invectivait. De derrière la vitre opaque qui donnait sur l’extérieur, Assiah pouvait voir filer des ombres, des formes, certaines courraient, d'autres semblaient totalement désemparées.

Puis la douleur se rappela à elle, une douleur lancinante, au creux du ventre. Elle se rappela. La situation, la recherche, le robot, le coup de poing. Puis, plus rien. Après une rapide palpation elle constata qu'aucune de ses côtes n'avait été brisée. Le bougre avait frappé fort, et juste.

Soudain, une porte claqua, comme pour sortir Assiah de sa torpeur. C'est alors qu'elle vit pénétrer Mym, la hache à la main, le visage tuméfié, une profonde plaie sur le crane qui déversait sur son visage de porcelaine un sang rouge et compact. Ses bras portaient, en plus de ses tatouages, des écorchures et de profondes entailles. 

La belle et fière guerrière brune, essoufflée et visiblement éprouvée exprima un ouf de soulagement qui n'eut aucun mal à se lire sur son visage lorsqu'elle constata la présence d'Assiah. L'espace d'un instant la redoutable nordique sembla rassérénée. Sans attendre, elle courut au chevet de son amie et s'agenouilla à ses côtés. Haletante, elle lui déclara alors.


-"Viens, vite, nous devons partir. J'ai ce que nous cherchions. Mais ils sont après nous. Nous avons réveillé quelque chose de...de... quelque chose que nous n'aurions jamais dû approcher. C'est trop fort pour nous... Vite hâte toi sœurette, l'espoir est mince..."

Elle se leva alors, tremblante et chancelante et pris la main d'Assiah dans la sienne comme pour la presser.

-"Je t'en prie, dépêche toi, toute la ville est après nous. Ils ont sonnés l'alerte, nous devons partir !"
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Assiah le Ven 21 Aoû - 16:40

On peut dire que la belle guerrière n'avait pas vu le coup venir. A peine eut-elle le temps d'esquisser un mouvement de recul et de porter les mains à son ventre que déjà un voile noir se refermait sur elle. La douleur se dissipa dans la nuit de son esprit tandis qu'elle s'affaissait sur le sol étourdie. 

Allongée sur son lit, Assiah regardait le ballet des ombres sans vraiment y prêter attention. Les yeux dans le vague elle restait couchée, le corps encore meurtri par l'unique coup du géant de métal. Ses lèvres dessinèrent un rictus m-colérique, mi-amusé. Monsieur Metal avait pris ses remarques en considération et ... peut-être même en avait-il profité pour se venger quelque peu. Dehors les cris se faisaient plus clairs, plus forts aussi et l'amazone se décida enfin à bouger. Après quelques grimaces, elle fut assise et, à son grand soulagement, c'était moins douloureux qu'elle ne l'avait craint. 

Le bruit de la porte de son antre qui claquait lui fit relever la tête et c'est avec joie que la belle blonde reconnut sa coéquipière. Assiah fut touchée par le soulagement puis par l'inquiétude sincère qu'elle lut dans le regard de son amie. Heureuse aussi de voir que leur petite querelle n'avait pas émoussé leur amitié naissante. Aussi eut-elle un sourire rassurant pour la nordique. 

Une pensée cependant vint ruiner cet élan, ses lames, où donc étaient ses épées? La jeune femme jeta un regard fébrile autour d'elle proche de la panique. Elle ne pouvait partir sans elles, partir sans lui... elle avait besoin de sa présence mais plus que tout, c'était de sa faute s'il était désormais prisonnier de cette forme. Elle ne pouvait le laisser en arrière, le trahir. C'est d'une voix tendue, dans un souffle qu'elle demanda à sa vaillante compère.

Où sont-elles, où sont mes lames?

La question pouvait sembler dépourvue de sens. En ce moment critique, la guerrière ne se préoccupait que de ses épées... elle se rendait compte de passer pour une écervelée mais tant pis. C'était trop important. Ils pouvaient partir sans elle mais l'amazone ne quitterait pas cet endroit sans cette partie d'elle-même. Assiah espérait juste que son amie comprendrait. Elle avait perdu son assurance et sa superbe coutumière et affichait une mine qu'on ne lui aurait pas crue... elle semblait... vulnérable. Ses grands yeux dorés fixèrent la nordique un instant presque suppliants pour recommencer à fureter de tous côtés.

D'un bond, la jeune femme fut debout ignorant la douleur qui lui vrillait encore l'estomac. Les paroles de Mym n'étaient pas parvenues jusqu'à sa conscience. Elles avaient glissés dans ses oreilles sans prendre le temps de faire une escale dans son cerveau. Il y avait bien un endroit où ses sales petits morpions rangeaient les armes de leurs blessés. Si l'un de ces rats puants avaient osés le lui prendre, elle les récupérerait sur son cadavre mutilé. Comme les lames n'étaient visiblement pas dans la pièce, la guerrière se dirigea vers la porte d'un pas décidé. Sur son visage désormais fermé se lisait une détermination inébranlable. 

Donne-moi une arme ma soeur, la mission est accomplie alors, partez sans moi s'il le faut mais je reprendrai mon bien... ou je mourrai. 

Si Mym n'avait aucune arme à lui tendre, la fougueuse épéiste se servirait sur un cadavre et ses ennemis connaîtraient sa fureur. De toute façon les lames ne s'éveillaient qu'à son contact, ne chantaient que pour elle. Aux mains d'ignorants pareils elles ne seraient que des lames sans intérêts. La guerrière savait également que jamais son amant ne pourrait la blesser. Si elle trouvait le voleur, il serait démuni face à elle avec ses épées brandies. Un sourire carnassier transforma son visage tandis que ses yeux s'embrasaient de colère.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Mortelune le Lun 30 Nov - 17:09

La belle amazone ne tarda pas à retrouver ses lames adorées. Elles trônaient dans les mains d'un des soldats qui gardait l'accès de l'infirmerie. Ce dernier s'en était  emparé alors qu'Assiah venait d'en être délestée, à son arrivée au dispensaire. La redoutable guerrière dût alors canaliser une tornade de sentiments qui frappait sa conscience. D'abord frustrée d'avoir manqué le début des hostilités et dans le même temps rassurée d'avoir malgré tout retrouvé ses armes, elle devait à présent gérer le flot de colère qui se transportait en elle et qui guidait sa main vengeresse vers son adversaire.

Le pauvre ne pût rien, ou si peu face à une si fine lame et à la déferlante de haine et de rage qui le frappa, jusque bien après sa mort. La jeune femme laissa parler son instinct en s'acharnant longuement sur la dépouille ensanglantée du Skaald dont le corps commençait à se disloquer par endroits.

Ce n'est que lorsque Mym finit par s'interposer qu'elle sembla émerger d'un cauchemar plus vrai que nature et dont le souvenir ne s’évanouit pas au réveil. Sa complice depuis maintenant plusieurs lunes se rappela à ses bons souvenirs, arguant du fait qu'il y avait probablement mieux à faire à cette heure et en ce lieu que de tancer un mort.

Autours d'elles, régnait une agitation indescriptible. L'alerte avait été donnée et dans le même temps, il semblait que celle-ci avait réveiller de vieilles querelles latentes qui liaient les clans rassemblés pour créer la nation Skaald. Chacun s'accusant mutuellement d'être à l'origine de l'incursion dans la forteresse et sa chambre des trophées. Ainsi donc, le chaos s'installait progressivement au sein de l'enclave de glace et de givre. Il n'y avait pas un bâtiment, une rue, un rempart qui ne soit le théâtre d'affrontement. Cela constituait, outre mesure, une véritable aubaine pour les deux jeune femmes qui s'en trouvaient plus ou moins reléguées au second plan, perdues au cœur de cette bataille intestine. 

Bien évidement, il arrivait parfois qu'un individu ou qu'un groupe de soldats s'interpose, mais ni leur nombre ni leur talent ne suffirent à interrompre leur escapade. En revanche, en dépit de cette situation plutôt favorable, elles n'avaient toujours aucune nouvelle de Mortelune. 

Mym n'avait guère d'information à communiquer à Assiah à ce sujet, si ce n'est que le géant de métal avait tenu à investir seul les lieux probables dans lesquels étaient entreposés les butins de guerre. Peu de temps après, il avait resurgit, et avait confié à la hâte à la nordique, l'objet de sa quête, le Ninbelung de Thornsvald, une sorte de gros anneau doré. Après quoi, l'étincelant guerrier reprit sa course, avec dans son sillon, une armée que Mym n'avait pas prit le temps de détailler, mais dont les cris et gémissements lui avait laissé penser qu'ils n'avaient rien d'humains. Elle avait donc à son tour prit la fuite, et s’était entichée de retrouver sa sœur de cœur, chose qui s'avéra moins difficile que prévu.

Alors qu'elles s’étaient abritées à l’intérieur d'une étable dont les animaux étaient probablement en fuite, Mym achevait son récit devant les yeux écarquillés d'une Assiah fulminante une fois encore, d'avoir été mise sur la touche contre son gré. Mym prit alors ses mains dans les siennes et tenta de la calmer, de la rassurer, prétextant qu'il était surement préférable que tout se soit déroulé ainsi et essayant de justifier les choix de Mortelune tant bien que mal. Elle pensait que le robot avait avant tout souhaité la protéger. En témoignaient d'ailleurs ses dernières recommandations à l'endroit de la fière nordique, lui demandant de prendre soin d'elle et d'Assiah avant son retour.

-"Il m'a demandé de ne l'attendre sous aucun prétexte. Et encore moins de ne chercher à le retrouver. Il aurait détecté quelque chose qui l'a vraiment secoué... Enfin à sa façon. Il a appelé ça, anomalie... Je ne sais pas trop à quoi il pouvait bien faire allusion, mais cela l'a clairement poussé à modifier son plan. Je pense que c'est à partir de ce moment qu'il a cherché à nous préserver en nous éloignant des zones à risques. Il ne se doutait de rien en arrivant ici. Apparemment des forces qui nous dépassent sont à l'oeuvre."

Et il ne fallu pas plus de temps à attendre pour en avoir la preuve par neuf.

Alors que les deux jeunes femmes devisaient à l'abris des regards, le froid s'intensifia soudainement, accompagné d'une brume opaque et dense qui leur montait jusqu'au genoux. Les sons ne perçaient qu'avec une extrême difficulté l'air ambiant qui semblait s'être fait plus lourd que le plomb. Soudain, surgissant de chacune des artères donnant vers la vaste place sur laquelle donnait l'étable, d'étranges vagues noires déferlèrent en un flot ininterrompu. 

Ce spectacle indescriptible poussa tous les belligérants à interrompre leurs passe d'armes en cours pour l'observer, incrédules et en proie à une panique qui s'instillait en eux de façon presque incontrôlable. La "marée noire" se scinda alors en des dizaines et des dizaines de flaques aussi noires que l’obsidienne avant de commencer à leurs tours, à prendre formes humaines. Rapidement la place, comme toutes les rues de la cité skaalde, fut littéralement envahie par une armée de ces horreurs noires, aux allures de monstres en armures pour certains et d'archers funestes pour d'autres. 



Les Skaalds les plus courageux foncèrent sur ces adversaires qui semblaient surgir d'outre tombe, mais leurs armes ne semblaient avoir aucun effet sur ces fantômes dont les corps se déformaient à leurs contacts. Les répliques en revanche, faisaient systématiquement mouche, avec une violence inouïe, déchiquetant les chairs, brisant les os et rompant les membres qui s'opposaient à eux.

Il aurait été illusoire de penser pouvoir opposer quelconque résistance à ces abominations qui, après quelques minutes de leur moisson, avait déjà fauchée la quasi totalité de l'armée nordique la plus puissante jamais unifiée depuis des siècles.

Abasourdies par cette vision d'horreur mais pas pour autant résignées, les deux complices convinrent ensemble qu'il était grand temps de prendre congés des lieux. Sous l'impulsion d'Assiah, elle se mirent alors en quête de quitter la forteresse par quelque moyen que ce soit, profitant du fait de ne pas avoir, pour l'heure, été repérées par les soldats éthérés. Elles entamèrent donc une course effréné dans les ruelles gelées, où les scènes de carnages se succédaient sous leurs yeux. Maintes fois elles furent contraintes de bifurquer, faire demi-tour ou d'user de ruse pour éviter une confrontation directe et mortelle avec cet ennemi inconnu.

Après de longues et fatigantes minutes à jouer au chat et à la souris, elles commencèrent à douter sur la possibilité de s'échapper de ce lieu, craignant dans le même temps que celui-ci ne devienne finalement leur tombeau.

L'opposition Skaalde était grandement amenuisée, presque inexistante à présent, et les Ombres ne tarderaient pas à cibler toute autre forme d'opposition.

Et soudain l'idée lumineuse vint. 

Une baliste, là, laissée à l'abandon, à quelques mètres de leur position. 

Le soucis : une bataille rangée entre une poignée de nordiques agonisants et une horreur en amure sombre, balayant les soldats à grands coups de sa masse d'arme, dont les mouvements fendaient l'air en provoquant de grands bruits sourds.

Il faudrait progresser par étapes, sans être vues, mais sans tarder pour autant. 

Les deux guerrières, aussi resplendissantes dans l'effort qu'en proie à une angoisse intense, entamèrent une manœuvre de contournement. Sans parler, main dans la main, en communiquant uniquement à l'aides de quelques gestes et de regards qui en disaient plus long que certaines phrases, elles parvinrent grâce à leur ingéniosité et leur complicité, à gagner leur objectif. Quelques réglages plus tard, l'engin de siège pointait en direction des remparts, à un endroit ou ceux-ci avaient été légèrement endommagés par une récente fissure de la glace en profondeur. Celle-ci avait provoqué un affaissement de la muraille de plusieurs mètres.

Les deux femmes étaient assises à califourchon sur l'immense flèche enclenchée sur la baliste quand la sombre bête s’intéressait enfin à elles. Ses deux grands yeux vides les fixèrent toutes deux un bref instant, avant qu'elle ne se mette à courir en leur direction, d'un pas lourd qui faisait trembler le sol à mesure qu'elle se rapprochait de leur position.

Sans attendre plus longtemps, Assiah fit chanter sa lame dont le tranchant sectionna la corde qui les séparait encore de la liberté.
L'air froid fouetta alors vigoureusement les joues roses des guerrières qui furent violemment projetées en l'air sur leur monture de fortune. De cette position peu orthodoxe elles purent brièvement observer le panorama des événements qui se déroulaient à quelques mètres sous leurs pieds. Ici bas on pouvait dire que les hostilités avait cessées, puisque les dernières victimes finissaient d'alimenter le charnier qu'étaient devenues les rues de la forteresse gelée. La ville pullulait de guerriers sombres qui se propageaient telle la peste, en de larges plaques noires sur un corps promit à une mort inéluctable et douloureuse.

Puis vint le choc.

Tout ne se passa finalement pas comme prévu. La flèche, au lieu de passer au delà de la muraille, se ficha net dans l'obstacle de glace. Les deux femmes, surprises, mais agiles, bien qu'un peu sonnées par l'impact, manquèrent de tomber à la renverse en s'agrippant aux aspérités de la parois bleutée. Malheureusement, le vacarme provoqué par leur "atterrissage" improvisé, ameuta un bon nombre de ces horreurs guerrières qui entreprirent à leur tour, d'escalader les remparts. Malgré leur avance, les deux femmes voyaient avec effrois les spectres sombres progresser vers elles avec une aisance déconcertante, aidés par une magie qui leur permettait de littéralement "courir" à même la muraille, leurs corps à l'horizontal.

In extremis, les deux amies atteignirent le chemin de ronde qui sillonnait les remparts. A la hâte, elles s'empressèrent ensuite de basculer de l'autre côté du mur, en rappel d'abord à l'aide d'un grappin de fortune puis, sous la pression de leurs poursuivants, se laissèrent chuter sur un semblant de tas de neige. 

La chute ne se fut pas sans heurt, Assiah jura en premier lieu avant de reprendre sa course malgré un genoux douloureux. Mym, la nordique, eut moins de chance en tombant sur le flanc. Son épaule et sa clavicule se brisèrent sous l'impact. L'amazone se retourna sur elle même pour aider sa sœur d'infortune. La brune sauvage souffrait également d'une blessure ouverte à la jambe... Impossible pour elle de reprendre la course. Elle ne pourrait pas... Ne serait qu'un fardeau qui entraverait la fuite d'Assiah. Elle tenta d'expliquer cela à l'indomptable blonde qui la toisa de ses yeux dont l'humidité se faisait visible.

Le ton de voix de Mym monta et résonna dans les plaines désolées dont le vent glacé balayait les étendues. La dernière héritière de la lignée Hyldegaard considéra qu'il n'était plus l'heure de négocier quoi que ce soit. Sa décision était prise. Solennellement, elle glissa le Ninbelung dans les mains tremblantes et froide de l'amazone. Derrières elles, déjà, les formes noires et meurtrières gagnaient les pieds de la muraille de givre. Elles ne tarderaient plus à les rejoindre.

-"Je ne t'abandonne pas sœurette. Je serais même toujours avec toi, tu sais. Mortelune... Il aurait voulu que tu ramènes cela chez lui. Après tout, on savait toutes les deux ce que l'on risquait en l'accompagnant.  Mais il faut que l'une de nous deux survive. Pas seulement pour ce bijou, mais pour alerter le monde de la présence de cet ennemi qui nous menace. Et puis... pour que persiste en toi le souvenir de cette aventure commune, si tu meurs aussi, ici avec moi, il ne restera plus rien de tout cela. De tout ce que nous avons vécu, ensemble. Et je souhaite, plus que tout qu'une part de moi se fasse une petite place au chaud, ici, dans ton cœur. "

Sa main tremblante et ensanglantée se posa sur la poitrine d'Assiah. Le souffle de Mym se fit alors rauque et bruyant. La fin était proche, mais la nordique n'avait pas dit son dernier mot. D'un bon, puisant dans des ressources physiques insoupçonnables, elle se dressa fièrement sur ses jambes puis, serrant fort dans ses bras Assiah lui glissa une dernière fois à l'oreille.

-"Pars, maintenant, je t'en prie, je ne veux pas que tu voies cela... surtout, ne te retourne pas, quoi que tu entendes. Promets le".
L'amazone, incapable de promettre une telle chose se contenta de froncer les sourcils, comme pour tenter de contenir la sensibilité qui se dessinait sur son visage et de hocher légèrement le menton. Elle rendit l’étreinte que venait de lui adresser Mym et, à contre cœur se mit à courir dans la direction opposée, sans mot dire, en serrant contre elle le bijou qu'elle venait de lui confier. 

Elle ne put retenir son émotion que sur quelques foulées et déjà des perles cristallines se répandaient dans l'air glacé, témoins du chagrin immense qui la frappait en l'instant. Le plus dur fut néanmoins à venir, lorsque les premiers sons de l'assaut lui parvinrent jusqu'aux oreilles. 

En réalité, Mym ne put même pas lutter. Ses assaillants ne lui laissèrent pas même cette chance. Pas même ne lui permirent-ils d'essayer. Une volée de flèches sombre la frappa de plein fouet, sans autre sommation. 

Aucun cri ne sortit de la bouche de la virulente nordique, qui tenta jusqu'au dernier moment de garder sa posture de combat. Une seconde volée vint la punir de cet affront. Toujours garda-t-elle la tête haute et le buste droit. La troisième volée eut raison de ses dernières forces et de sa fierté. Un cri strident déchira le ciel redevenu bleu azur et fit saigner les oreilles d'Assiah. Au loin, une groupe d'oiseaux noirs prit un envol bruyant, effrayé par le bruit. A cet instant l'amazone ne put  se résoudre à tenir sa promesse et fit volte face pour observer subrepticement la scène qui se déroulait dans son dos.

La noble nordique glissait alors lentement sur ses genoux avant que, doucement, la vie ne commence à la quitter. Ses yeux, desquels roulaient quelques larmes qui scintillaient sous la lumière du soleil, se fermaient. Étrangement, aucune douleur ne se lisait sur son visage. Elle était belle, même dans la mort, même dans cet instant funeste, au milieu de cette plaine à présent tâchée de sang. Belle, même lorsqu'une dizaine de spectres hurlant sur ruaient sur elle pour en finir.



C'en fut trop pour Assiah, qui détourna définitivement le regard. Elle se mit alors à courir de plus belle. Courir quoiqu'il arrive, quoiqu'elle n'entende, ou quoiqu’il ne lui en coûte. Ses yeux cherchaient désespérément un point d'ancrage à identifier, quelque chose auquel se raccrocher, qui matérialiserait pour elle, un semblant d'espoir, un moyen de ne pas sombrer dans la démence, à présent qu'elle avait conscience d'être seule et livrée à elle même. 

Bizarrement cette idée la terrorisa, pourtant habituée à gérer ses aventures de façon extrêmement autonome et coutumière de la vie en solitaire, cela faisait maintenant de nombreux jours qu'elles s'était faite à cette vie de groupe, malgré quelques anicroches et tensions éphémères. Les décisions n'étaient plus discutées indéfiniment, les plans n’étaient plus revus à longueur de temps, plus aucune querelle ne naissait du moindre choix à faire. Seule sa voix comptait à présent. Seule sa conscience s'exprimait.

A l'horizon, elle trouva finalement ce qu'elle cherchait depuis plusieurs minutes et qui devait être le ponton d'où partaient les bateaux de pêche skaald dont les cargaisons approvisionnaient la forteresse. 

L'idée était simple, gagner la mer et mettre le plus de distance possible entre elle et ces terres maudites. 

Elle entra dans cet enchevêtrement de cabanes sommaires et de tréteaux pour filets et harpons sans rencontrer aucune résistance. Il y avait ici une forte odeur de poisson séché. Elle avait déjà décidé du bateau dans lequel elle allait embarquer. Elle le fixait depuis un bon moment d'ailleurs. Dès qu'elle l'avait vu, elle avait su qu'elle s'en emparerait. Il semblait en bon état, tout comme ses voiles. Son bois semblait de qualité et avoir été traité récemment. 

Il n’était plus qu'à quelques foulées. Déjà les embruns caressaient son visage. Elle n'entendait plus ses poursuivants. Mym... elle avait dû... les retenir, d'une façon ou d'une autre. Elle préféra ne plus y penser. Elle se concentra sur les bruits des vagues et ceux des mouettes qui rendaient à ce moment précis un peu de normalité. Et puis...

Et puis plus rien.

Un choc. 

Frontal et violent. Comme un mur invisible. Comme si malgré ce qu'elle croyait voir devant elle, elle avait atteint les limites du monde. Les limites de son monde. Ou celui qu'on lui imposait. Elle était incapable de se relever. Ni même de bouger. Une force. Immense. L'en empêchait. Elle n'avait jamais rien senti de plus puissant. C’était si oppressant, si terrifiant que la pourtant téméraire amazone ne put contenir un cri de terreur face à ce qui se matérialisait devant elle.

Une forme énorme, droite, effrayante, qui la toisait maintenant, de toute sa hauteur, avec mépris, dans un silence de mort.



Un bref coup d’œil lui permit d'identifier l'adversaire. Une Archi-liche. 

Une liche "conventionnelle" était déjà un ennemi d'une puissance folle, mortelle même pour une escouade de guerriers vétérans. Il fallait souvent user de pouvoirs ancestraux et de stratagèmes élaborés pour s'en défaire et la neutraliser... à défaut de la tuer ? Car comment tuer ce qui est déjà mort ?

Que dire donc des Archi-liches ? Peu de textes en parlent par ailleurs tant elles sont rares. Peu d’études et donc peu d'enseignements à tirer de tout cela. Le seul fait avéré est qu'elles existent et que le processus qui les a ramené à la vie est bien plus complexe que celui des liches communes. 

Assiah faisait donc face à cet instant à une des entités les plus puissantes du monde. Ni plus, ni moins.

La mort était donc inévitable. Elle était pourtant si proche du but. L'être sombre, face à elle, faisait bien deux fois sa taille, et continuait à la dévisager. Puis toujours en silence, il la pointa du doigt. Un doigt squelettique, décharné, dont pendaient quelques lambeaux d'une peau grisâtre et terne.

Une lueur verte entoura ce doigt d'un halo aux contours floux. C'en était finit, pensa Assiah pour elle même. 

Le halo se fit plus intense. Un sort mortel ne tarderait plus à frapper la Chantelame de plein fouet. Un sort qui la projetterai alors dans une dimensions alternative ou elle subirait de souffrances atroces pour une éternité, là ou pourrissent pour toujours les âmes tourmentées des victimes de ces créatures maudites.

Mais alors que tout semblait perdu une masse scintillante, surgie de nulle part, vint frapper de plein fouet le cadavre ricanant qui menaçait Assiah. La liche, surprise, fut projetée sur quelques mètres en arrière face à la rudesse de l'impact.

Contre toute attente, il se tenait là, devant elle. Oh certes, il n’était plus si rutilant qu'à l’accoutumée. Son armure était endommagée, cabossée et pendait par endroits. Ses reflets bleutés qui parcouraient son corps habituellement n’étaient presque plus visibles. L'un de ses yeux semblait avoir été détruit. En de nombreux endroits, des failles béantes, crépitaient et dévoilaient par moment des flammèches électriques qui arquaient, d'un endroit à l'autre de son corps. 

Il faisait presque peine à voir, Monsieur le Robot. Mais il était là. Entre Assiah et ce monstre qui la menaçait. 

-"Monte vite" lui lança-t-il sans autre mot.

La jeune femme, à bout de nerf, exécuta, encore une fois, contre son gré et en dépit de son envie de rester aux côtés de "son" Monsieur Metal pour affronter cet ennemi qu'elle savait bien trop fort pour eux. Bien trop fort pour n'importe qui. Humain ou non.

Alors que la belle le regardait fixement, le Mecha sembla lui sourire, tandis qu'il s’avançait vers elle, d'un pas calme et assuré. Cette démarche, il l'avait en permanence et finalement, elle avait quelque chose de rassurant, même dans ces instants de terreur. 

Son visage, d'habitude inexpressif, semblait pourtant lui sourire, comme pour lui faire comprendre qu'il était inutile d'être triste. 
Sa main gauche s’éleva légèrement en l'air, pour la saluer. Une première, et une dernière fois.

Enfin il pointa sa main droite en direction de l'eau, entre la rive et l'embarcation sur laquelle s'était installée Assiah, avec la précision qui le caractérise.

Une lumière intense aveugla la Chantelame avant que son ouïe n'ait à supporter un bruit assourdissant. Elle se sentie alors comme projetée dans les airs avant de perdre totalement conscience du monde qui l'entoure.

Elle se réveilla ensuite, de nombreuses heures, ou peut-être des jours plus tard, sur une barque de pêche, au milieu d'une mer d'huile, perdue aux confins des océans du Nord de Zaerod.

Seule.

FIN

PS : Un grand merci à Assiah pour sa participation précieuse à ce RP, démarré il y'a presque deux ans ^^ Et merci à elle également de m'avoir permis de finir l'histoire à ma façon Wink

J'espère que ça aura plus à tout ceux qui auront eu le courage de nous lire (s'il y'en a ^^).
avatar
Mortelune
En formation de Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Assiah le Lun 30 Nov - 21:31

Ca fait déjà deux ans? Dieu que le temps passe vite... Quelle triste fin pour nos héros Xd où sont donc les chants de gloire et les cris de victoire ^^. 

Sans rire superbe fin comme d'hab tu t'es montré audacieux... un dénouement inattendu et la mort de Mym m'a profondément bouleversé. Une écriture juste qui a su mettre mes sentiments à fleur de peau et j'ai failli y aller de ma petite larme. 

J'espère que ce n'est qu'une continuité dans le monde du rp mon cher partenaire osons le dire même partenaire de coeur. Allez, ne soyez pas timides, on est libres pour rp désormais ^^.
avatar
Assiah
Apprentissage terminé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Expedition dans le désert gelé.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum